1.         Ensemble culturel et historique des îles Solovetsky (Fédération de Russie) (C 632)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1992

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/632/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/632/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/632/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le Centre du patrimoine mondial a demandé à l’État partie dans trois lettres en date des 18 janvier, 23 avril et 23 novembre 2010, de remettre au Centre du patrimoine mondial un rapport détaillé sur l’état de conservation de plusieurs biens du patrimoine mondial à signification religieuse en Fédération de Russie, incluant des informations sur les projets de développement et sur son intention de modifier le système de gestion et l’utilisation de ces biens du patrimoine mondial. Préoccupés par le manque d’informations sur l’état de conservation du bien, par les défis qui se posent en raison de la modification du système de gestion, et prenant en compte l’approbation récente par le président de la Fédération de Russie (2010) d’une nouvelle loi fédérale sur le transfert des biens nationaux ou municipaux d’origine religieuse aux organismes religieux, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ont jugé nécessaire de présenter un rapport sur l’état de conservation de ce bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session et ont demandé à l’État partie de soumettre un rapport sur l’état de conservation d’ici le 1er mars 2011.

L’État partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation comme demandé. Il a expliqué dans une lettre du 13 avril 2011 que, conformément à cette nouvelle loi fédérale sur le transfert des biens nationaux ou municipaux d’origine religieuse aux organismes religieux, la procédure visant au transfert du bien est en train d’être élaborée par des représentants du ministère de la Culture de la Fédération de Russie, de la Commission de la Fédération de Russie pour l’UNESCO et du patriarcat de Moscou et de toute la Russie. L’État partie n’a pas fourni d’informations complémentaires, déclarant qu’il tiendra informé le Centre du patrimoine mondial après la période de transition.

Il convient de noter toutefois que lors du séminaire international sur "Le rôle des communautés religieuses dans la gestion des biens du patrimoine mondial" organisé en novembre 2010 par le Centre du patrimoine mondial à Kiev, Ukraine, les représentants du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou (DCER) ont activement participé et expliqué, lors d’une présentation, l’élaboration d’un programme d’État spécial dédié au développement de ce bien incluant la reconstruction des bâtiments conventuels, la création d’un centre de recherche, la régénération de l’environnement, la construction d’un centre d’information et d’une infrastructure moderne sur l’île. Ils ont également précisé que le bien, à la fois le complexe monacal et le musée-réserve, sont présidés par le supérieur monastique, un représentant de l’Église orthodoxe de Russie. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent l’apparente absence de suivi dans la mesure où l’État partie n’a fait part d’aucune information sur l’état de conservation du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent avec préoccupation les informations transmises par le représentant religieux lors du séminaire de Kiev sur la reconstruction envisagée des bâtiments conventuels.Qui plus est, conformément au paragraphe 172 des Orientations, l’État partie doit informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet susceptible d’affecter la valeur universelle exceptionnelle (VUE) d’un bien du patrimoine mondial avant que des décisions irréversibles ne soient prises, y compris ceux qui font partie d’un programme d’État spécial. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que toutes les propositions de projet doivent être accompagnées d’études d’impact sur le patrimoine détaillées, conformément aux Orientations de l’ICOMOS relatives aux études d’impact sur le patrimoine pour les biens du patrimoine mondial culturel et soumises au Centre du patrimoine mondial conformément au paragraphe 172 des Orientations.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives soulignent par ailleurs l’importance d’établir un système de gestion adéquat pour le bien. Comme pour l’ensemble des biens du patrimoine mondial à signification religieuse en Fédération de Russie, l’État partie a été invité par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010) à mettre en place un comité spécial, se composant de toutes les parties prenantes concernées et de représentants du patriarcat de Moscou et de toute la Russie, afin d’élaborer et mettre en œuvre des mesure légales et règles appropriées en matière de conservation, restauration et utilisation, un cadre de gestion commun pour les biens du patrimoine mondial religieux en Fédération de Russie, et des mesures spécifiques appropriées pour chaque bien religieux.

En raison des immenses défis auxquels les lieux sacrés et de patrimoine religieux sont confrontés dans le monde entier, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent que le Comité du patrimoine mondial demande à l’État partie de participer activement au développement d’un programme thématique sur le patrimoine religieux et sacré. Ce programme est destiné à créer un plan d’action pour la protection du patrimoine religieux et sacré du monde entier dans l’optique de mettre en valeur le rôle des communautés et de prévenir tout malentendu, tension ou stéréotype.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives suggèrent que le Comité du patrimoine mondial demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM sur le bien pour revoir le système de gestion actuel et les mécanismes de décision, et pour évaluer l’état de conservation général du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives suggèrent également qu’un atelier spécial de formation pour les représentants religieux impliqués dans la gestion et l’utilisation des biens du patrimoine mondial en Fédération de Russie soit organisé par l’État partie et le patriarcat de Moscou lors de cette mission de suivi réactif.

Décision adoptée: 35 COM 7B.107

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B.Add,

2. Regrette que l'Etat partie n'ait pas soumis de rapport sur l'état de conservation ;

3. Exprime son inquiétude quant à l'apparente absence de mécanismes de suivi et de structures de gestion adéquates et prie instamment l'Etat partie d'élaborer et mettre en œuvre des mesure légales et règles appropriées en matière de conservation, restauration, gestion et utilisation des biens du patrimoine mondial religieux, et de développer un système de gestion commun en mettant en place un comité spécial se composant de toutes les parties prenantes concernées et de représentants du patriarcat de Moscou et de toute la Russie ;

4. Exprime également son inquiétude quant à la reconstruction éventuelle des bâtiments conventuels et autres interventions majeures dans le paysage sensible du bien, en termes d'impact sur sa valeur universelle exceptionnelle ;

5. Demande à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial toute proposition de projet, y compris ceux qui font partie du programme d'Etat spécial, susceptible de menacer la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et demande également que toute nouvelle proposition de projet soit accompagnée d'une étude d'impact sur le patrimoine, conformément au Guide de l'ICOMOS relatif aux études d'impact sur le patrimoine pour les biens du patrimoine mondial culturel ;

6. Demande en outre à l'Etat partie d'inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM sur le bien pour :

a) revoir le système de gestion actuel et les mécanismes de décision,

b) évaluer l'état de conservation général du bien ;

7. Invite l'Etat partie et le patriarcat de Moscou à organiser un atelier spécial de formation, en étroite coordination avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, pour les représentants religieux impliqués dans la gestion et l'utilisation des biens du patrimoine mondial en Fédération de Russie, lors de la mission de suivi réactif conjointe ;

8. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le1er février 2012, un rapport sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points susmentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.