1.         Ancienne ville d'Alep (République arabe syrienne) (C 21)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2013-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Destruction et menaces avérées et potentielles à la suite du conflit armé en Syrie qui a démarré en mars 2011

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Pas encore rédigé

Mesures correctives identifiées

Pas encore identifiées 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore identifié

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/21/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-2001)
Montant total approuvé : 5 250 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/21/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé aux six biens syriens du patrimoine mondial :

2,46 millions d’euros de l’Union européenne (pour le patrimoine mondial, le patrimoine mobilier et le patrimoine immatériel)

200 000 dollars EU du Centre régional arabe pour le patrimoine mondial à Bahreïn

170 000 dollars EU du gouvernement flamand

Missions de suivi antérieures

Depuis le début du conflit en mars 2011, la situation sécuritaire n’a pas permis d’entreprendre de missions dans les biens syriens du patrimoine mondial 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Avant le conflit :

Depuis 2013 :

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/21/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

En raison d’une intensification considérable du conflit armé, l’ancienne ville d’Alep a été gravement endommagée depuis 2013 et connaît des destructions fréquentes dues à des bombardements, des explosions ciblées (bombes déclenchées dans des tunnels), des incendies et des combats de rue. Le 14 janvier 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation pour les six biens du patrimoine mondial en Syrie, disponible à : https://whc.unesco.org/fr/list/21/documents. Ce rapport indique que l’accès à la zone historique est impossible en raison de combats permanents. Ainsi, le rapport de l’État partie repose sur des sources non officielles comme la population locale et les médias sociaux.

En plus des destructions signalées en 2014, le rapport indique que les maisons privées situées dans les zones nord de l’ancienne ville ont été gravement endommagées et que toutes les infrastructures publiques des districts d’al-Hamidieh, de Bustan al-Qasr, de Qustul Harami, d’al-Farafra, la zone d’Akyol, la zone de la citadelle, Bab al-Neirab, et la zone d’al-Awamid, à proximité de la mosquée des Omeyyades, ont été endommagés à des degrés divers. Le rapport indique également que le toit de protection du temple hittite du dieu des tempêtes de la citadelle a été totalement détruit, et il signale des dommages infligés au souk au poisson, au souk de la laine, à la maison Sisi, à la maison Mrish, à la maison Poche, au khan al-Khbash, au khan de la soie, au khan du coton, au khan al-Kerknawi, au khan Kheirbek, au souk al-Ghazal, ainsi qu’à des édifices religieux historiques comme la mosquée al-‘Adliye, la mosquée Ottomania, la mosquée al-Kamailya, la mosquée Bashir Pasha, la mosquée al-Mihmandar, la mosquée Banqosa, la grande mosquée Meng, la mosquée Haroon Dada, la mosquée al-Shu’aibiyya, la mosquée Qustul Harami, la mosquée al-Sahabh, la mosquée al-Maydani, la mosquée al-Utruch, la mosquée al-Haddadin, la madrasa al-Firdaws, la madrasa al-Hallawiya, la madrasa al-Sharfih, la madrasa al-Trtanik, la madrasa al-Shibani, la madrasa al-Ahmadiya, l’église maronite, l’église al-Shibani, l’église romaine catholique et l’église Saint-Dimitros.

Le rapport indique les faits suivants :

