1.         Ville historique de Meknès (Maroc) (C 793)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/793/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/793/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Avril 2010 : mission d’urgence du Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/793/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

L’Etat partie a transmis le 10 février 2011 un rapport sur l’état de conservation du bien et les activités menées durant ces derniers mois. Ce rapport indique que le Plan d’aménagement et de sauvegarde de la ville ancienne est en cours d’achèvement, comprenant un règlement d’aménagement. En outre, une charte architecturale du centre historique de Meknès a été réalisée par le Ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, représenté par l’Agence urbaine de Meknès. D’autres études et projets sont en cours comme le plan paysagé et une charte paysagère de la vallée de l’oued Boufekrane, une étude de requalification et de renouvellement urbain du pôle historique de Meknès, une étude de rénovation et de restauration du Fondouk El-Jdid et la création de circuits thématiques de visite.

En particulier, une étude de préparation de l’opération de réhabilitation urbaine de la médina de Meknès a été lancée avec le soutien de la Banque européenne d’investissement dans le cadre du projet “Médinas 2030“, projet pilote dont l’objectif est de concevoir un cadre méthodologique “réplicable“ permettant d’assurer la conservation des principaux éléments du patrimoine culturel, de favoriser le développement économique local et de répondre aux besoins fondamentaux de la population résidente.

 

a) Conservation

Le rapport de l’Etat partie souligne les problèmes causés par le manque d’entretien et l’absence d’équipes de suivi et de maintenance. Le Plan de sauvegarde en cours de préparation devrait y remédier. De plus, l’Etat partie mentionne le projet d’établissement d’une Agence locale de sauvegarde du patrimoine, dotée d’une autonomie administrative et financière.

Le rapport contient également des fiches signalétiques sur 37 projets de restauration réalisés, en cours ou prévus, comprenant des photographies. Elles contiennent peu de détails techniques sur les méthodes utilisées, mais les photos montrent qu’il s’agit plutôt de rénovations totales ou de reconstructions à l’identique.

b) Mosquée Berdieyinne

L’Etat partie a par ailleurs soumis les documents relatifs au projet de restauration/reconstruction de la mosquée Berdieyinne dont le minaret s’était effondré en février 2010. Ce projet a été transmis à l’ICOMOS qui en a fait une évaluation. L’ICOMOS regrette en particulier que le projet comprenne une liste d’actions à prendre pour des composantes individuelles sans orientations générales et sans philosophie d’ensemble du projet. Elle s’inquiète notamment de l’inclusion de techniques et de matériaux contemporains et souhaiterait que le document présente une analyse d’options réduisant l’impact des séismes tout en proposant des mesures d’impact minimal. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent que le Comité du patrimoine mondial félicite l’Etat partie de l’ampleur du programme de sauvegarde et de réhabilitation entrepris dans la vieille ville de Meknès et ses murailles, mais souhaiteraient néanmoins avoir l’assurance que ces travaux ont été conduits selon des méthodes et avec des matériaux traditionnels.

En ce qui concerne la mosquée Berdieyinne, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives constatent que les recommandations de la mission d’avril 2010 n’ont pas été incluses dans le projet de restauration en vue de maintenir l’authenticité du monument. Tout en comprenant la nécessité d’assurer la stabilité et la résistance du monument aux séismes, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ne considèrent pas que ce besoin justifie une reconstruction en béton avec parements de briques, qui impliquerait de ne garder que la forme du monument et non sa structure authentique. En outre, ils tiennent à souligner l’importance d’interventions minimales dans les approches de conservation, impliquant le moins de modifications possibles, et qui ne seraient à considérer que lorsque les besoins fonctionnels les imposent.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives constatent que les délais très brefs de ce projet ont donné lieu, d’une certaine manière, à une approche invasive. Ils considèrent qu’il y a urgence à revoir le projet et à adopter une approche de conservation qui respecte les matériaux originaux et l’authenticité du monument. Le projet devrait prévoir la participation appropriée d’experts de la conservation, tant dans la définition de cette approche que dans la phase de réalisation. Enfin, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives souhaitent que le projet révisé soit soumis au Centre du patrimoine mondial pour évaluation par les Organisations consultatives avant le commencement des travaux.

 

Décision adoptée: 35 COM 7B.56

Le Comité du patrimoine mondial, 

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.61, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Prend note des informations fournies par l'Etat partie et apprécie l'ampleur des actions mises en œuvre pour la sauvegarde du patrimoine de la vieille ville de Meknès;

4. Demande à l'Etat partie de tenir compte des recommandations de l'expert s'étant rendu à la mosquée Berdieyinne en avril 2010 et de l'ICOMOS dans son évaluation de 2011, dans la poursuite du projet de restauration de la mosquée;

5. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial aussi rapidement que possible la philosophie d'ensemble et les orientations générales du projet, absentes du document soumis, pour examen par les Organisations consultatives, ainsi qu'un projet révisé respectant les matériaux originaux et préservant l'authenticité de la structure, pour évaluation par les Organisations consultatives avant le commencement des travaux;

6. Demande en outre à l'Etat partie de continuer à informer régulièrement le Centre du patrimoine mondial des travaux entrepris et des progrès réalisés dans l'achèvement du plan de sauvegarde et dans l'établissement de l'Agence locale de sauvegarde.