1.         Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) (C 1178ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2005

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2005-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5014

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5014 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5014

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1178/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2007-2015)
Montant total approuvé : 135 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1178/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Octobre 2004 : mission d'évaluation de l’ICOMOS ; mai 2007 : visite du bien par le Centre du patrimoine mondial ; avril 2010 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1178/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 9 février 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1178/documents/, ainsi qu’une documentation complète en espagnol sur la mise en œuvre des mesures correctives adoptées par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session.

Le plan de gestion actualisé pour les Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (USHSL) a été approuvé par le Conseil des monuments nationaux en novembre 2014 et des copies en ont été soumises avec le rapport de l’État partie. L’État partie a évalué les ressources humaines et matérielles nécessaires à sa mise en œuvre. Des progrès sont attendus s’agissant de l’identification des mécanismes qui permettraient de disposer en permanence des ressources nécessaires.

Le plan de conservation est en cours de conception depuis 2014. Le processus est coordonné par le Conseil des monuments nationaux, et les recommandations de la réunion internationale d’experts de 2012 constitueront les principales contributions au plan, qui exposera les coûts et un calendrier des actions. Une fois élaboré, il sera inséré dans le plan de gestion et, si nécessaire, en changera certains aspects.

Le programme d’interventions prioritaires (PIP) a dû être adapté suite aux deux séismes d’avril 2014. Des mesures appropriées ont été prises pour garantir la sécurité des visiteurs et pour évaluer les dégâts au sein du bien. Un rapport, « Proposition d’intervention dans les édifices des Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura endommagés par le séisme d’avril 2014 », a défini une nouvelle liste d’interventions prioritaires.

Durant l’année 2014, la surveillance du site a été maintenue, de jour comme de nuit, avec huit gardes au total. Elle sera reconduite en 2015. Aucun vol n’a été constaté en 2014.

L’équipe qui a mis en œuvre le projet INNOVA-CORFO « Concevoir et générer des conditions innovantes pour promouvoir le tourisme et les visites thématiques aux USHSL » continuera d’assurer la gestion du bien. Le projet INNOVA-CORFO a été terminé, et la fondation du musée du salpêtre a pu maintenir et prévoir le renforcement de ses équipes.

Conformément au plan de prévention des risques, le Règlement intérieur d’ordre, d’hygiène et de sécurité a été approuvé en 2014 par la « Mutuelle de sécurité ». Le rapport de 2014 de l’État partie donnait des informations sur le programme de formation du personnel chargé des risques et des mesures de contrôle, sur la mise en place d’un système de vidéosurveillance, la mise en place de panneaux d’information signalant les zones dangereuses au sein du bien, et la mise en œuvre d’une campagne de sensibilisation du public sur les mesures de sécurité du site.

L’appel d’offres « Modification du plan local réglementaire du district de Pozo Almonte et mise en place d’un plan de section pour La Tirana », alloué à Habitierra Ltda., était envisagé comme une forme d’exploration des moyens possibles de protection légale de la zone tampon du site, tout en s’appuyant sur les obligations de protection territoriale des USHSL. Cette initiative fait partie des efforts menés par le ministère du Logement et de l’Aménagement urbain afin d’améliorer la planification et la règlementation territoriales, conformément à la nouvelle politique nationale d’aménagement urbain, adoptée en mars 2014.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le rapport de l’État partie traite de manière très méthodique et concise des sujets de préoccupation mentionnés dans la décision adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session (Doha, 2014), ainsi que des mesures correctives et du calendrier adopté au moment de l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Des efforts considérables ont été accomplis par l’État partie pour faire progresser la mise en œuvre des mesures correctives alors que la situation exigeait que l’on accorde une attention importante aux dégâts et impacts causés par les séismes d’avril 2014. L’État partie a réagi de manière appropriée à cette situation d’urgence en adaptant le programme d’interventions prioritaires (PIP) et en prenant des mesures pour garantir la sécurité des visiteurs. La finalisation de la revue du plan de gestion, suivie de son approbation, est une avancée cruciale et on espère que le plan de conservation sera finalisé d’ici la fin 2015. Des mesures de sécurité et d’interprétation pour les visiteurs ont été prises ou conçues. Le sujet de la définition et de la protection de la zone tampon devra faire l’objet d’une attention particulière, surtout s’il doit être traité dans le contexte de la politique nationale d’aménagement urbain adoptée en 2014. L’assistance internationale d’urgence fournie par le fonds du patrimoine mondial pour soutenir les mesures devant garantir efficacement la consolidation des édifices et renforcer les capacités nationales devrait faciliter les efforts accomplis par les autorités nationales responsables du bien en vue de garantir sa conservation durable.

Le rapport de l’État partie montre que des avancées importantes ont été accomplies dans la mise en œuvre des mesures correctives conformément au calendrier défini, et l’on peut être confiant quant au fait que l’État partie sera capable d’atteindre l’État souhaité de conservation en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, tel qu’adopté par le Comité du patrimoine mondial.

Décision adoptée: 39 COM 7A.45

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 38 COM 7A.21, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Félicite l’État partie pour les mesures prises en réponse aux séismes survenus en avril 2014 en adaptant le programme d’interventions prioritaires (PIP) et en prenant des mesures pour garantir la sécurité des visiteurs ;
  4. Reconnaît les efforts accomplis par l’État partie pour élaborer des mesures réglementaires qui garantissent une protection appropriée de la zone tampon du bien via les plans réglementaires, et l’invite à soumettre, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, une proposition de modification mineure des limites ;
  5. Apprécie les avancées effectuées dans la mise en œuvre des mesures correctives qui contribueront à l’atteinte de l’État souhaité de conservation en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, et l’invite également à poursuivre ses efforts à cet égard ;
  6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  7. Décide de maintenir les Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :