1.         Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Panama) (C 135)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2012-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763 

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/135/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1993)
Montant total approuvé : 76 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/135/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2001 : mission commune de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; mars 2010 : mission commune de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; février 2014 : mission de conseil de l’ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/135/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 29 janvier 2016, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/135/documents/, qui présente les progrès accomplis dans un certain nombre de domaines.

Le rapport présente une analyse exhaustive des décisions passées ainsi que l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) et les mesures correctives adoptés par la décision 36 COM 7B.102. Le rapport mentionne qu’en raison de diverses circonstances, les mesures correctives n’ont pas pu être mises en œuvre selon le calendrier défini (2012-2015) et qu’il s’est désormais engagé à les mettre en œuvre entre 2016 et 2019.

L’État partie assure que malgré le fait que la gestion du bien ait été confiée au Patronato de Portobelo y San Lorenzo, l’Institut national de la culture (INAC) demeure l’institution nationale responsable et que ce dernier suivra attentivement la mise en œuvre des mesures correctives.

S’agissant des facteurs affectant le bien qui ont justifié son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril, le rapport précise que, suite à la mission de conseil de l’ICOMOS de 2014, un certain nombre de mesures ont été mises en œuvre, comme, par exemple, la préparation d’un plan d’urgence, l’adoption d’une loi permettant à l’État de financer le Patronato de Portobelo y San Lorenzo et la délimitation des diverses composantes du bien.

Le rapport présente également une stratégie, un programme et un calendrier détaillés pour la mise en œuvre des mesures correctives regroupées au sein des quatre thématiques suivantes :

  1. Plan d’urgence : allocation d’un budget et mise en œuvre des travaux urgents de consolidation tels que définis par le plan d’urgence de 2014 ;
  2. Lois et politiques nationales : identification d’une zone tampon à Portobelo et définition légale des limites des composantes du bien du patrimoine mondial et de leurs zones tampon.
  3. Plans de gestions/schémas directeurs : mise à jour du plan de gestion de 2013 pour la période 2018-2022 ; plans annuels pour les programmes de consolidation et de conservation ;
  4. Système de gestion opérationnel et participatif : réactivation de la Commission nationale du patrimoine mondial ; approbation des plans de développement urbain et territorial ; dispositions inter-institutionnelles pour leur mise en œuvre.

 Le calendrier triennal est établi comme suit :

Enfin, le rapport présente de manière détaillée les activités mises en œuvre par le Patronato en 2015 ainsi que celles prévues pour 2016.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

La précédente décision 39 COM 7A.46 a exprimé les très vives préoccupations du Comité quant aux progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives. S’il est certes regrettable que le calendrier 2012-2015 établi par le Comité n’ait pas été respecté, il est toutefois encourageant de noter que la stratégie, le programme et le plan de travail  soumis pour la période 2016-2019, sont bien structurés.

Le rapport de l’État partie confirme sans ambigüité l’engagement des autorités nationales, des institutions en charge du patrimoine culturel et du Patronato de Portobelo y San Lorenzo à mettre en œuvre ce programme.

Il est par conséquent recommandé que le Comité apprécie les efforts de l’État partie et le prie instamment de garantir les ressources budgétaires et humaines ainsi que les dispositions institutionnelles nécessaires à la mise en œuvre, selon le calendrier prévu, des mesures correctives pour 2016-2019. Il est également recommandé que le Comité affirme très clairement que, sur la base des rapports sur l’état de conservation soumis par l’État partie au cours des années à venir, il veillera avec un soin tout particulier à ce que les objectifs définis soient atteints et les activités prévues mises en œuvre et à ce que des progrès soient accomplis afin d’atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR).

Décision adoptée: 40 COM 7A.3

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7A.46, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Bien que regrettant que la série de mesures correctives adoptées lors de l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril n’aient pas été mises en œuvre conformément au calendrier prévu (2012-2015), apprécie l’engagement renouvelé de l’État partie à prendre toutes les mesures nécessaires à la conservation et à la gestion appropriées du bien ;
  4. Accueille avec satisfaction la stratégie, le programme et le calendrier qui sont désormais soumis par l’État partie qui permettront de garantir la mise en œuvre des mesures correctives au cours de la période 2016-2019, dans le but d’atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) en 2019 ;
  5. Prie instamment l’État partie de prendre toutes les mesures juridiques, institutionnelles, financières et de gestion nécessaires afin de garantir la mise en œuvre pleine et entière des mesures correctives et d’informer le Comité, dans ses rapports annuels, des progrès accomplis ;
  6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017 ;
  7. Décide de maintenir les Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo-San Lorenzo (Panama) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 40 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/16/40.COM/7A, WHC/16/40.COM/7A.Add et WHC/16/40.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :