1.         Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2000-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4357

Mesures correctives identifiées

Adoptées; voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1282

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore identifié

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2014)
Montant total approuvé : 188 997 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 14 000 dollars EU provenant du fonds-en-dépôt italien  et de l'Accord de coopération France-UNESCO 

Missions de suivi antérieures

2002 et 2003 : expertise internationale ; décembre 2004 : mission du Centre du patrimoine mondial ; janvier 2007 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2009 : mission du Centre du patrimoine mondial ; janvier 2011 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 20 mars 2017, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/, dans lequel les sujets suivants sont abordés :

L’État partie a tenu le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives régulièrement informés des processus de conservation, mais a pointé le besoin urgent de soutien financier en matière de plans d’urgence et de renforcement des capacités. Tout en remerciant les autorités allemandes pour leur soutien, l’État partie note que l’aide de l’Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ) a été interrompue en raison de la situation en matière de sécurité dans le pays. L’État partie a également souligné le soutien apporté par l’ICCROM de Sharjah et le Bureau de l’UNESCO de Doha.

L’État partie a invité une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS afin d’évaluer l’état de conservation du bien et de dégager les mesures nécessaires pour mettre un terme à la détérioration actuelle de la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien.

Même si l’État partie a précédemment transmis au Centre du patrimoine mondial des précisions sur les limites de la ville historique de Zabid envisagées, une demande formelle de modification des limites, y compris de la zone tampon, doit toujours être soumise.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

La situation en matière de sécurité au Yémen, associée au manque de soutien organisationnel et de ressources, continue d’entraver la bonne gestion du patrimoine et les travaux de conservation au sein du bien. Toutefois, on peut louer les efforts conjugués de la GOPHCY et de la population de Zabid en matière d’évaluation des dommages, de documentation, d’interventions de première nécessité, de renforcement des capacités et de communication continue avec le Centre du patrimoine mondial, le Bureau de l’UNESCO de Doha et les Organisations consultatives.

Le soutien de la communauté internationale demeure essentiel en matière de renforcement des capacités pour prendre les mesures de prévention et de restauration adéquates au sein du bien. En raison de la situation en matière de sécurité, il n’a pas été possible de faire avancer la préparation d’un plan de gestion ni celle du plan d’action résultant du projet de stratégie nationale pour la préservation des villes, sites et monuments historiques 2016-2020, plan d’action préparé en collaboration avec l’Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ). Bien que tout soutien financier à venir soit nécessairement dépendant de l’amélioration de la situation en matière de sécurité, il est urgent de chercher les moyens financiers et techniques nécessaires à la sauvegarde du bien. Par conséquent, il serait approprié pour la communauté internationale de continuer à montrer son soutien en faveur de l’État partie et de la GOPHCY, et si possible d’apporter des propositions de soutiens technique et pratique.

La visite du bien par une mission de suivi réactif est toujours souhaitable afin que cette dernière donne des conseils en matière de travaux de réparation à court terme et identifie, en collaboration avec la GOPHCY, l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) et les mesures correctives associées, et ce, dès que la situation en matière de sécurité le permettra.

Décision adoptée: 41 COM 7A.51

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7A.43, adoptée à sa 40esession (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Exprime sa préoccupation persistante quant aux dommages récents infligés au patrimoine culturel de la ville historique de Zabid en raison du conflit armé en cours, et quant au fait que le bien continue d’être menacée par la situation actuelle en matière de sécurité, l’évolution sociale en cours et le manque permanent de soutien organisationnel et de ressources en matière de gestion du patrimoine et de conservation ;
  4. Félicite l’État partie pour sa communication avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives et reconnaît les efforts de l’Organisation générale pour la préservation des villes historiques au Yémen (GOPHCY), des autorités locales et de la population de Zabid pour protéger et conserver le bien en dépit des conditions très difficiles ;
  5. Accueille favorablement l’invitation d’une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS qui donnera des conseils sur les travaux de réparation et de conservation à court terme, et la contribution à la mise en place d’un ensemble de mesures correctives, d’un calendrier de mise en œuvre et d’un État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) dès que la situation en matière de sécurité au Yémen se sera améliorée ;
  6. Prie instamment les parties au conflit d’empêcher tout acte supplémentaire qui endommagerait le patrimoine culturel du Yémen et la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et de remplir leurs obligations au regard du droit international en prenant toutes les mesures possibles en faveur de la protection de ce patrimoine, en particulier la sauvegarde des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et sur la Liste indicative du Yémen, et encourage les parties prenantes concernées à s’unir pour la préservation du patrimoine culturel au Yémen ;
  7. Demande à l’État partie de poursuivre le dialogue avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives pour toutes les démarches de restauration et de reconstruction afin de garantir la sécurité des habitants et le respect des normes de conservation internationales ;
  8. Réitère ses appels précédents à la communauté internationale pour qu’elle fournisse un soutien technique et financier, y compris par le Fonds d’urgence du patrimoine de l’UNESCO, en faveur de la mise en œuvre du plan d’action d’urgence pour la sauvegarde du patrimoine culturel du Yémen adopté lors de la réunion d’experts de l’UNESCO en juillet 2015, y compris le financement du renforcement des capacités, des restaurations de première nécessité et les mesures de protection, et invite le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives à continuer de soutenir l’État partie sur le plan technique si nécessaire ;
  9. Réitère sa demande à l’État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial des précisions sur la zone tampon et les autres conditions techniques, comme demandé, et de soumettre une proposition de modification mineure des limites d’ici le 1erfévrier 2018, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018 ;
  10. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018 ;
  11. Décide de maintenir la Ville historique de Zabid (Yémen) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 41 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,
  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/17/41.COM/7A, WHC/17/41.COM/7A.Add et WHC/17/41.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :