1.         Ensemble historique du Palais du Potala, Lhasa (Chine) (C 707ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (i)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/707/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/707/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mars 2001, mission de suivi ICOMOS; avril 2003, mission d’expertise UNESCO/ICOMOS ; mai 2005, mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; Avril 2015 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/707/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

L'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 1er décembre 2017, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/707/documents/ et indique ce qui suit :

Suite à l’incendie dans le monastère du Temple de Jokhang en février 2018, le Centre du patrimoine mondial a demandé des informations complémentaires et, le 16 mars 2018, l’État partie a répondu ce qui suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les efforts de l’État partie sont dûment notés, notamment en matière de valorisation des systèmes de connaissances traditionnelles, d’amélioration de l’expérience offerte aux visiteurs, aussi bien pèlerins que touristes, d’amélioration de systèmes de suivi et d’entretien, et de lancement d’études pour analyser des relations spatiales entre les parties constitutives du bien et la planification de la gestion appliquée à l’environnement culturel.

Des cartes à fournir, définissant clairement les zones tampons, doivent être soumises au Centre du patrimoine mondial de toute urgence, conformément aux multiples décisions antérieures du Comité. L’avis de l’État partie, selon lequel la réglementation relative aux zones tampons sera intégrée dans les plans de conservation pour les parties constitutives du bien est accueilli favorablement. Les trois plans de conservation des parties constitutives du bien doivent être soumis dès que possible au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives.  

Il est également noté qu’une étude sera lancée pour évaluer les impacts potentiels de la tour de télévision proposée sur la VUE du bien. Cette étude devra suivre la méthodologie du Guide de l’ICOMOS pour les EIP appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial et être soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, dès qu’elle sera terminée et avant tout démarrage des travaux. 

En ce qui concerne l’incendie de février 2018, le rapport préliminaire contenu dans les informations complémentaires est reconnu, de même que les travaux effectués immédiatement après l’incendie. Comme il est procédé à des évaluations des dommages plus détaillées et que des plans de restauration sont élaborés, il conviendra de soumettre des rapports plus précis, y compris des images, dessins et autres illustrations graphiques de tous les dommages, en prêtant une attention particulière au plafond doré, au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives.

À cet égard, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM à se rendre sur le bien pour y évaluer les dégâts causés par l’incendie et les travaux de restauration à entreprendre qui sont proposés, ainsi que pour examiner d’autres aspects de l’état de conservation du bien.

Décision adoptée: 42 COM 7B.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.31, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Exprime ses regrets face à l’incendie de février 2018, et note le travail exécuté par l’État partie immédiatement après cet incendie ;
  4. Demande à l’État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, des rapports plus détaillés sur tous les dégâts causés par l’incendie susmentionné, y compris des images, dessins et autres illustrations graphiques et en prêtant une attention particulière au plafond doré, lorsque des évaluations des dégâts plus précises auront été effectuées et que des plans de restauration auront été élaborés ;
  5. Prend note de l’achèvement des trois plans de conservation pour les parties constitutives du bien, qui attendent une approbation finale, et demande qu’ils soient soumis dès que possible au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, en même temps que les cartes visant à clarifier les zones tampons, conformément aux procédures définies dans les Orientations ;
  6. Prend également note des efforts de l’État partie visant à valoriser des systèmes de connaissances traditionnelles, améliorer l’expérience offerte aux visiteurs, aussi bien pèlerins que touristes, améliorer des systèmes de suivi et d’entretien, et lancer des études pour analyser des relations spatiales entre des parties constitutives du bien et la planification de la gestion appliquée à l’environnement culturel ;
  7. Reconnaît qu’une étude doit être lancée sur les impacts potentiels de la tour de télévision proposée sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et demande également que cette étude soit menée conformément au Guide de l’ICOMOS pour les EIP appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial de 2011 et soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, dès qu’elle sera terminée et avant tout démarrage des travaux ;
  8. Demande en outre à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM à se rendre sur le bien pour y évaluer les dégâts causés par l’incendie et les travaux de restauration à entreprendre qui sont proposés, ainsi que pour examiner d’autres aspects de l’état de conservation du bien ;
  9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.