1.         Ensemble culturel et historique des îles Solovetsky (Fédération de Russie) (C 632)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1992

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/632/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/632/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Août 2013 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICCROM/ICOMOS ; juillet 2015 : mission de conseil de l’ICOMOS ; avril 2018 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/632/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

Une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS s’est rendue sur le bien en avril 2018 (le rapport de mission est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/632/documents). Le Comité a convenu que ce rapport serait examiné à la 43e session.

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 31 janvier 2019, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/632/documents, qui répond aux recommandations du Comité et de la mission.

La mission de 2018 s'est félicitée de la proposition d'élaborer un Schéma directeur pour le bien et a estimé qu'il était indispensable que celui-ci s’appuie sur des informations pertinentes sur les attributs clairement définis de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) et leurs interactions, qui comprennent les paysages sacrés et profanes, les établissements monastiques, les routes, les systèmes de gestion de l’eau, les forêts, les prés, les types de construction et les compétences artisanales. Ce Schéma directeur devra définir, entre autres aspects, une stratégie touristique permettant de visiter le bien en tant que lieu sacré, et montrer comment de nouveaux bâtiments peuvent affirmer son caractère distinctif.

Dans son rapport, l'État partie reconnaît que le principal problème est l'absence d'approche globale pour la préservation et le développement du patrimoine culturel, spirituel et naturel du bien et il a pris, pour y remédier, les mesures suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

La mission de 2018 a noté l’introduction de changements importants, comme la désignation de l'archipel en tant que zone de patrimoine religieux, la modification de la gouvernance globale des îles grâce à la création du Fonds pour la conservation et le développement de l'archipel de Solovetsky, et la conclusion d’un accord sur la préparation d’un Schéma directeur qui définira un nouveau « concept » pour le bien et son évolution à venir. Il convient de se féliciter de tous ces changements.

Malgré l’apparente solidité des bâtiments monumentaux, la mission a noté que le bien était, à de nombreux égards, extrêmement fragile. Une restauration ou une mise en valeur inconsidérée pourrait rapidement compromettre l'esprit du lieu. Le Schéma directeur doit s’appuyer sur des informations pertinentes sur les attributs clairement définis de la valeur universelle exceptionnelle et sur leurs interactions qui dépendent d’une combinaison unique de bâtiments monastiques très prospères, de paysages isolés de valeur spirituelle et naturelle, de systèmes complexes de gestion de l'eau et de constructions vernaculaires en bois qui se conjuguent en un microcosme de l'histoire du nord de la Russie.

À l'heure actuelle, les projets sont élaborés individuellement. Le Schéma directeur devrait fournir un cadre général pour des propositions de développement fondées sur l'identification et la valeur des ressources et les besoins de ceux qui vivent avec ces ressources et les utilisent.

La mission de 2018 a estimé que de modestes améliorations à l'aéroport actuel pourraient être soutenues étant donné qu’il n’existe pas d'autres emplacements acceptables et qu’il est important pour les communautés locales et monastiques de disposer d’un transport aérien fiable, mais la conception et les matériaux du projet de bâtiment d'accueil des passagers ainsi que d'autres équipements techniques nécessitent encore du travail. Le Patriarche de Moscou et de toute la Russie a déjà pris l’heureuse décision de ne pas agrandir la petite piste de l'aéroport, car une telle extension « affecterait négativement la VUE » et provoquerait un afflux de touristes qui pourrait contribuer à « la destruction de l'espace culturel et spirituel commun de Solovki ».

Au cours des dernières années, la conservation du bâtiment monastique principal n'a pas toujours été effectuée de manière correcte ou respectueuse en termes de matériaux et de méthode, en partie à cause d’une absence de gestion adéquate. La nouvelle structure de gestion prévoit une autorité unique pour l'archipel, ce qui devrait apporter un changement très positif. Entre-temps, les travaux de restauration des murs de blocs rocheux, jugés inappropriés, ont été abandonnés. Cette réaction rapide de l'État partie à la suite de la mission mérite d'être saluée. Le Schéma directeur devrait être utilisé pour renforcer la nécessité d'une maintenance permanente, afin d'éviter de devoir recourir régulièrement à des interventions importantes. La supervision des grands projets de restauration et de conservation devrait être assurée par un architecte spécialisé en conservation.

L'éventuelle reconstruction de l'église Sainte Onufrievskaya, détruite à l'époque du Goulag, a été discutée lors de la mission de 2018. La mission de 2013 avait déjà considéré que la création de copies identiques des bâtiments et monuments religieux disparus pourrait créer un déséquilibre dans la perception de l'histoire du site. Le Schéma directeur devrait donc d’une manière générale servir à définir des méthodes de reconstruction qui tiennent compte des exigences du paragraphe 86 des Orientations et des Orientations de l'ICOMOS pour le rétablissement et la reconstruction post-traumatiques des biens culturels du patrimoine mondial. Chaque proposition de projet doit être accompagnée d’une documentation détaillée, pour examen, conformément au paragraphe 172 des Orientations

Les derniers plans du nouveau musée pourraient être soutenus, sous réserve d’un travail plus approfondi sur la portée globale de l’ensemble du projet de musée. 

