1.         Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso (Chili) (C 959rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/959/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2010-2010)
Montant total approuvé : 140 688 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/959/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2013 : mission de conseil de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/959/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L’État partie a soumis en juillet et novembre 2016 les rapports sur le plan de gestion archéologique, les modifications apportées au projet Puerto Baron et les évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) des projets du Terminal 2 et Puerto Baron. Il a soumis le 13 décembre 2016 un rapport complet sur l’état de conservation disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/959/documents. Les soumissions antérieures sont incluses dans l’annexe 4 de ce rapport. L’État partie donne des informations sur les points suivants :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie devrait être félicité pour sa réponse constructive aux observations et recommandations du Comité et pour la grande qualité de la documentation et des projets de restauration des ascenseurs et des autres structures du bien.

On notera que la mise en œuvre du nouveau PAU prendra plusieurs années et qu’il est actuellement impossible de fournir un échéancier pour son application dans le cas de Valparaiso. L’État partie reconnaît que les mécanismes actuels sont défaillants et qu’il est important de mettre en place des mesures transitoires pour garantir une gestion correcte de la zone du patrimoine mondial et de sa zone tampon dans un environnement urbain complexe qui subit une pression forte liée au développement.

La mise en œuvre du plan directeur d’aménagement portuaire, l’ouverture de nouveaux espaces le long du littoral, l’ouverture du terminal de croisière et du projet Puerto Baron, ainsi que le nombre considérable d’interventions prévues dans les espaces publics, au sein ou à l’extérieur du bien et de sa zone tampon, associés à la fragilité et aux besoins de conservation du bien, nécessitent de solides instruments de planification interinstitutionnels et complets. La démarche de paysage urbain historique est à nouveau fortement recommandée.

La conception révisée du projet Puerto Baron répond aux observations de la mission de conseil de l’ICOMOS de 2013 et aux décisions ultérieures du Comité du patrimoine mondial. Il est recommandé que le Comité remercie l’État partie et toutes les parties impliquées pour leur attitude ouverte et constructive et pour les résultats atteints.

S’agissant du Terminal 2, il est important de rappeler que l’EIP soumise met en lumière l’importance des mesures d’atténuation et de compensation pour réduire l’impact potentiel du projet sur la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien. L’évaluation indique dans ce cas que seules 5 des 14 mesures proposées en mai 2016 par le concessionnaire peuvent être considérées comme des mesures d’atténuation et de compensation. Par ailleurs, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de soumettre un rapport d’avancement sur les conclusions de l’évaluation d’impact environnemental (EIE) – également prévue dans le plan directeur d’aménagement portuaire – et les mesures finales d’atténuation qui seront ultérieurement proposées.

Décision adoptée: 41 COM 7B.60

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7B.90 adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Exprime sa gratitude pour la réponse substantielle apportée par l’État partie à ses recommandations et pour la grande qualité de la documentation et des projets d’intervention sur les ascenseurs et autres structures au sein du bien du patrimoine mondial ;
  4. Note que la mise en œuvre de la Politique d’aménagement urbain et son application à Valparaiso prendront plusieurs années et prie instamment l’État partie de mettre en œuvre des mesures transitoires pour pallier les faiblesses des mécanismes actuels en matière de gestion et de conservation du bien dans le contexte de développement urbain de Valparaiso ;
  5. Exprime également sa gratitude à l’État partie pour la révision du projet Puerto Baron, la mise en œuvre d’évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) et l’adoption d’un plan de gestion du patrimoine archéologique, et considère que l’État partie a répondu de manière positive et constructive à ses recommandations ;
  6. Salue l’utilisation du Guide de l’ICOMOS pour les évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial et encourage l’État partie à continuer d’utiliser la démarche de paysage urbain historique (PUH) au cours de l’évaluation d’impact ;
  7. Demande à l’État partie de tenir le Comité informé des mesures d’atténuation d’impact sur le patrimoine et des développements à venir s’agissant du projet du Terminal 2 et demande également à l’État partie de garantir la finalisation de l’évaluation d’impact environnemental (EIE) et les mesures d’atténuation ou le plan de compensation qui pourraient être proposées relativement au bien du patrimoine mondial ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.