1.         Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (Belize) (N 764)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2009-2018

Vente et concession de terres publiques au sein du bien à des fins de développement entraînant la destruction des mangroves et écosystèmes marins.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/764/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/764/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 140 000 dollars EU : i) 30 000 dollars EU du Fonds de Réaction Rapide (RRF) pour le suivi des activités non autorisées dans les Réserves naturelles de Bladen, qui ont eu un impact sur le bien ; ii) 30 000 dollars EU pour des mesures de conservation d’urgence en faveur du poisson-scie trident en danger de disparition (2010) ; iii) 80 000 dollars EU en soutien du plan d’utilisation publique et de l’élaboration d’une stratégie de financement de site pour le monument naturel Blue Hole (2008-2009).

Missions de suivi antérieures

Mars 2009 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / UICN ; février 2013 : mission suivi réactif de l’UICN ; janvier 2015 : mission technique conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN ; décembre 2017 : mission de conseil conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/764/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

L’État partie a soumis le 27 février 2019 un rapport sur l’état de conservation du bien disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/764/documents/, signalant les avancées suivantes dans la mise en œuvre de la décision 42 COM7A.43 :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Suite à la réalisation de l’État de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), le Comité du patrimoine mondial a retiré le site de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 42session, en 2018, demandant à l’État partie à veiller à ce que les problèmes en suspens liés à l’achèvement de la vérification officielle du régime foncier au sein du bien soient réglés d’ici la fin de 2018. 

L’État partie a progressé dans l’achèvement du processus de vérification du régime foncier et dans la désignation ultérieure des terres publiques restant au sein du bien en tant que réserves de mangrove intégrales, conformément aux demandes du Comité. Toutefois, il a été signalé que les problèmes de financement initiaux n’avaient pas permis d’achever le processus avant la fin de 2018. Notant que le financement a été obtenu et que la vérification du régime foncier devrait être finalisée d’ici avril 2019, il est recommandé que le Comité réitère sa demande à l’État partie d’achever le processus et de désigner ensuite les terres publiques restant au sein du bien en tant que réserves de mangrove intégrales, en priorité, et au plus tard le 31 décembre 2019.

Il est à noter que des dispositions spécifiques concernant la prise en compte de la VUE du bien ont été incluses dans la liste de contrôle de l’EIE et que les modifications apportées au règlement relatif à l’EIE ont été finalisées pour approbation par le gouvernement en février 2019. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de confirmer l’approbation officielle du règlement amendé dès qu’il sera disponible.

L’État partie poursuit en outre la mise en œuvre de l’ICZMP grâce à une multitude de projets, programmes et activités, notamment une nouvelle initiative quadriennale (Resilient Reefs — récifs résilients) mise en œuvre en collaboration avec un consortium international de partenaires, y compris le Programme marin du centre du patrimoine mondial. Il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à poursuivre ses efforts dans la mise en œuvre de l’ICZMP. Du 26 au 30 novembre 2018, le gouvernement australien a organisé une visite de haut niveau de cinq jours à l'intention des délégués du Belize afin d'échanger sur les meilleures pratiques en matière d'impact sur le climat et afin de tirer parti de la désignation du Patrimoine mondial pour garantir des moyens de subsistance, des emplois et des revenus durables aux communautés locales.

Enfin, d’autres actions signalées par l’État partie devraient être accueillies favorablement, notamment la finalisation du projet de loi sur les ressources halieutiques, qui devrait être officiellement approuvé par le gouvernement à la mi-2019, et la mise en œuvre de l’initiative d’élargissement de la zone de reconstitution nationale adoptée en avril 2019. Cette dernière accroît la superficie des eaux du Belize en tant que zones de non-capture, les faisant passer de 4,5 % actuellement à 11,6 %. Cette avancée est importante et devrait contribuer de manière substantielle à la protection globale de la VUE du bien.

Décision adoptée: 43 COM 7B.21

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7A.43, adoptée à sa 42session (Manama, 2018),
  3. Accueille favorablement la confirmation par l’État partie qu’il achèvera le processus de vérification du régime foncier en avril 2019, suivi de la désignation des terres publiques restant au sein du bien en tant que réserves de mangrove intégrales, mais note que cela n’a pas été achevé en 2018 comme demandé dans la décision 42 COM 7A.43, et demande à l’État partie de finaliser ce processus de manière prioritaire et au plus tard le 31 décembre 2019 ;
  4. Accueille aussi favorablement la confirmation par l’État partie de la prise en compte de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien dans la liste de contrôle de l’évaluation d’impact environnemental (EIE) et que le règlement modifié relatif à l’évaluation d’impact environnemental devrait être approuvé en 2019, et demande également à l’État partie de confirmer l’approbation officielle du règlement modifié dès qu’elle sera disponible ;
  5. Prend note des informations fournies par l’État partie concernant la poursuite de la mise en œuvre du plan de gestion intégré du littoral, notamment grâce à des programmes bilatéraux et multilatéraux et des initiatives de financement, et encourage l’État partie à poursuivre ces efforts ;
  6. Accueille en outre favorablement les mesures prises par l’État partie pour encore renforcer la réglementation de la pêche, notamment les avancées effectuées pour la finalisation et l’approbation officielle du projet de loi sur les ressources halieutiques et les actions visant augmenter la superficie des zones de non-capture ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.