1.         Centre historique de la ville d’Arequipa (Pérou) (C 1016)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2000

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1016/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 75 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1016/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Février 2000: mission d’expert ICOMOS ; juillet 2001 : mission d’expert ; août 2001 : mission d’expert ; avril-mai 2008 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS; novembre 2014 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1016/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 14 décembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation dont un résumé est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/1016/documents/, qui comprend des annexes complètes comme le plan directeur du centre historique, l’évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) de la Via Troncal, et le plan de développement métropolitain. L’État partie signale les points suivants :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’identification de la zone monumentale comme nécessitant une réglementation spéciale dans le plan de développement métropolitain 2016-2025 ainsi que la préparation d’un plan directeur actualisé pour cette zone et le centre historique sont accueillies favorablement. Il est recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de terminer la révision et le processus d’approbation du plan directeur en accordant une attention particulière à la redéfinition des délimitations du bien et de la zone tampon. Celles-ci devront ensuite être soumises au Centre du patrimoine mondial en tant que modification mineure des limites, comme recommandé par le Comité dans ses décisions précédentes.

On notera que l’EIP de la Via Troncal a été achevée en coopération avec les autorités régionales et la Direction régionale de la culture, et que cette voie de circulation aura un impact minime sur le bien et un impact modéré sur la zone tampon proposée. Il est également reconnu que le projet comporte des aspects positifs en matière de réduction du trafic automobile et d’amélioration de la qualité de l’air dans le centre historique. Néanmoins, il est regrettable de noter l’impact de constructions inappropriées dans le village traditionnel de Carmen Alto et la perte possible de traditions culturelles, religieuses et agricoles. L’impact inévitable de l’urbanisation le long de la route, y compris sur les paysages culturels d’importance nationale, devrait être géré et suivi avec soin en renforçant la maîtrise de la densification. La désignation de Quebrada de Lari Lari y Los Tucos, Valle Chilina et du Parque Ecológico Las Rocas en tant que patrimoine culturel national et la sauvegarde du patrimoine immatériel constitueront des mesures d’atténuation importantes.

L’ICOMOS a entrepris en juin 2017 une revue technique de la proposition d’amélioration de la circulation piétonne autour de la Plaza Mayor et dans les rues adjacentes, ainsi que de la construction du viaduc Salaverry-Malecon Soabaya. Tout en félicitant l’État partie pour l’analyse approfondie et de grande qualité des deux projets, la revue technique a donné lieu à plusieurs recommandations concernant ces propositions, recommandations qui ont été transmises à l’État partie avec la demande que les deux projets soient soumis à nouveau dans leur version finale.

On notera que le rapport ne traite pas de manière systématique les recommandations de la mission de suivi réactif de 2014. Il sera approprié de demander à l’État partie de revoir toutes les recommandations et de faire ensuite rapport au Comité sur leur mise en œuvre.

Décision adoptée: 42 COM 7B.41

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.8 adoptée à sa 40session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Accueille favorablement l’adoption du plan de développement métropolitain 2016-2025 et la définition de la zone de monuments en tant que zone qui nécessite une réglementation spéciale, et note qu’un plan directeur 2017-2027 a été préparé pour cette zone et le centre historique ;
  4. Prie instamment l’État partie de terminer la révision et le processus d’adoption du plan directeur 2017-2027 et d’en informer le Centre du patrimoine mondial, et de procéder à la soumission de la révision des limites du bien et de la zone tampon en tant que modification mineure des limites, conformément aux paragraphes 163 et 164 des Orientations ;
  5. Note également que l’évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) de la Via Troncal a été terminée, que l’impact de cette dernière sera minimal sur le bien et modéré sur la zone tampon proposée, et que ses effets seront positifs sur les flux de trafic automobile au sein du centre historique ;
  6. Nonobstant les points ci-dessus, recommande fortement à l’État partie de suivre avec soin l’impact de la Via Troncal dans d’autres zones que celle du bien du patrimoine mondial, particulièrement l’urbanisation potentielle le long de la Via Troncal, qui pourrait affecter les paysages culturels, les villages historiques et les expressions de patrimoine immatériel qui contribuent au cadre contextuel du bien, et de mettre en œuvre les recommandations adaptées issues de la mission de suivi réactif de 2014 afin de gérer et d’atténuer ces processus ;
  7. Demande à l’État partie de revoir de manière systématique toutes les recommandations de la mission de suivi réactif de 2014 et de faire ensuite rapport au Comité sur leur mise en œuvre ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.