1.         Parc national de Morne Trois Pitons (Dominique) (N 814)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (viii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/814/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1998-2001)
Montant total approuvé : 14 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/814/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/814/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

L’État partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien comme demandé par le Comité du patrimoine mondial.

Le 6 novembre 2015, l’État partie a soumis au Centre du patrimoine mondial l’étude d’impact sur l’environnement (EIE) du forage de puits géothermiques dans la vallée de Roseau et son résumé analytique, tous deux préparés en 2013, ainsi que l’EIE préparée pour la phase 1 (forage exploratoire du projet) en 2011.

Le 14 décembre 2015, le Centre du patrimoine mondial a adressé une lettre à l’État partie soulignant la nécessité de procéder sans attendre à l’organisation de la mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN demandée par le Comité à sa 39e session. La lettre, reconnaissant cependant les répercussions considérables de la tempête tropicale Erika qui a frappé la Dominique, et dans ce contexte, demandait également à l’État partie de préciser si, en conséquence de la tempête, il envisageait de reporter la mission. Au moment de la rédaction de ce rapport, aucune réponse n’avait été reçue de l’État partie, de même qu’aucune invitation pour la mission.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Il est regrettable que l’État partie n’ait pas invité sur le bien la mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN demandée et qu’il n’ait pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien. En conséquence, l’absence d’informations actualisées sur les points soulevés par le Comité lors de sa précédente session ne permet pas d’évaluer les progrès accomplis dans la mise en œuvre de ses demandes.

L’EIE pour la phase de forage exploratoire du projet géothermique dans la vallée de Roseau adjacente au bien et l’EIE pour la phase de développement opérationnel du projet, qui comprend l’installation d’une plateforme de production et d’une plateforme de réinjection du fluide géothermique et le forage de puits de production géothermique à deux endroits, sont notées. L’EIE de la phase de production du projet indique que « les sites potentiels de forage et de production d’énergie géothermique ne sont pas concernés par une quelconque aire écologiquement protégée », malgré leur proximité immédiate au parc national de Morne Trois Pitons. Toutefois, aucune des EIE fournies n’évalue les impacts potentiels du projet géothermique sur la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien.

Il est recommandé au Comité de réitérer sa demande à l’État partie de fournir des informations complémentaires sur le projet géothermique, incluant une évaluation des impacts potentiels sur la VUE du bien, en suivant la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale, et de suspendre le projet jusqu’à ce que ces informations soient soumises au Centre du patrimoine mondial et examinées par l’UICN. Il est par ailleurs recommandé que le Comité réitère également sa demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN pour évaluer l’état actuel du projet, les impacts des infrastructures géothermiques existantes et les impacts potentiels de la petite centrale géothermique envisagée sur la VUE du bien.

Décision adoptée: 40 COM 7B.73

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7B.30, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Regrette que l’État partie n’ait pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien, comme demandé par le Comité ;
  4. Prend note des études d’impact sur l’environnement (EIE) pour les phases d’exploration et de production du projet géothermique dans la vallée de Roseau soumises par l’État partie au Centre du patrimoine mondial ;
  5. Notant que les EIE susmentionnées n’incluent pas d’évaluation des impacts potentiels du projet sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, réitère sa demande à l’État partie de préparer une telle EIE, en suivant la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale, et prie à nouveau instamment l’État partie de suspendre le projet géothermique jusqu’à ce que l’EIE susmentionnée ait été soumise au Centre du patrimoine mondial et examinée par l’UICN ;
  6. Réitère également sa demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN sur le bien, pour évaluer les impacts des infrastructures géothermiques existantes, et l’état actuel du projet géothermique dans la vallée de Roseau et ses impacts potentiels sur la VUE du bien ;
  7. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017.