1.         Forêts vierges de Komi (Fédération de Russie) (N 719)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (vii)(ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/719/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/719/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2010 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/719/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 30 novembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/719/documents/ et fournit les informations suivantes :

L’État partie a également soumis un plan de gestion intégré du bien pour la période 2017-2031.

Les 1er mars et 18 avril 2018, le Centre du patrimoine mondial a demandé des clarifications à l’État partie concernant les informations disponibles sur le site web officiel du Fonds fédéral russe de géologie “Rosgeolfond” de l’Agence fédérale pour l’exploitation du sous-sol “Rosnedra”. Selon ces informations, la licence d’exploration et d’exploitation minière du gisement aurifère de Chudnoe a été amendée à deux reprises en 2017 et n’expirerait que le 31 décembre 2029. Aucune réponse n’a été reçue de la part de l’État partie au moment de la rédaction.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Le rapport de l’État partie fournit des informations relatives à un élément du bien seulement, le PNYV, et aucune information sur l’élément que constitue la réserve naturelle de Pechoro-Ilychskiy (RNPI).

Les informations fournies par l’État partie, selon lesquelles aucune exploration ou extraction minière n’a été menée au sein du bien, et que la société Gold Minerals doit retirer ses biens et équipements de la zone du gisement aurifère de Chudnoe d’ici septembre 2018 sont notées. Toutefois, on notera avec préoccupation que la licence d’exploration et d’extraction accordée à la société Gold Minerals à Chudnoe semble avoir été prolongée si l’on se fie aux informations disponibles sur le site web officiel du Fonds fédéral russe géologique “Rosgeolfond” de l’Agence fédérale pour l’exploitation du sous-sol “Rosnedra”. Il est par conséquent recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de clarifier le statut de cette licence et de retirer les licences d’exploration et d’exploitation minière accordées pour le gisement aurifère de Chudnoe, qui est situé au sein du bien. Il est également recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de garantir le strict respect de la date limite de retrait des équipements de la société, comme l’a imposé le tribunal arbitral de la République des Komis, et de restaurer les zones endommagées par les activités minières qui ont été menées en 2011 et 2012.  

La demande du Comité visant à élaborer un plan de gestion intégré 2017-2031 pour l’intégralité du bien a été satisfaite, ce qui est accueilli favorablement. Afin de garantir des ressources humaines et financières suffisantes pour la mise en œuvre de ce plan dans l’ensemble du bien, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’agir à l’égard de l’intégralité du déficit budgétaire de plus de 25 millions de roubles (environ 406 500 dollars EU) par an dans la mesure où le manque de ressources est pointé comme un obstacle important dans le plan de gestion intégré. Le renforcement de la prévention des feux de forêt et de la protection du permafrost dans le cadre d’un projet PNUD/FEM et l’établissement d’un poste de lutte anti-incendies sont également accueillis favorablement. 

Les informations fournies par l’État partie concernant la gestion et le suivi touristique au sein du PNYV sont notées. Toutefois, on doit rappeler que les inquiétudes concernant les impacts du tourisme avaient été exprimées s’agissant de la RNPI. Il est par conséquent recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de garantir dans les faits la gestion touristique dans tous les éléments du bien afin de limiter tout impact potentiel sur sa valeur universelle exceptionnelle (VUE). 

Décision adoptée: 42 COM 7B.78

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.99, adoptée à sa 40session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Regrette que le rapport de l’État partie ne contienne des informations que sur un seul élément du bien, le parc national Yugyd Va (PNYV), et qu’aucune information sur la réserve naturelle de Pechoro-Ilychskiy ne soit fournie ;
  4. Accueille favorablement le renforcement des capacités de prévention des feux de forêt et de protection du permafrost au sein du PNYV ainsi que l’élaboration du plan de gestion intégré du bien pour la période 2017-2031, et demande à l’État partie d’agir à l’égard de l’ensemble du déficit budgétaire pour une mise en œuvre du plan dans tous les éléments du bien ;
  5. Réitérant sa position établie selon laquelle l’exploration et l’exploitation minières sont incompatibles avec le statut de patrimoine mondial, note avec préoccupation que, selon des informations officielles, la licence d’exploration et d’extraction accordée à la société Gold Minerals au gisement aurifère de Chudnoe a été prolongée, et par conséquent prie instamment l’État partie de :
    1. Clarifier le statut de la licence du gisement aurifère de Chudnoe,
    2. Retirer clairement les licences d’exploration et d’exploitation minière accordées pour le gisement aurifère de Chudnoe, comme le Comité l’a demandé dans ses décisions précédentes,
    3. Garantir le fait que le retrait du bien des équipements de la société Gold Minerals sera effectif d’ici septembre 2018, comme ordonné par le tribunal arbitral de la République des Komis,
    4. Restaurer les zones endommagées par les activités minières menées en 2011 et 2012 ;
  6. Rappelant également ses préoccupations passées au sujet des impacts du tourisme sur la réserve naturelle Pechoro-Ilychskiy, demande également à l’État partie de garantir dans les faits la gestion touristique dans tous les éléments du bien afin de limiter tout impact potentiel sur sa valeur universelle exceptionnelle ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation de l’intégralité du bien, y compris la réserve naturelle de Pechoro-Ilychskiy et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.