En plus de ces dommages et de ceux signalés en 2014, des images satellite fournies dans le rapport UNITAR/UNOSAT de décembre 2014 montrent la destruction du khan Fatayyin, du khan Ibaji, du khan Jiroudi, du khan Nasser, du souk Aqqadin, du souk Bazerjiya, du souk Dra’, du souk Haraj, du souk Manadil, du souk de la nouvelle Istanbul, du souk Qawooqiya, du souk Siyah, de la qaysariya Darwishiya, de la qaysariya Hakkakin, de toilettes publiques et d’un hôpital d’État, tous deux situés dans des édifices anciens et historiques. Ces images montrent également des dommages graves infligés à un nombre important d’autres édifices historiques. D’autres sources signalent des dommages à la mosquée Qadi al-Akar, à la matbakh al-Ajami, à la mosquée al-Sarawi, à la mosquée al-Muhtaseb, à la mosquée As Sajir, au khan at-Tatan et au khan al-Mesri.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’ancienne ville d’Alep a été gravement endommagée par le conflit armé et il semble que de très grandes parties du bien ont été complètement détruites. Certains experts estiment que 70 % de sa zone centrale ont été affectés par ces destructions de large ampleur et les comparent avec celles de Berlin et de Varsovie après la Seconde Guerre mondiale. Certains monuments parmi les plus importants et des quartiers historiques d’Alep pourraient avoir été rayés de la carte. Enfin, les destructions continuent et rien n’indique qu’elles puissent s’arrêter. L’ancienne ville et la citadelle sont au cœur des combats et sont entièrement militarisées.

Face à cette dévastation, l’UNESCO propose la dénomination expérimentale de « zone culturelle protégée » dans le cadre des efforts des Nations unies pour parvenir à un cessez-le-feu à Alep. À cette fin, le Centre du patrimoine mondial prépare une étude documentaire sur l’état de conservation précis d’Alep, sur les parties prenantes qui devraient être associées à la réflexion sur la reconstruction et sur une étude de faisabilité d’ensemble d’une possible mise en œuvre de la proposition de l’UNESCO visant à désigner et sauvegarder des « zones culturelles protégées » à Alep.

Alors que la dénomination potentielle et la sauvegarde des « zones culturelles protégées » pourraient mener à l’atténuation d’autres destructions dans des poches importantes du bien, le Comité du patrimoine mondial est confronté pour la première fois à une ville du patrimoine mondial qui devra être en grande partie reconstruite. Une réflexion en profondeur sur la nature des mesures correctives à envisager dans un tel cas doit être menée. Cette réflexion sera initiée lors d’une réunion technique que le Centre du patrimoine mondial organisera en mai 2015 en partenariat avec les Organisations consultatives sur la reconstruction post-conflit dans le contexte du Moyen-Orient, réunion qui se concentrera sur l’étude de cas de l’ancienne ville d’Alep et qui conviera des experts multidisciplinaires et des parties prenantes, en particulier syriens. La réunion permettra d’énoncer des recommandations fondamentales en matière de reconstruction d’un point de vue théorique et pratique, et contribuera aux débats politiques sur la reconstruction d’Alep en s’appuyant sur ceux qui ont eu lieu en 2014 et en 2015 à Alep et sur d’autres ayant eu lieu dans les milieux universitaires nationaux et internationaux.

Voir le point 36 de ce document (Décision générale sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne).


36.  Décision générale sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne

Problèmes de conservation actuels

Le conflit armé syrien a commencé en mars 2011 est s’est constamment intensifié, conduisant à des violences importantes et à une dégradation des conditions humanitaires. Depuis la 38e session du Comité du patrimoine mondial en 2014, on peut déplorer le niveau élevé de destruction du patrimoine archéologique, urbain et architectural exceptionnel de Syrie qui a continué à gravement affecter les six biens inscrits, les douze sites inscrits sur la Liste indicative, et un large nombre de sites du patrimoine culturel très importants dans toute la Syrie. Le patrimoine culturel syrien continue d’être endommagé par les bombardements, les combats de rue, les explosions ciblées, les fouilles illégales de grande ampleur, par son utilisation à des fins militaires et en tant que zone militaire d’entraînement, les violations d’édifices, les carrières, ainsi que les destructions intentionnelles et l’occupation inappropriée des sites archéologiques par des populations déplacées. 

