1.         Montagnes bleues et monts John Crow (Jamaïque) (C/N 1356rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2015

Critères  (iii)(vi)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1356/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2007-2007)
Montant total approuvé : 10 450 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1356/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Menaces identifiées lors de l'inscription du bien en 2016:

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1356/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L'État partie a soumis un rapport sur l'état de conservation du bien le 1er décembre 2016, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1356/documents/ dans lequel il répond aux demandes et recommandations adoptées au moment de l'inscription du bien, comme résumé ci-après :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

L’engagement ferme de l'État partie pour la conservation et la gestion du bien s’exprime dans les réponses des autorités à toutes les demandes et recommandations formulées par le Comité dans sa décision 39 COM 8B.7 (Bonn, 2015). L'État partie a fait des progrès louables pour réduire les risques liés à l'exploration et à l'extraction minières à venir. Toutefois, comme le reconnaît l'État partie, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir sans ambiguïté la protection complète du bien et de sa zone tampon dans ce domaine. D'autres facteurs identifiés au moment de l'inscription en raison d’un impact réel ou potentiel sur le bien, comme les espèces exotiques envahissantes et l'extraction illégale de biodiversité sauvage à des fins commerciales, demandent à être pleinement pris en compte dans le cadre de la gestion à l’avenir.

Les résultats de l’augmentation des patrouilles et des actions de sensibilisation sont encourageants et doivent être consolidés, en associant l’application de la loi, le dialogue continu entre les gardes forestiers et les communautés locales, une clarification plus précise et une démarcation ultérieure des délimitations, et le meilleur soutien possible aux communautés de la zone tampon, avec des systèmes durables d'utilisation des terres et des ressources. Les différentes initiatives prises pour renforcer le rôle des communautés Marron dans la gouvernance et la gestion du parc national et du bien, notamment par un travail participatif d'identification et de documentation du patrimoine culturel matériel et immatériel, reflètent l’importance essentielle de l'approche intégrée pour ce bien mixte ; elles exigent et méritent le plus large soutien possible. La finalisation annoncée du programme pour les assistants culturels Marrons et les programmes de formation connexes qui vont commencer prochainement, ainsi que le Programme de préservation du patrimoine culturel, seront des composantes essentielles de la gouvernance et de la gestion.

La résistance à la pression pour créer de nouvelles pistes indique une forte prise de conscience de la nécessité d'équilibrer les visites et la conservation de valeurs culturelles et naturelles sensibles et vulnérables. Les pistes et les zones les plus visitées, y compris les « sites satellites », nécessitent une surveillance adéquate et, si nécessaire, des réponses en termes de gestion.

Malgré les problèmes qui demeurent en matière de moyens financiers, on considère qu’une réponse est apportée actuellement aux principales préoccupations du Comité du patrimoine mondial. Il est toutefois recommandé au Comité d’encourager l'État partie à poursuivre la finalisation du cadre juridique et politique général, comme les amendements au projet de Politique nationale des minéraux, la révision de la Loi sur la fiducie du patrimoine national de la Jamaïque et le développement et la consolidation de la législation et de la politique nationales concernant le système des aires protégées. Il est également recommandé au Comité d’encourager l'État partie à mettre en place un programme robuste pour soutenir les moyens de subsistance des communautés locales par des choix compatibles avec l'environnement et la culture, afin d'éviter toute menace de l'activité humaine pour la valeur universelle exceptionnelle du bien. Le nouveau Plan de gestion décennal devrait être finalisé en priorité et sa mise en œuvre devrait être soutenue par l’allocation de ressources financières et humaines adéquates.

Décision adoptée: 41 COM 7B.35

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 39 COM 8B.7, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015)
  3. Félicite vivement l'État partie pour les mesures prises en réponse aux demandes du Comité du patrimoine mondial au moment de l'inscription, concernant les menaces d'empiètement agricole, la protection juridique du bien contre les licences et/ou les activités de prospection minière, ainsi que l'intégration des « sites satellites » liés au patrimoine matériel et immatériel Marron dans le programme d'interprétation et de présentation du bien et recommande la poursuite de ces actions ;
  4. Encourage l'État partie à continuer de soutenir les moyens de subsistance des communautés locales grâce à des choix compatibles avec l'environnement et la culture, afin d'éviter toute menace de l'activité humaine pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et à envisager de développer un programme à long terme à cette fin ;
  5. Demande à l’État partie de finaliser, d’adopter et de mettre en œuvre :
    1. Les modifications du projet de Politique nationale des minéraux, afin d'assurer la protection des zones culturelles et naturelles sensibles qui fondent la VUE du bien,
    2. Une nouvelle politique et législation générales pour le système des aires protégées,
    3. Le programme de formation pour les assistants culturels Marrons et le Schéma de préservation du patrimoine culturel,
    4. Le nouveau Plan de gestion 2017-2027, soutenu par des ressources humaines et financières adéquates, en coordination et coopération étroites entre les acteurs publics, la société civile et les communautés Windward Maroon, et en tenant pleinement compte des facteurs affectant le bien, identifiés par le Comité du patrimoine mondial dans la décision 39 COM 8B.7 ;
  6. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par les Organisations consultatives.