La demande de l'État partie pour une assistance conjointe Centre du patrimoine mondial/Organisations consultatives pour l'élaboration des plans est accueillie favorablement. 

Décision adoptée: 43 COM 7B.88

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.29, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Se félicite des travaux de recherche spécialisés qui sont en cours pour définir les valeurs spirituelles, historiques, culturelles et naturelles du bien, et du fait que ces travaux comprendront la morphologie du paysage, sa végétation et l'histoire des établissements civils, ainsi que des informations précises sur les routes historiques et l'ingénierie du système de gestion des eaux qui alimente le lac sacré et fournit l’indispensable eau potable ;
  4. Souligne la nécessité d'accorder dans le cadre de ce travail une attention particulière à l'ensemble important de bâtiments de service en bois, aux bâtiments résidentiels datant de l'époque soviétique et à l'ensemble important de bâtiments vernaculaires plus tardifs, qui contribuent tous à la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et souligne également la nécessité d'une approche cohérente pour la protection des bâtiments du goulag qui font partie de l'histoire du bien ;
  5. Se félicite également que ce travail de recherche serve de base à la définition d'un nouveau « Concept » visant à encadrer l'élaboration du Schéma directeur et la révision du Plan de gestion et à orienter les nouveaux systèmes réglementaires ;
  6. Note que le projet de « Concept » sera préparé d'ici mai 2019 et les projets de systèmes réglementaires d'ici fin 2019 ;
  7. Note également que le Schéma directeur devrait être l'occasion de réfléchir à ce qui doit être rénové, de se demander où le développement pourrait être approprié, quel type de tourisme est souhaité, comment l'économie locale pourrait être dynamisée et comment tout cela pourrait être traité en parallèle avec le développement de la zone tampon et de l'arrière-pays ;
  8. Se félicite en outre de l'engagement ferme pris par le Patriarche de Moscou et de toute la Russie de ne pas agrandir la piste du petit aéroport, car conformément aux recommandations de la mission de 2018, une telle extension « aurait un effet négatif sur la VUE » en entraînant un afflux de touristes qui pourrait contribuer à « la destruction de l'espace culturel et spirituel commun de Solovki » ;
  9. Note avec inquiétude qu'au cours des dernières années, la conservation des principaux bâtiments monastiques n'a pas toujours été mise en œuvre de manière appropriée en termes de matériaux et de méthodes, mais se félicite par ailleurs que les travaux de restauration inappropriés des murs de blocs rocheux aient été abandonnés ;
  10. Note en outre que le système de gestion global prévu pour l'Archipel devrait permettre le contrôle local des projets de conservation et souligne la nécessité de confier la supervision des grands projets de restauration et de conservation à un architecte spécialisé en conservation et de veiller à l'entretien régulier pour éviter des interventions importantes ;
  11. Se félicite de plus de la création du conseil multidisciplinaire d'experts dans le cadre du Fonds pour la conservation et la mise en valeur de l'archipel de Solovetsky, chargé de fournir des avis d'experts indépendants lors de l'élaboration du Schéma directeur et du Plan de gestion, et de l'assistance consultative du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO et des Organisations consultatives pour l'élaboration de ces plans ;
  12. Soutient les derniers plans de reconstruction du nouveau musée partiellement construit, sous réserve d'une réflexion plus approfondie sur les matériaux de parement, mais estime qu'il convient de poursuivre les travaux sur la portée globale de l’ensemble du projet muséal (comprenant la centrale diesel, la caserne du Goulag et éventuellement la grange de l'ère soviétique) ;
  13. Note par ailleurs la discussion sur l'éventuelle reconstruction de l'église de Sainte Onufrievskaya, détruite à l’époque du Goulag ; considère également que le Schéma directeur devrait être utilisé pour définir les pratiques de reconstruction en tenant compte des exigences du paragraphe 86 des Orientations et des Orientations de l'ICOMOS sur le rétablissement et la reconstruction post-traumatiques des biens culturels du patrimoine mondial, et demande à l'État partie de soumettre, pour examen et avant l’approbation de tout projet de reconstruction, des informations détaillées sur sa conception, en précisant la contribution apportée par les bâtiments originaux à l'établissement monastique dans son ensemble ; de fournir tous les éléments de preuve disponibles et d’indiquer comment la reconstruction pourrait être considérée comme un soutien à la VUE du bien ;
  14. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.