Le 14 janvier 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation avec des informations précises sur les destructions et dommages qui concernent les six biens du patrimoine mondial, disponible à https://whc.unesco.org/fr/sessions/39COM/documents. Le 12 février 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation des sites de la Liste indicative et un rapport sur les destructions intentionnelles du patrimoine bâti. Ces rapports constituent une déclaration officielle des autorités syriennes et rassemblent des informations recueillies auprès des services de la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM) et des médias sociaux. Néanmoins, l’État partie note que l’accès au terrain est extrêmement limité en Syrie pour les experts du patrimoine, et que la pleine mesure des dommages infligés aux biens du patrimoine ne peut être prise actuellement. Par conséquent, les rapports ne fournissent pas d’informations directes sur plusieurs sites, en particulier sur l’Ancienne ville d’Alep et l’Ancienne ville de Bosra, et ne permettent donc pas de saisir pleinement l’étendue des dommages des biens. S’agissant de la préparation des rapports sur l’état de conservation pour le Comité du patrimoine mondial, d’autres informations ont été recueillies auprès d’organisations de la société civile, d’organisations internationales, d’experts locaux et des médias pour compléter les données officielles.

L’État partie évoque les travaux menés par la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM), en dépit des conditions de travail difficiles, pour surveiller les biens du patrimoine mondial et le patrimoine culturel en général, évaluer les dommages, entreprendre quand cela est possible des actions de conservation d’urgence et d’atténuation des risques, et inventorier le patrimoine mobilier et immobilier. Le rapport met aussi l’accent sur les efforts de la DGAM pour mener des actions locales de sensibilisation et souligne le rôle positif des communautés locales pour sauvegarder le patrimoine et limiter les fouilles illégales dans certains cas.

Le rapport sur l’état de conservation des sites inscrits sur la Liste indicative de la Syrie indique que :

Le rapport sur les destructions intentionnelles du patrimoine bâti syrien repose principalement sur les communautés locales et les photographies publiées dans les médias sociaux ; il indique que :

Dans la région d’Alep :

Dans la région de Deir ez-Zor :

Les 26 et 27 mai 2014, dans le cadre du projet de « sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel syrien » financé par l’Union européenne et cofinancé par le Gouvernement flamand (170 000 dollars EU), l’UNESCO a organisé une réunion d’experts internationaux visant à inciter la communauté internationale à rallier la cause de la sauvegarde du patrimoine culturel syrien. 120 experts internationaux et syriens issus de 22 pays et des partenaires de l’UNESCO ont participé à cette réunion et ont élaboré un plan d’action précis qui donne les actions à court, moyen et long termes pour sauvegarder le patrimoine mobilier, immobilier et immatériel.

Depuis la 38e session du Comité du patrimoine mondial (Doha, 2014), l’UNESCO a poursuivi ses actions en vue d’assister l’État partie dans ses efforts continus et soutenus pour sauvegarder le patrimoine culturel. Au niveau international, l’UNESCO a sensibilisé la communauté internationale à la destruction du patrimoine culturel en Syrie ; ces efforts soutenus ont conduit à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 2139 le 22 février 2014, qui appelle « toutes les parties à mettre immédiatement fin à toutes formes de violence qui ont infligé des souffrances aux habitants de la Syrie, à préserver la diversité de la société syrienne qui fait sa richesse et le patrimoine culturel du pays, et à prendre les mesures nécessaires pour protéger les sites du patrimoine mondial qui se trouvent en Syrie ».

Le 3 décembre 2014, l’UNESCO a organisé à son siège une conférence internationale sur la « Protection du patrimoine et de la diversité culturelle en péril en Irak et en Syrie » avec le soutien financier du gouvernement du Koweït, et a appelé à la création de « zones culturelles protégées » autour des sites du patrimoine culturel, suggérant que l’on pourrait commencer par les monuments emblématiques situés dans l’Ancienne  ville d’Alep.

Le 12 février 2015, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 2199, qui condamne la destruction du patrimoine culturel et adopte des mesures juridiquement contraignantes pour lutter contre le trafic illicite d’antiquités et d’objets culturels d’Irak et de Syrie et a demandé à l’UNESCO et aux autres entités concernées de mettre en œuvre cette interdiction.

