1.         Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes (Fédération de Russie) (C 540bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1990

Critères  (i)(ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/540/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2002-2002)
Montant total approuvé : 5 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/540/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 18 000 dollars EU du fonds-en-dépôt néerlandais. 

Missions de suivi antérieures

Février 2006 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier-février 2007 : Conférence internationale des pays d’Europe orientale et centrale sur l’application des réussites scientifiques et technologiques à la gestion et à la préservation des villes historiques inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, Saint-Pétersbourg ; 2009 et mars 2010 : mission du suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Qualité des nouveaux projets architecturaux dans la zone inscrite ;

b) Construction de bâtiments de grande hauteur ;

c) Confusion sur la définition et l’étendue du bien et de sa zone tampon.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/540/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

L’État partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010).

a) Limites du bien

Par une lettre de la Commission de la Fédération de Russie pour l’UNESCO en date du 13 avril 2011, l’État partie a soumis l’inventaire de plusieurs éléments du bien et informé le Centre du patrimoine mondial qu’un forum d’experts internationaux allait être organisé du 29 mai au 1er juin 2011 pour évoquer la question des limites. Aucun détail sur l’ordre du jour n’avait été soumis à l’heure de rédaction de ce rapport. Au regard du délai très bref avant la 35e session du Comité du patrimoine mondial, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que les résultats du forum d’experts internationaux risquent de ne pas être convenablement communiqués au Comité du patrimoine mondial.

b) Tour du “Centre Okhta”

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives indiquent également ne pas avoir reçu de communication écrite officielle des autorités fédérales vis-à-vis du statut du projet de la tour du “Centre Okhta”. Toutefois, dans une lettre reçue le 1er février 2011, le gouverneur de Saint-Pétersbourg informait le Centre du patrimoine mondial que la municipalité, prenant en compte les recommandations et décisions du Comité du patrimoine mondial, avait annulé le décret du gouvernement municipal qui autorisait une hauteur de 403 mètres pour le site de la tour du “Centre Okhta”. Il semble que cela ait conduit à la révision du projet incluant son éventuel changement de site.

c) Déclaration de valeur universelle exceptionnelle

Les autorités locales de Saint-Pétersbourg ont demandé aux autorités nationales par lettre du 8 juillet 2010 de revoir le projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle du bien et d’intégrer les recommandations de la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2010. Cependant, aucun projet révisé de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle n’a été reçu par le Centre du patrimoine mondial, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial, à l’heure de rédaction de ce rapport.

d) Gestion du bien

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que la nécessité de produire un cadre de gestion global pour le bien n’a pas été traitée comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session et réitéré à sa 34e session.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que l’État partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation et n’a pas répondu aux questions soulevées par le Comité du patrimoine mondial lors de ses précédentes sessions, en particulier l’absence de zones tampons convenablement définies pour l’ensemble des éléments du bien, y compris le centre historique de Saint-Pétersbourg, le paysage environnant et le panorama le long de la Neva, ainsi que l’absence de cadre de gestion approprié nécessaire pour conserver la valeur universelle exceptionnelle du bien. Ils notent également que la révision du projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle n’a pas été entreprise par les autorités nationales.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent également que la municipalité a annulé le décret des autorités de la ville qui autorisait une hauteur de 403 mètres pour le site de la tour du “Centre Okhta”, mais la position officielle de l’État partie est encore floue. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent qu’il est possible que le projet soit transféré sur un autre site.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives attendent encore la position officielle de l’État partie sur ce projet et rappellent aux autorités nationales compétentes que la nouvelle proposition de projet, ainsi que tout nouveau projet au sein du bien ou projet ayant un potentiel impact visuel sur le bien du patrimoine mondial, doit être accompagnée d’une étude d’impact sur le patrimoine détaillée, conformément aux orientations de l’ICOMOS relatives aux études d’impact sur le patrimoine pour les biens du patrimoine mondial culturel. 

Décision adoptée: 35 COM 7B.104

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B.Add,

2. Rappelant les décisions 32 COM 7B.105, 33 COM 7B.118 et 34 COM 7B.95, adoptées à sa 32e (Québec, 2008), 33e (Séville, 2009) et 34e (Brasilia, 2010) sessions respectivement,

3. Regrette grandement que l'Etat partie n'ait pas soumis de rapport sur l'état de conservation, ni de modification/éclaircissement sur les limites comme demandé par le Comité du patrimoine mondial et n'ait pas adressé au Comité du patrimoine mondial de demande d'extension de la zone tampon du bien ;

4. Exprime sa vive inquiétude quant au fait que la nécessité de produire un cadre de gestion général pour le bien n'ait pas été traitée comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session ;

5. Note les récentes informations reçues de l'Etat partie qui envisage d'organiser un forum d'experts internationaux à Saint-Pétersbourg afin d'évoquer la question des limites, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial et lui demande de soumettre au Centre du patrimoine mondial toutes les informations pertinentes sur les conclusions et résultats du forum ;

6. Prend note des informations concernant le projet de la tour du "Centre Okhta" incluant l'éventuelle révision et changement de site, fournies par les autorités municipales, et regrette également que l'Etat partie n'ait pas donné de confirmation officielle au Comité du patrimoine mondial ;

7. Demande également que la nouvelle proposition du projet ainsi que tout nouveau projet au sein du bien ou projet ayant un potentiel impact visuel sur le bien du patrimoine mondial, soient accompagnés d'une étude d'impact sur le patrimoine conformément au Guide de l'ICOMOS relatif aux études d'impact sur le patrimoine pour les biens du patrimoine mondial culturel ;

8. Regrette en outre que l'Etat partie n'ait pas soumis de projet révisé de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle comme demandé par le Comité du patrimoine mondial, et réitère sa demande à l'Etat partie de soumettre un projet révisé, prenant en compte les recommandations de la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2010, d'ici le 1er octobre 2011 ;

9. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points susmentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.