1.         Ville archéologique de Samarra (Iraq) (C 276rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2007

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2007-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

La situation de conflit dans le pays ne permet pas aux autorités responsables d’assurer la protection et la gestion du bien.

Mesures correctives identifiées

Pas encore identifiées

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore établi

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/276/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/276/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 100 000 dollars EU provenant du Fonds nordique du patrimoine mondial, pour la formation et la documentation en vue de la préparation du dossier de proposition d’inscription.

Missions de suivi antérieures

Juin 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/276/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 12 avril 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation des quatre biens du patrimoine mondial en Iraq ainsi que sur dix des onze sites figurant sur la Liste indicative du pays. Le rapport est disponible à: https://whc.unesco.org/fr/list/276/documents/.

L’État partie fait savoir qu’une attaque perpétrée par l’EIL a partiellement endommagé la coupole du « Dôme des Croisés », situé à 600 m du palais al-Ma’shuq. Une seconde attaque en juillet 2014 a causé des dégâts sur les parois fixes. La grille de la « barrière Eshnass » a été en partie détruite par une voiture piégée. L’État partie indique que le reste du bien n’a subi aucun dommage.

D’autres sources rapportent qu’en novembre 2014, une bannière noire a été accrochée sur le minaret en spirale de la grande mosquée (Al-Malwiya), pendant que des affrontements se poursuivaient entre des groupes armés locaux et l’EIL en dehors de la ville. En mars 2015, une partie du minaret en spirale (Al-Malwiya) a été recouverte de graffiti noirs et rouges. Le 26 mars 2015, le Centre du patrimoine mondial a adressé une lettre à la Délégation permanente de l’Iraq auprès de l’UNESCO au sujet des groupes armés locaux qui encerclent le bien, où sont exposés des signes religieux, notamment sur le minaret en spirale (Al-Malwiya). Le Centre du patrimoine mondial exprime sa préoccupation quant à ces signes qui peuvent transformer le site en une cible militaire et a donc demandé des clarifications sur la situation actuelle. Lors de la rédaction de ce rapport, aucune réponse n’avait encore été reçue.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le 17 juillet 2014, une réunion d’experts tenue au Siège de l’UNESCO a conduit à l’adoption d’un plan d’action d’intervention d’urgence pour sauvegarder le patrimoine culturel iraquien (voir aussi Partie I du document WHC-15/39.COM/7).

Le bien semble être encore sous le contrôle des autorités responsables malgré les incidents de la bannière et des graffiti. Toutefois, ce genre d’incident peut mettre le bien en grand danger du fait de la présence de l’EIL autour de la ville de Samarra. En octobre 2014, l’un des plus importants sanctuaires, le sanctuaire d’al-Douri (sanctuaire de l’imam Dur), situé au nord de Samarra et construit en 1085, a été volontairement détruit par l’EIL.

Concernant les graffiti, une rapide consultation menée par le Centre du patrimoine mondial avec un expert en peintures murales et basée sur les images envoyées par les autorités responsables a donné lieu à l’élaboration d’une note technique. Cette dernière énumère une série de recommandations sur le traitement des graffiti, avec le travail préparatoire nécessaire, des conseils sur les techniques et les matériels à utiliser et la proposition de solutions à long terme. Cette note a été envoyée à la Délégation permanente de l’Iraq auprès de l’UNESCO le 10 avril 2015.

Compte tenu de la situation prévalant dans le pays et du risque potentiel pour le bien, il est recommandé que les autorités responsables prennent toutes les mesures possibles afin de sécuriser le site. Il est aussi vivement recommandé que les efforts nécessaires soient faits pour préserver le bien de signes religieux ostentatoires qui pourraient accroître le risque de dégradations volontaires.

Tout en donnant la priorité à la protection du bien contre les effets de la situation du moment, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’essayer, autant que possible, de mettre en œuvre les mesures demandées à sa 38e session (Doha, 2014) et listées au paragraphe 4 de la décision 38 COM 7A.3.

Décision adoptée: 39 COM 7A.26

Le Comité du patrimoine mondial,
  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 38 COM 7A.3, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Félicite l’État partie de ses efforts pour assurer la protection du bien malgré la situation difficile qui prévaut et lui demande de renforcer cette protection en veillant à ce qu’aucun signe religieux ostentatoire ne soit exposé à l’intérieur du bien ;
  4. Demande également à l’État partie de mettre en œuvre, dès que possible, les mesures recommandées dans la note technique mise au point afin de traiter le problème des graffiti ;
  5. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  6. Décide de maintenir la Ville archéologique de Samarra (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :