1.         Monuments historiques de l'ancienne Nara (Japon) (C 870)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1998

Critères  (ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/870/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/870/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Impact négatif potentiel d’une autoroute sur le bien ;

b) Impact négatif potentiel de festivités de grande envergure prévues en 2010 sur le site, commémorant le 1 300e Anniversaire de Nara Heijo-kyo, ancienne capitale du Japon.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/870/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 1er février 2011, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien. Le rapport rend compte de l’avancement des discussions concernant l’installation d’un système de surveillance de la nappe phréatique et de plans d’atténuation des risques afin d’éviter tout impact négatif sur les biens culturels enterrés sous le site, qui aurait pu être causé par la construction de la voie express, et présente aussi l’état actuel du site du palais de Nara suite aux commémorations du 1 300e Anniversaire de l’ancienne capitale Nara Heijo-kyo qui ont eu lieu sur le site l’an dernier.

a) L’autoroute Yamato-Kita

L’État partie a fait savoir que le « comité d’étude et de surveillance de la nappe phréatique pour l’autoroute Yamato-Kita » avait tenu sa 5e réunion le 22 décembre 2010, où les discussions ont porté sur la zone de surveillance de la nappe phréatique durant les travaux de construction de l’autoroute. La conception du dispositif de surveillance de la nappe phréatique et les plans d’atténuation des risques ne sont pas encore achevés. L’État partie a l’intention de le faire avant d’entamer les travaux de construction dans la section adjacente au site du palais de Nara. Ni le calendrier concret de l’achèvement du plan, ni la date du début de la construction n’ont cependant été fixés, car la priorité est donnée aux travaux dans les autres parties du site. L’État partie a confirmé qu’il allait rendre compte au Comité du patrimoine mondial de l’avancement des débats.

 

b) Site du palais de Nara Heijo-kyo

L’État partie a signalé que les installations et structures temporaires érigées sur le site du palais de Nara pour les commémorations conclues le 7 novembre 2010, seraient déposées d’ici la fin de mars 2011. Néanmoins, certains de ces dispositifs provisoires ont été conservés sur le site (dallages, terre-pleins et autres installations) pour soutenir la construction d’un parc de stationnement, d’un terminal d’autobus et de toilettes temporaires. L’État partie note que ces aménagements sont nécessaires pour garantir la sécurité des visiteurs et leur faciliter l’accès au site jusqu’à ce que des structures permanentes soient construites à l’extérieur du palais d’ici environ cinq ans. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives suggèrent que toutes les structures temporaires érigées pour les commémorations soient déposées comme promis antérieurement par l’État partie, et demandent que les plans de toutes les structures temporaires et permanentes à l’usage des visiteurs soient soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen, conformément au paragraphe 172 des Orientations.

S’agissant du projet de ‘parc du gouvernement national’, l’État partie annonce qu’il envisage la reconstruction des couloirs avec des murs en terre autour de la cour située devant la première salle d’audience impériale et que ces derniers sont entourés pour l’instant de clôtures provisoires. Le plan de reconstruction sera élaboré selon les directives nationales et le résultat de l’étude mis en œuvre par le comité d’experts créé en septembre 2010, pour préserver sa valeur universelle exceptionnelle, mais aucun plan n’a encore été fixé.

Toutefois, le rapport de l’État partie ne répond pas à l’avis du Comité du patrimoine mondial selon lequel une reconstruction n’est acceptable « seulement si elle s’appuie sur une documentation complète et détaillée et n’est aucunement conjecturale », pas plus qu’il n’apporte la « justification complète des raisons qui motivent la reconstruction, y compris les éléments probants détaillés sur lesquels elle repose » demandée par le Comité du patrimoine mondial. L’État partie note qu’un comité d’étude a été établi en septembre 2010 et que ce comité d’étude soumettra en définitive l’explication requise. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives restent d’autant plus préoccupés par les plans de reconstruction que, selon eux, la preuve de la reconstruction d’éléments de ce site archéologique disparus depuis longtemps ne peut être obtenue sans une forte conjecture. Ils soulignent l’importance pour l’État partie de fournir de toute urgence les motifs justifiant la reconstruction (y compris toutes les preuves documentaires) demandée au préalable par le Comité du patrimoine mondial.

En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial invitant l’État partie à clarifier la manière dont les politiques de conservation de chacun des huit sites formant le bien inscrit sont harmonisées afin de garantir que la valeur universelle exceptionnelle du bien est préservée et mise en valeur, l’État partie mentionne que le projet de parc du gouvernement national (PGN) ne concerne que le site du palais de Nara, sur les huit sites. L’État partie annonce également que le Ministère de la Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (MTIT), qui a la responsabilité du projet de PGN, travaillera en étroite concertation avec l’Agence des affaires culturelles du Japon qui coordonnera le projet en coopération avec le gouvernement préfectoral de Nara, la ville de Nara et les propriétaires. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives soulignent l’importance de mettre en place un mécanisme permanent de coordination institutionnelle pour assurer la mise en œuvre harmonisée des politiques de conservation pour tous les sites du bien inscrit.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, tout en notant les progrès accomplis dans l’établissement d’un système de surveillance de la nappe phréatique et de plans d’atténuation des risques sur le site, réitère la nécessité d’un calendrier concret pour l’achèvement du plan de contrôle et d’informations détaillées sur tous les aspects du projet de construction de l’autoroute Yamato-Kita, pour un examen approfondi. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives soulignent la nécessité de traiter les demandes formulées par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session concernant le dépôt de toutes les structures temporaires mises en place pour les commémorations de 2010. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives insistent sur la nécessité d’apporter une justification de conservation (incluant toutes les preuves) pour tout projet de reconstruction des couloirs sur le site du palais de Nara Heijo-kyo. 

Décision adoptée: 35 COM 7B.71

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.76, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note que l'Etat partie n'a pas déposé toutes les structures temporaires associées aux commémorations et envisage d'en maintenir quelques-unes jusqu'à ce qu'il puisse construire des installations permanentes à l'usage des visiteurs, et le prie instamment de procéder au retrait de toutes ces structures, comme demandé au préalable par le Comité du patrimoine mondial ;

4. Demande à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations:

a) les plans des structures temporaires et permanentes à l'usage des visiteurs,

b) les détails de l'avancement de la mise en place d'un système de surveillance de la nappe phréatique et des plans d'atténuation des risques et des plans de construction de l'autoroute Yamato-Kita,

c) les raisons motivant la conservation pour tous les travaux de reconstruction prévus dans le couloir du site du palais de Nara Heijo-kyo, y compris les plans détaillés et les éléments probants sur lesquels elles reposent avant d'approuver les travaux de reconstruction;

5. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède.