1.         Centre historique de Lima (Pérou) (C 500bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/500/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1989-2013)
Montant total approuvé : 94 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/500/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1994 : rapport de suivi systématique PNUD/UNESCO ; mars/avril 2003 : mission de suivi réactif ICOMOS ; janvier 2010 : mission conjointe World Heritage Centre/ICOMOS de suivi réactif

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/500/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

Le 9 décembre 2016, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation. Un résumé analytique est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/500/documents/. Par ailleurs, un complément d’information sur plusieurs points a été reçu le 24 février 2017. Dans son rapport, l’État partie traite des questions suivantes :

Par ailleurs, suite à la prise de conscience de la fragilité de certains secteurs vulnérables du centre historique et de l’état actuel de conservation de certains bâtiments historiques, l’État partie informe de la création d’un groupe de travail interinstitutionnel qui sera chargé des problèmes de conservation auxquels est confronté le bien. Dans ce contexte, l’État partie a invité le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives à mener une mission consultative au cours de 2017.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les efforts déployés par l’État partie au niveau de la gestion du bien sont appréciés, en particulier la décision prise par la municipalité d’abandonner le projet de téléphérique afin d’écarter tout risque d’impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et conformément aux recommandations formulées par le Comité dans les décisions antérieures.

En ce qui concerne le couloir de bus de grande capacité sur une voie dédiée et sachant que le projet a été réalisé sans qu’aucune EIP n’ait été soumise, comme le demandaient les décisions antérieures, il est recommandé au Comité de prier instamment l’État partie de finaliser et de soumettre les études requises avec une analyse particulière et une explication claire sur la manière d’atténuer tout impact éventuel sur la VUE du bien, susceptible de porter atteinte à son intégrité physique, environnementale ou urbaine dans les stations identifiées (Colmena, Jirón Quilca, Ramon Castilla et Central).

Malgré les efforts consentis pour réviser le plan directeur du centre historique de Lima requis par les décisions 37 COM 7B.102 et 39 COM 7B.92, le processus n’a pas abouti. Aucun calendrier spécifique n’a été établi par l’État partie pour la finalisation et l’approbation du plan directeur mis à jour pour le bien. Il est important de rappeler que dans le cadre d’une zone urbaine aussi complexe et étendue que celle comprise par ce bien du patrimoine mondial, il est indispensable de posséder des instruments de gestion et de conservation actualisés et propres à assurer son intégrité et sa VUE.

Par ailleurs, il est essentiel d’attacher une attention particulière à l’état de conservation de certains bâtiments anciens du centre historique et d’améliorer les modalités de gestion de toutes les composantes du bien au sein du plan directeur afin d’assurer la préservation des valeurs qui soutiennent la VUE.

En outre, du fait de l’importance notoire d’un plan directeur pour le bien, il est fortement recommandé au Comité d’en demander dès que possible l’achèvement et l’approbation, et d’accorder une attention particulière aux éléments les plus vulnérables du site.

L’invitation lancée par l’État partie proposant l’envoi d’une mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS pour faciliter l’identification des mesures appropriées afin d’assurer la bonne gestion et conservation du bien, est accueillie favorablement.

Décision adoptée: 41 COM 7B.64

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 37 COM 7B.102 et 39 COM 7B.92, adoptées respectivement à ses 37e (Phnom Penh, 2013) et 39e (Bonn, 2015) sessions,
  3. Apprécie les efforts entrepris par l’État partie au niveau de la gestion du bien et note avec satisfaction que l’État partie a décidé d’annuler le projet de téléphérique afin d’écarter tout risque d’impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien ;
  4. Constate avec regret que le projet de couloir de bus de grande capacité sur une voie dédiée a été réalisé sans avoir soumis les évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) requises dans les décisions antérieures et, par conséquent, prie instamment l’État partie de soumettre ces documents dès que possible, conformément au Guide de l’ICOMOS sur les EIP appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial, avec une section particulière mettant l’accent sur l’impact potentiel du projet sur la VUE, avec une analyse de l’ampleur et une explication claire de la manière d’atténuer tout impact potentiel sur les stations touchées ;
  5. Réitère sa demande à l’État partie de finaliser le processus d’actualisation du plan directeur du centre historique de Lima et de garantir son approbation dès que possible pour permettre la protection intégrale de toutes les composantes du bien ;
  6. Salue l’invitation adressée par l’État partie concernant l’envoi d’une mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS afin d’obtenir une assistance technique pour résoudre les questions de gestion et de conservation que rencontre le bien ;
  7. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.