1.         Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar (Bosnie-Herzégovine) (C 946rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2005

Critères  (vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/946/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1995-2009)
Montant total approuvé : 44 960 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/946/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 190 000 dollars EU

Missions de suivi antérieures

2006 : mission de l'ICOMOS ; 2007 : mission conjointe UNESCO/ICOMOS ; 2008 : mission consultative ICCROM/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Construction d'un hôtel dans la zone tampon du bien du patrimoine mondial, non conforme aux dispositions du schéma directeur, extrait du plan de gestion figurant dans le dossier d'inscription ;

b) Fissures apparues à la surface du vieux pont.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/946/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 31 Janvier 2011, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, présentant des dessins du projet de reconstruction de l’Hôtel Ruža et des informations sur le suivi des fissures du pont, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010).

a) Construction d’un hôtel dans la zone tampon du bien du patrimoine mondial

Selon le rapport de l’État partie, le projet hôtelier a été modifié pour tenir compte de la décision du Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010). Les modifications concernent notamment la suppression d’un bar sur le toit et d’une aire de repos. Il convient toutefois de noter que le plan actuel conserve une piscine sur le toit ainsi que plusieurs petites constructions abritant des escaliers menant au toit, pour accéder à la piscine ou pour servir d’échelles de sauvetage, comme l’exige la loi.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que ce nouveau plan répond aux conditions fixées par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session. Il sera toutefois nécessaire de suivre le déroulement des travaux pour s’assurer que la construction est conforme aux limites convenues au niveau du toit.

b) Fissures à la surface du pont

Conformément aux décisions du Comité, l’État partie a entrepris plusieurs actions pour contrôler le comportement des structures, notamment :

· Un examen visuel de toutes les parties du pont a été effectué selon les normes internationales ;

· Une recherche utilisant la technique de balayage laser 3D a été réalisée pour comparer l’état actuel du pont avec un précédent balayage laser ;

· Un nouveau système de points de référence a été mis en place pour le suivi à l’avenir.

Certaines de ces activités ont été réalisées avec un financement de l’Assistance internationale.

En outre, on a tenté de réutiliser le système de suivi structurel mis en service lors de la construction du pont. On a constaté que certains des capteurs intégrés fonctionnaient toujours mais que d’autres étaient en panne et il n’a pas été jugé viable de les réparer ou de les remplacer.

Selon les résultats préliminaires du suivi de 2010, la déformation générale du pont est mineure. Néanmoins, des données de base ont maintenant été établies pour permettre un suivi permanent des déformations du pont. Les données actuelles continueront à être analysées et le suivi en cours sera poursuivi.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note des progrès accomplis par l’État partie dans le suivi structurel du pont et soulignent la nécessité d’un suivi permanent pour s’assurer que les fissures n’augmentent pas au cours du temps.

c) Questions diverses

En plus des deux domaines pour lesquels le Comité du patrimoine mondial avait demandé des informations précises, l’État partie a également fourni des informations complémentaires sur la mise en œuvre du plan de gestion et les travaux de conservation et de réparation de plusieurs monuments historiques de la vieille ville de Mostar.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que les deux problèmes essentiels justifiant l’application du processus de suivi de l’état de conservation de ce bien ont été traités de manière satisfaisante par l’État partie. Actuellement, il est uniquement nécessaire de s’assurer, par un suivi permanent, que la construction de l’hôtel répond aux recommandations du Comité du patrimoine mondial, et que le suivi structurel du pont se poursuit de manière satisfaisante. 

Décision adoptée: 35 COM 7B.86

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.80, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Rappelant également les résultats et recommandations de la mission ICOMOS de 2006, de la mission UNESCO/ICOMOS de suivi réactif de 2007 et de la mission d'experts ICCROM/ICOMOS de 2008,

4. Note que l'Etat partie a mis en place des activités de suivi permanent de la stabilité structurelle du pont;

5. Note également que le nouveau projet architectural de l'Hôtel Ruža est conforme à la décision du Comité du patrimoine mondial, adoptée à sa 34esession (Brasilia, 2010) et demande à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial la documentation finale sur l'Hôtel Ruža, à l'achèvement des travaux, pour s'assurer que l'hôtel, tel qu'il est construit, est en conformité avec la décision du Comité du patrimoine mondial;

6. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur l'état de conservation du bien, et notamment sur la situation du suivi structurel du pont, ainsi que sur la construction de l'Hôtel Ruža.