1.         Petra (Jordanie) (C 326)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (i)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/326/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1987-2010)
Montant total approuvé : 167 079 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/326/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé: 1 million de dollars EU du fonds-en-dépôts italien

Missions de suivi antérieures

Septembre 2000 : mission ICOMOS ; mars 2004 : mission UNESCO ; 2009 : missions d'expertise technique UNESCO ; décembre 2010 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/326/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 1er février 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation et le 19 mars 2015, des documents justificatifs complémentaires qui sont disponible à : https://whc.unesco.org/fr/list/326/documents/. Le rapport et les documents offrent des informations détaillées sur la vaste gamme d’initiatives prises pour la conservation, la protection et la gestion du bien. Le rapport traite en détail les inquiétudes du Comité du patrimoine mondial formulées à sa 37e session (Phnom Penh, 2013). A l’invitation de l’État partie, le Centre du patrimoine mondial a entrepris une mission à Petra en février 2015 afin de discuter les progrès réalisés et les besoins actuels.

L’État partie fait état de divers autres points, tels que : une base de données archéologiques et des réglementations sur les fouilles et les sondages archéologiques, les travaux de conservation et les études sur le temple des lions ailés, le plateau du Deir et le Wadi al-Jarra, la sensibilisation pour un meilleur traitement des animaux, la construction du projet de route de desserte de Petra, le Centre de développement local d’Um Sayhoun et une étude de la communauté d’Um Sayhoun ainsi qu’un projet de développement local et touristique intitulé : Phase 2 du village du patrimoine culturel de Petra : plan directeur conceptuel.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie a réalisé des progrès considérables dans le traitement des questions soulevées par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session (Phnom Penh, 2013). En particulier, l’État partie a adopté un plan d’action de conservation qui est actuellement examiné par les Organisations consultatives. Il a aussi amélioré la coordination entre la PDTRA et le DoA.

Néanmoins, au vu de l’importance des défis et des tâches à venir, il reste encore à développer un plan de gestion global pour le bien, incluant en priorité des besoins de renforcement de capacité avec les ressources nécessaires pour les traiter et à s’assurer du soutien officiel de ce plan de gestion par les organes de gouvernance. La stratégie de gestion des visiteurs, incluant des règlementations de l’utilisation publique au regard de la capacité d’accueil du bien est toujours attendue.

Les efforts déployés par l’État partie pour envisager les défis auxquels est confronté Petra de manière intégrée, au niveau du territoire en prenant en compte les problèmes économiques et sociaux, sont importants. Naturellement, la taille du PAP implique un plan régional intégré et des politiques de développement durable local. Il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à poursuivre cette approche intégrée, à opter pour des projets et des études de faisabilité approfondies avant mise en œuvre et à allouer de toute urgence des ressources appropriées à une solution équitable pour améliorer les conditions de vie de la communauté d’Um Sayhoun qui a été expulsée du bien.

La zone tampon et ses réglementations locales seront soumises dans leur version finale et en accord avec le format demandé par le Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives. Il conviendrait de s’abstenir d’élever de nouvelles constructions dans la zone non-aménageable, comme c’est le cas aujourd’hui avec l’extension prévue d’un hôtel, selon des informations que le Centre du patrimoine mondial a eues de l’État partie pendant sa mission de février 2015 et d’éviter tout empiètement urbain, comme observé par la mission au village d’Um Sahyoun. Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial demande à l’État partie de s’abstenir de faire de nouvelles constructions à proximité du site et de soumettre tous plans de construction ou de développement avant le lancement de toute procédure de construction, en particulier concernant les plans de construction définitifs du projet de route de desserte de Petra et du Musée de Petra.

Décision adoptée: 39 COM 7B.52

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.50, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Note les progrès considérables accomplis par l’État partie pour améliorer la conservation et la gestion du bien en réponse aux inquiétudes formulées par le Comité du patrimoine mondial, et en particulier l’adoption du plan d’action de conservation de Petra ;
  4. Réitère sa demande de poursuivre les progrès réalisés pour gérer le bien et soumettre un plan de gestion pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, tout en assurant des synergies avec des initiatives de planification existantes (par exemple le plan d’action de conservation de 2015 et le plan d’exploitation prioritaire du parc archéologique de Petra 2010-2015) et entreprendre le processus d’adoption nécessaire pour assurer la mise en œuvre effective ;
  5. Encourage l’État partie à poursuivre ses efforts en créant des opportunités pour le développement local durable autour du bien ;
  6. Encourage également l’État partie à mettre en place les conditions de prise en charge durables des communautés locales déplacées du bien du patrimoine mondial ;
  7. Demande à l’État partie de poursuivre ses efforts actuels, en accordant une attention particulière aux points suivants :
    1. Poursuivre les progrès accomplis en vue d’adopter la zone tampon et d’élaborer des mesures réglementaires adéquates afin d’en assurer la protection et soumettre un projet de modification mineure des limites d’ici le 1er février 2017 pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017,
    2. Contrôler strictement le développement urbain en conformité avec la zone tampon, jusqu’à l’adoption de la modification mineure des limites susmentionnée,
    3. Poursuivre ses efforts pour traiter la réduction des risques de catastrophes et obtenir les ressources nécessaires pour sa mise en œuvre, en donnant la priorité à la stabilisation du Siq ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre les plans architecturaux du projet de Musée de Petra pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives avant le début des travaux ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017.