1.         Centre historique de Shakhrisyabz (Ouzbékistan) (C 885)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2000

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/885/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-1999)
Montant total approuvé : 15 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/885/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Octobre 2002 : mission de suivi par un expert international ; mars 2006 : mission de suivi réactif du Bureau UNESCO de Tachkent/ICOMOS ; octobre 2006 : visite informelle du Centre historique de Shakhrisyabz par le Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Absence de plan global de conservation et de gestion 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/885/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

En octobre 2014, le Centre du patrimoine mondial a reçu des informations sur des travaux de rénovation, avec la construction de nouveaux immeubles sur le site, et a demandé aux autorités de fournir un complément d’information à ce sujet. Le 18 mars 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible sur https://whc.unesco.org/fr/list/885/documents/, sur le programme de construction et les mesures de reconstruction adoptées par décret en février 2014, sont :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Prenant note de la volonté de l’État partie de valoriser le patrimoine culturel de Shakhrisyabz, non seulement à travers les améliorations architecturales et infrastructurelles proposées, mais aussi en créant des conditions favorables au tourisme, la complexité des travaux envisagés et le temps limité sont source de grande préoccupation.

Même si quelques plans ont été soumis, l’impact global des projets sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et l’ampleur de la transformation urbaine susceptibles de nuire à l’intégrité et à l’authenticité de Shakhrisyabz, n’ont fait l’objet d’aucune évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP).

Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de fournir de toute urgence au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, les plans détaillés et la documentation concernant tous les travaux prévus, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de faire des EIP, conformément aux Directives de l’ICOMOS sur les évaluations d’impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial.

Il est aussi recommandé que le Comité prie instamment l’État partie d’arrêter ou de ne pas commencer de travaux tant que les évaluations et examens en question n’auront pas été effectués. 

En outre, face aux menaces potentielles et à l’absence d’un plan global de gestion et de conservation du bien, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif, Centre du patrimoine mondial/ICOMOS, afin d’examiner le programme de développement et de reconstruction proposé pour le bien, d’évaluer son état de conservation général et d’examiner son système actuel de planification et de gestion, mais aussi de conseiller les autorités sur les problèmes qui viennent d’être évoqués.

Décision adoptée: 39 COM 7B.74

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 31 COM 7B.87, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),
  3. Prend note de l’information fournie par l’État partie sur les travaux envisagés dans le cadre du «Programme de mesures complexes pour le développement et la reconstruction de la ville de Shakhrisyabz» ;
  4. Exprime son inquiétude face à l’impact global des projets sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et à l’ampleur de la transformation urbaine qui pourraient nuire à l’intégrité et à l’authenticité de Shakhrisyabz et demande à l’État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial les plans détaillés et la documentation concernant tous les travaux envisagés, y compris une évaluation de l’impact sur le patrimoine (EIP), conformément aux Directives de l’ICOMOS sur les EIP appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives ;
  5. Prie instamment l’État partie de ne pas commencer ou d’arrêter tous les travaux tant que les évaluations et les examens susmentionnés n’auront pas été effectués ;
  6. Réitère que le Comité du patrimoine mondial doit être avisé avant toute restauration majeure et/ou nouvelle construction qui pourrait porte atteinte à la VUE du bien et avant de prendre des décisions difficilement réversibles, conformément au paragraphe 172 des Orientations;
  7. Demande également à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif, Centre du patrimoine mondial/ICOMOS, sur le site, afin d’examiner le programme de développement et de reconstruction proposé, d’évaluer l’état de conservation général du bien, d’examiner son mode actuel de planification et de gestion, mais aussi de conseiller les autorités sur les problèmes de conservation qui se posent dans le Centre historique ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.