1.         Gebel Barkal et les sites de la région napatéenne (Soudan) (C 1073)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1073/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2004-2005)
Montant total approuvé : 68 900 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1073/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2004, 2006, 2007 : missions du Centre du patrimoine mondial ; février 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1073/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 29 novembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/1073/documents/, faisant part des informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Malgré les efforts de conservation préventive et les mesures de préservation jusqu’à présent mises en œuvre par l’État partie dans le cadre du QSAP, l’état de conservation général du bien suscite de vives inquiétudes. Les mesures de protection pour prévenir toute nouvelle érosion des monuments et réhabiliter la maçonnerie en pierres des pyramides sont de précieux efforts, tout comme les futures activités envisagées en matière de gestion des visiteurs, de présentation du site et de modernisation du musée de Barkal. Le bien semble être dans un état de conservation précaire, reflétant des années de négligence, manque d’entretien et de protection, de même qu’une gestion et une dotation en personnel inadéquates, aboutissant à la détérioration d’attributs importants, menaçant l’intégrité du bien et ayant un impact négatif direct sur sa valeur universelle exceptionnelle (VUE). Un plan directeur général pour le développement, l’interprétation et le renforcement des capacités du site pour une gestion du site à long terme organisée par le QSAP, de simple objectif souhaitable, doit désormais être élaboré de façon prioritaire. La construction d’une couverture sur le temple funéraire d’El-Kourrou mérite un examen plus approfondi et une documentation détaillée devrait être remise au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives.

Malheureusement, le rapport de l’État partie ne donne pas d’informations claires sur la stratégie générale et l’état d’avancement des activités du projet et les questions urgentes de gestion et de suivi n’ont pas été traitées. On ignore si un plan de gestion du tourisme guide la présentation du site et les initiatives d’orientation des visiteurs. Aucune information n’a été donnée sur la réalisation de la cartographie visant à clairement identifier les limites des cinq éléments constitutifs conformément aux critères définis à l’Annexe 11 des Orientations, malgré de précédentes demandes du Comité. Par conséquent, il est recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de s’occuper des questions de gestion et du système de suivi, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, dans le cadre de la stratégie générale, afin de cibler de manière adéquate les besoins de conservation à long terme. Qui plus est, l’État partie devrait fournir des détails sur le plan de gestion du tourisme, ainsi qu’une documentation détaillée sur les actions accomplies et envisagées.

Il est recommandé au Comité de demander à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS pour évaluer l’état de conservation du bien, identifier les menaces précises qui pèsent sur sa VUE en collaboration avec les principales parties prenantes nationales et internationales, développer un plan d’action répondant aux questions de gestion, de suivi et de gestion des visiteurs, et déterminer si l’état de conservation des attributs qui soutiennent la VUE du bien, notamment son authenticité et intégrité, fait l’objet d’un péril prouvé ou potentiel, conformément au paragraphe 179 des Orientations.

Décision adoptée: 42 COM 7B.59

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-16/40.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.28, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Note les efforts de conservation préventive et les mesures de préservation jusqu’à présent mises en œuvre par l’État partie dans le cadre du Projet archéologique Soudan-Qatar ;
  4. Exprime son inquiétude quant à l’état de conservation général du bien qui, selon les informations communiquées, semble être dans un état précaire, reflétant des années de négligence, manque d’entretien et de protection, de même qu’une gestion et une dotation en personnel inadéquates, aboutissant à la détérioration d’attributs importants, menaçant l’intégrité du bien et ayant un impact négatif direct sur sa valeur universelle exceptionnelle (VUE) ;
  5. Regrette que, malgré sa précédente demande, aucune information claire n’ait été donnée sur la stratégie générale et l’état d’avancement des activités du projet pour chacun des cinq éléments constitutifs, ni qu’aucune des questions urgentes de gestion et de suivi n’ait été traitée ;
  6. Regrette également qu’aucune information n’ait été donnée concernant la réalisation de la cartographie pour clairement identifier les limites des cinq éléments constitutifs conformément aux critères définis à l’Annexe 11 des Orientations ;
  7. Prie instamment l’État partie, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de s’occuper des questions de gestion et du système de suivi afin de cibler de manière adéquate les besoins de conservation à long terme, et de fournir des détails sur le plan de gestion du tourisme, ainsi qu’une documentation détaillée sur les mesures accomplies et envisagées dans les cinq éléments constitutifs ;
  8. Demande à l’État partie de fournir des informations et une documentation détaillée sur le projet de construction d’une couverture sur le temple funéraire d’El-Kourrou, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  9. Demande également à l’État partie d’inviter, de toute urgence, une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS pour : évaluer son état de conservation, identifier les menaces précises qui pèsent sur sa VUE en collaboration avec les principales parties prenantes nationales et internationales, développer un plan d’action répondant aux questions de gestion, de suivi et de gestion des visiteurs, et déterminer si l’état de conservation des attributs qui soutiennent la VUE du bien, notamment son authenticité et intégrité, fait l’objet d’un péril prouvé ou potentiel, conformément au paragraphe 179 des Orientations ;
  10. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Centre du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.