1.         Tombouctou (Mali) (C 119rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (ii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1990-2005, 2012-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

En cours de rédaction

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/6622 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

En cours de rédaction 

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/119/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-2012)
Montant total approuvé : 188 315 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/119/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 100 000 dollars EU du fonds en dépôt italien ; 55 000 dollars EU du Fonds d’urgence de l’UNESCO ; 2.100.000 dollars EU du Fonds du Projet de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens

Missions de suivi antérieures

2002, 2004, 2005, 2006 : missions du Centre du patrimoine mondial ; 2008, 2009 et 2010 : missions conjointes Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif ; mai, octobre et décembre 2012 : Missions d’urgence de l’UNESCO au Mali ; juin 2013 : Mission d’évaluation de l’UNESCO à Tombouctou

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/119/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

Le 25 janvier 2017, en réponse à la décision 40 COM 7A.6, l'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/119/documents/, et complété par un rapport d’évaluation plus détaillé soumis le 3 mai 2017, disponible à la même adresse. Ces rapports fournissent les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il est important de souligner les progrès réalisés par l’État partie, dans un contexte sécuritaire instable, dans la mise en œuvre de plus de la moitié des mesures correctives, afin de garantir les meilleures conditions d'intégrité et d'authenticité du bien. Les travaux de réhabilitation des mosquées de Sankoré et de Sidi Yahia et de crépissage de la mosquée de Djingareyber permettent de consolider les structures architecturales de ces monuments historiques, vieux de plus de cinq siècles et d’assurer leur conservation physique. Ces travaux, qui ont rassemblé les communautés locales, contribuent à la restauration de la dignité de celles-ci, à la cohésion sociale et à la réconciliation nationale.

Le renforcement des capacités opérationnelles de la Mission culturelle de Tombouctou, tout comme la mobilisation de financements complémentaires auprès de l’Union Européenne et de l’Inde sont également accueillis avec satisfaction. Cette évolution positive est favorable à la mise en œuvre de l’ensemble des mesures correctives. De ce fait, il est recommandé que le Comité félicite l’État partie pour les progrès ainsi réalisés et l’encourage à les poursuivre.

Néanmoins, la situation sécuritaire demeure toujours instable, malgré l’augmentation de la présence militaire sur le terrain. Cette situation n’a pas permis d’organiser la mission UNESCO/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif demandée par la décision 40 COM 7A.6. De plus, l’État partie n’a pas été en mesure de finaliser la proposition d’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), tel que demandé dans cette même décision.

En outre, la construction récente en tôle ondulée d’une boulangerie moderne au cœur du marché est préoccupante, compte tenu du contraste qu’elle crée sur l’homogénéité architecturale et des nuisances sonores et environnementales qu’elle provoque. Face à cette situation, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’actualiser et de mettre en œuvre le règlement d’urbanisme dans le périmètre inscrit, le tissu ancien et les zones tampons dans les meilleurs délais. Il est également recommandé que le Comité exhorte l’État partie à accélérer la finalisation du DSOCR, avec le soutien de ses partenaires.

Décision adoptée: 41 COM 7A.29

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7A.6, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Félicite l’État partie pour les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures correctives adoptées à sa 40e session, dans un contexte sécuritaire difficile dans le nord du Mali, et l’encourage à les poursuivre avec le soutien de ses partenaires ;
  4. Exprime sa préoccupation sur la fragilité de la situation sécuritaire à Tombouctou qui n’a pas permis d’organiser la mission conjointe UNESCO/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif demandée afin d’évaluer l’état général de conservation du bien ;
  5. Demande à l’État partie d’actualiser et de mettre en œuvre le règlement d’urbanisme dans le périmètre inscrit, le tissu ancien et les zones tampons du bien, dans les meilleurs délais ;
  6. Appelle la communauté internationale à continuer d’apporter son soutien à l’État partie, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, par tous les moyens possibles, pour la conservation et la protection du bien ;
  7. Réitère sa demande à l’État partie d’inviter, lorsque la situation dans la région nord du Mali sera stabilisée, une mission conjointe UNESCO/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif en vue d’évaluer l’état général de conservation du bien, et les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures correctives ;
  8. Réitère également sa demande à l’État partie de finaliser, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial, l’ICOMOS et l’ICCROM, la proposition d’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) et un calendrier clair de mise en œuvre, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1erfévrier 2018, pour adoption par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018 ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018 ;
  10. Décide de poursuivre l’application du mécanisme de suivi renforcé pour le bien ;
  11. Décide également de maintenir Tombouctou (Mali) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 41 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,
  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/17/41.COM/7A, WHC/17/41.COM/7A.Add et WHC/17/41.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :