1.         Tien Shan occidental (Kazakhstan,Kirghizistan,Ouzbékistan) (N 1490)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2016

Critères  (x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1490/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2008-2008)
Montant total approuvé : 30 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1490/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Facteurs identifiés lors de l'inscription en 2016 :

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1490/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Ouzbékistan

Le 1er février 2018, l’État partie de l’Ouzbékistan a soumis un rapport sur l’état de conservation des éléments ouzbeks de ce bien en série, qui est disponible sur http://whc.unesco.org/fr/list/1490/documents/, et donne les informations suivantes :

Kazakhstan

Le 9 avril 2018, l’État partie du Kazakhstan a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, également disponible sur http://whc.unesco.org/fr/list/1490/documents/. Concernant le MoC tripartite, l’État partie a apporté des détails supplémentaires sur le processus d’élaboration du projet et note que la signature du MoC est retardée depuis mi-2017, en raison d’importants changements en cours dans le système de gestion des zones protégées en Ouzbékistan. Une copie du MoC (en russe) a été soumise par l’État partie avec son rapport.

Concernant les composantes kazakhes du bien, l’État partie fait savoir que les limites de l’élément Sairam-Ugam ont été révisées. Plus précisément, il est proposé que des étendues au sein de la zone à exploitation économique limitée du parc national Sairam-Ugam (env. 60 628 ha selon les informations fournies dans le rapport) sont proposées pour être intégrées dans la zone tampon du bien. Certaines erreurs techniques concernant les limites du bien ont également été notées et des cartes de propositions de limites révisées et ajustées ont été soumises par l’État partie avec son rapport.

Kirghizistan

L’État partie du Kirghizistan n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Les informations communiquées par les États parties du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan concernant l’élaboration d’un protocole de coopération tripartite sur la gestion et la protection du bien sont favorablement accueillies. Il est toutefois regrettable que ce dernier n’ait pas encore été signé par l’ensemble des trois États parties et il est par conséquent recommandé que le Comité prie les États parties d’en finaliser la signature dès que possible et d’accélérer la prise de mesures requises pour le rendre opérationnel, après signature effective par les trois États parties, notamment en ce qui concerne la création du comité de pilotage conjoint envisagé, qui assumerait les fonctions de coordination. L’élaboration d’un cadre de gestion transfrontalière efficace pour le bien nécessitera des efforts supplémentaires et, à cet égard, il convient de rappeler que dans sa décision 40 COM 8B.9, le Comité avait également demandé aux États parties de travailler en concertation avec l’UICN pour renforcer les compétences en matière de gestion transnationale du bien.

En ce qui concerne les informations fournies par l’État partie de l’Ouzbékistan sur les dispositions de gestion pour les régions de Bashkizilsay et Maydantal de la réserve de biosphère du Chatkal qui compose le bien, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de préciser le rôle de la société des chemins de fer dans la protection du bien, et de donner des informations plus détaillées sur les potentiels changements dans le système de gestion résultant des décrets adoptés, et les impacts éventuels sur la conservation de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien.

Les informations fournies par l’État partie du Kazakhstan sur la révision des limites du Sayram-Ugam, composante du bien, sont notées. Cependant, il convient de rappeler que toute modification envisagée sur les limites du bien doit être officiellement soumise par les États parties sous la forme d’une proposition de modification des limites. Il est noté avec inquiétude que certains des changements décrits dans les informations fournies par l’État partie du Kazakhstan semblent envisager d’exclure une grande étendue des limites du bien, pour les inclure dans sa zone tampon. Il convient de souligner que des modifications des limites ne devraient être proposées que dans le but de renforcer la représentation et la protection de la VUE du bien et que, dans sa décision 40 COM 8B.9, le Comité avait demandé aux États parties de revoir et rationaliser les limites des éléments constitutifs du bien et leurs zones tampons pour s’assurer qu’elles correspondent pleinement au critère (x), suivent des principes écologiques et répondent aux besoins de connectivité. Des zones originellement incluses dans le bien pour leur valeur paléontologique en rapport avec le critère (viii) devraient également être exclues, dans la mesure où le bien a été inscrit en vertu du critère (x) seulement. Il est donc recommandé au Comité de réitèrer sa demande aux États parties de revoir et rationaliser les limites du bien, et d’élaborer, en priorité, une proposition commune de modification majeure des limites, conformément au paragraphe 165 des Orientations. Il est par ailleurs recommandé que le Comité encourage les États parties à prendre en considération, dans le cadre du processus de modification des limites, le potentiel du bien pour satisfaire également le critère (ix), en plus du critère (x).

Enfin, il est regrettable que l’État partie du Kirghizistan n’ait pas soumis de rapport sur l’état de conservation des composantes kirghizes du bien. Il est par conséquent recommandé que le Comité demande aux États parties de soumettre à l’avenir des rapports conjoints sur l’état de conservation de l’ensemble des biens transfrontaliers pour examen par le Comité.

Décision adoptée: 42 COM 7B.69

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 8B.9, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Regrette que l’État partie du Kirghizistan n’ait pas soumis de rapport sur l’état de conservation des composantes kirghizes du bien, rappelle que pour les biens transfrontaliers, les États parties doivent soumettre un rapport commun, au lieu de rapports individuels sur leurs éléments nationaux, et encourage vivement les trois États parties concernés par ce bien transnational en série à soumettre des rapports conjoints à l’avenir ;
  4. Note l’élaboration d’un protocole de coopération tripartite sur la protection et gestion du bien et le retard pris dans sa signature, prie instamment l’ensemble des trois États parties de finaliser la signature du protocole dès que possible, et leur demande d’accélérer les mesures requises pour le rendre opérationnel, en particulier en ce qui concerne la création d’un comité de pilotage conjoint qui assumerait les fonctions de coordination ;
  5. Réitère sa demande aux États parties de travailler en concertation avec l’UICN pour renforcer les compétences en matière de gestion transnationale du bien ;
  6. Prend note des informations fournies par l’État partie de l’Ouzbékistan concernant les décrets adoptés pour la gestion des zones de Bashkizilsay et de Maydantal de la réserve de biosphère du Chatkal, composantes du bien, et demande également à l’État partie de préciser le rôle de la société nationale des chemins de fer de l’Ouzbékistan dans la protection du bien, et de fournir des informations plus détaillées sur les changements apportés au système de gestion résultant de ces décrets, et leurs impacts éventuels sur la conservation de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien ;
  7. Note également les informations communiquées par l’État partie du Kazakhstan sur la révision des limites du Sayram-Ugam composante du bien, exprime son inquiétude quant au fait que certaines des modifications des limites proposées excluent une partie importante du bien, intégrée à la place dans sa zone tampon, et rappelle également que les modifications des limites ne devraient être proposées que dans le but d’améliorer la représentation et la protection de la VUE du bien ;
  8. Réitère également sa demande aux États parties de revoir et rationaliser les limites des éléments constitutifs du bien et leurs zones tampons pour veiller à ce qu’elles correspondent pleinement au critère (x), suivent des principes écologiques et répondent aux besoins de connectivité, excluent des zones originellement incluses pour leur valeur paléontologique et élaborent, en priorité, une proposition commune de modification majeure des limites, conformément au paragraphe 165 des Orientations, et encourage les États parties à solliciter l’avis de l’UICN sur la proposition avant de la soumettre ;
  9. Encourage également les États parties à prendre en considération, dans le cadre du processus de modification des limites, le potentiel du bien à satisfaire également le critère (ix), en plus du critère (x) ;
  10. Demande enfin aux États parties de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé conjoint sur l’état de conservation de l’ensemble du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Centre du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.