1.         Vieille ville de Lijiang (Chine) (C 811bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (ii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/811/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1996-1996)
Montant total approuvé : 40 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/811/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Janvier 2008 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; novembre 2008 : mission consultative UNESCO. 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Perte progressive d’intégrité et d’authenticité due à d’importants aménagements touristiques et commerciaux à l’intérieur et autour du bien ;

b) Pas de limites ni de zones tampons clairement définies ;

c) Absence de plan directeur général de conservation du bien et de ses environs. 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/811/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 21 janvier 2011, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien au Centre du patrimoine mondial. Ce rapport inclut la proposition de modification des limites du bien, comme demandé dans la décision 32 COM 8B.53.

En réponse à la décision 33 COM 7B.66 adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session (Séville, 2009), l’État partie donne des informations sur les trois principales mesures prises :

a) Achèvement du plan directeur de conservation d’ensemble (PDCE)

Le rapport rend compte des efforts déployés depuis 2002 pour établir un plan directeur de conservation d’ensemble du bien, suspendu de 2003 à 2007 afin de permettre l’instauration d’un schéma directeur urbain pour Lijiang. Lors de la réactivation de ce processus, une mission consultative de l’UNESCO a visité la Vieille Ville de Lijiang en novembre 2008 et a confirmé les conclusions de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de janvier 2008, constatant une perte progressive de l’intégrité et de l’authenticité du bien due à de nouveaux aménagements touristiques et commerciaux à l’intérieur et autour des sites groupés de Dayan et des quartiers d’habitations de Shuhe et Baisha. La mission consultative a été impressionnée par la préparation du plan directeur de conservation d’ensemble mais elle a remarqué que le travail n’était pas encore terminé et que de nouvelles menaces semblent peser sur l’intégrité du bien, comme à l’est entre le secteur urbanisé de Dayan et la gare ferroviaire proposée. Les efforts en cours pour achever le plan directeur de conservation portent sur la redéfinition des limites des trois composantes de l’inscription de Lijiang (la Vieille Ville de Dayan, les quartiers de Baisha et Shuhe et leurs zones tampons respectives pour être sûr du territoire que couvre le plan directeur de conservation). À l’issue de diverses itérations et évaluations réalisées à l’échelon national (Administration chinoise du patrimoine culturel - ACPC) et local (Gouvernement populaire de Lijiang), les démarcations définitives de la « zone du bien » et de la « zone tampon » ont été convenues pour les trois composantes. Cependant, l’État partie ne donne pas d’information sur l’approche du PDCE face à la perte d’intégrité progressive du bien.

Afin d’exposer clairement les objectifs de gestion du PDCE, l’État partie a soumis au Centre du patrimoine mondial, le 21 janvier 2011, une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle du bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial dans le cadre de l’exercice de rapport périodique de la région Asie-Pacifique.

L’État partie signale que le plan directeur de conservation du bien va continuer d’être développé et amélioré pour refléter la protection de l’extension de la zone tampon de Dayan et des zones tampons élargies de Baisha et Shuhe.

b) Resoumission d’une demande de modification mineure des zones tampons et possibilité d’extension des limites du bien pour protéger le bien et l’espace compris entre ses trois composantes

Zone de protection ajustée en janvier 2010 et modifiée en octobre 2010

En janvier 2010, l’Administration chinoise du patrimoine culturel (ACPC) a envoyé un panel d’experts à Lijiang afin de mener une consultation sur la modification des zones de protection. Suite à cette initiative, une nouvelle proposition a été soumise à l’ACPC qui a ensuite apporté d’autres modifications en septembre 2010.

En octobre 2010, la « Demande de définition de la zone de protection du patrimoine culturel mondial de la Vieille Ville de Lijiang » a été approuvée par l’ACPC et le Gouvernement populaire de Lijiang. Cette proposition modifie les zones de protection de la Vieille Ville de Lijiang, en augmentant l’aire protégée des 3 composantes de 125,7 hectares (janvier 2008) à 145,6 hectares (octobre 2010) et des zones tampons de 323,3 hectares (janvier 2008) à 582,3 hectares (octobre 2010).

Bien que l’information concernant la modification du périmètre et des zones tampons figure dans le rapport de l’État partie, aucun exemplaire original de la carte topographique du bien et de ses zones tampons n’a été communiqué.

Protection de la zone entre les trois composantes du bien

Le plan directeur de conservation en vigueur délimite la totalité des Bazi (terrasses) de Lijiang entre le cœur et les zones tampons du bien comme une zone de coordination environnementale. Il établit des règles strictes sur les nouvelles constructions définissant les mesures destinées à protéger les éléments de l’environnement naturel et les écosystèmes dans la zone entre les trois composantes.

Renforcement de la capacité du Bureau de gestion de Lijiang à mettre en œuvre et coordonner les initiatives de planification

L’État partie rend compte des progrès accomplis pour renforcer le Bureau de gestion de Lijiang en clarifiant son rôle dans l’observation du cadre juridique en place, établir le système de protection et de gestion à travers ses 8 départements fonctionnels, fixer une ligne de conduite en termes de développement du bien et de recherche scientifique, incluant le plan directeur de conservation, la mise au point d’un système local de surveillance des biens naturels et culturels, les systèmes de protection numériques, les mesures de protection de la culture traditionnelle, la publication de manuels à l’intention des propriétaires pour la protection et la réparation des bâtiments, la formation permanente et la sensibilisation des gestionnaires du patrimoine et autres.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que le plan directeur de conservation d’ensemble est en cours d’élaboration et sur le point d’être achevé. Les zones de protection nouvellement définies pour le bien et ses environs, la proposition de modification des limites et la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle soumises, une fois adoptées, serviront de base à la finalisation du plan directeur de conservation. Avec les normes techniques requises pour le plan directeur de conservation en place, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives aimeraient voir les dispositions du plan directeur de conservation d’ensemble traiter les menaces pour l’intégrité et l’authenticité du bien préalablement identifiées et renforcer la capacité du Bureau de gestion du patrimoine de Lijiang. Ils estiment que l’État partie devrait soumettre une demande officielle de modification des limites du bien.

Décision adoptée: 35 COM 7B.63

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.66, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note avec satisfaction les efforts des autorités nationales et locales de l'Etat partie visant à renforcer la protection du bien et de son cadre;

4. Accueille favorablement la proposition de modification des limites qui inclut les zones tampons assurant la protection des sites groupés de Baisha et Shuhe et l'extension de la zone tampon de Dayan et encourage l'Etat partie à soumettre au Centre du patrimoine mondial une demande officielle de modification des limites du bien et des zones tampons avec les cartes topographiques originales en trois exemplaires;

5. Demande à l'Etat partie d'achever le plan directeur de conservation d'ensemble afin de traiter les menaces pour l'intégrité et l'authenticité identifiées par la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2008 et la mission consultative de l'UNESCO de 2008, et présenter au Centre du patrimoine mondial une synthèse en anglais, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives;

6. Demande également à l'Etat partie d'informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet de restauration ou de développement envisagé sur le bien préalablement à sa mise en œuvre, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations;

7. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur l'état de conservation du bien et les progrès accomplis dans l'achèvement et la mise en œuvre du plan directeur de conservation, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.