Au niveau national, l’UNESCO a poursuivi ses activités consistant à suivre la situation du patrimoine culturel syrien, à sensibiliser à sa protection, à entreprendre des actions à court, moyen et long termes pour le sauvegarder, et à coordonner les travaux des entités nationales et internationales en ce sens. Dans le cadre du projet de « sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel syrien » financé à hauteur de 2,46 millions d’euros par l’Union européenne qui fut lancé en mars 2014 et qui est mis en œuvre en partenariat avec l’ICOMOS et l’ICCROM, les activités suivantes ont été entreprises :

Dans le cadre du projet de « sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel syrien » financé par l’Union européenne (UE)

En mai 2015, le Centre du patrimoine mondial organisera une réunion technique sur la reconstruction post-conflit dans le contexte du Moyen-Orient, qui se concentrera sur l’étude de cas de l’Ancienne ville d’Alep. La réunion permettra d’énoncer des recommandations fondamentales en matière de reconstruction d’un point de vue théorique et pratique.

L’ICOMOS a soutenu nombre de ces initiatives, et en a soutenu d’autres.

En vertu du partenariat dans le cadre du projet de sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel syrien de l’UNESCO et de l’UE (mentionné ci-dessus), les responsabilités suivantes incombent à l’ICOMOS :

L’ICOMOS, ainsi que ses différents comités scientifiques internationaux, s’engage à :

Lors de sa 18e assemblée générale (Florence, novembre 2014), le comité exécutif de l’ICOMOS a chargé un groupe de travail de l’ICOMOS sur la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak de coopérer avec l’UNESCO et d’autres partenaires internationaux et nationaux et, avec le soutien de l’ICORP, de coordonner les activités de l’ICOMOS favorisant la coopération et les échanges, le suivi, la sensibilisation, la communication, la formation, l’assistance et la planification de la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak tant que le présent conflit et ses conséquences perdurent.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

La situation de conflit armé en Syrie et son intensification continue ont affecté les six biens du patrimoine mondial et ont grandement diminué les capacités permettant de maintenir et de protéger correctement leur Valeur universelle exceptionnelle (VUE). Les biens sont de plus en plus menacés par un péril imminent spécifique et établi, en particulier l’Ancienne ville d’Alep, qui a été en grande partie détruite et qui court le risque d’autres destructions irréversibles, y compris celle de la citadelle. Les fouilles illégales qui ont cours dans les sites et tells archéologiques de Syrie sont la source principale du trafic illicite d’objets culturels et de dommages de grande ampleur et irréversibles pour ces sites, et permettent la vente des artefacts pillés sur les marchés noirs régionaux et internationaux.

Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial félicite la DGAM, tous les professionnels du patrimoine en Syrie et les communautés locales qui ont soutenu leurs efforts pour protéger le patrimoine culturel et le surveiller attentivement.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives continueront de soutenir l’État partie s’agissant de l’identification des mesures correctives nécessaires et de l’élaboration d’un État souhaité de conservation pour les biens dès que la situation permettra l’envoi d’une mission d’évaluation.

Par ailleurs, il est recommandé qu’une documentation systématique de tous les dommages infligés aux biens du patrimoine mondial soit correctement poursuivie quand la situation le permet, et que le Comité du patrimoine mondial réitère son appel à l’État partie pour qu’il sauvegarde les biens endommagés grâce à des interventions minimales de première nécessité visant à empêcher les vols, les éboulements et les dégradations d’origine naturelle, et s’abstienne de prendre toute autre mesure avant que la situation permette l’élaboration d’une stratégie d’ensemble et d’un plan d’action qui répondent aux normes internationales et à des méthodes scientifiques de premier plan. S’agissant de la reconstruction post-conflit, il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial appelle l’État partie à planifier l’avenir des biens du patrimoine mondial conformément aux chartes et normes internationales de conservation, en concertation étroite avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives.

Il est également recommandé, en attendant une amélioration des conditions, que le Comité du patrimoine mondial appelle les parties liées au conflit en Syrie à éviter tout acte de dégradation supplémentaire du patrimoine du pays, en particulier les biens du patrimoine mondial et tous les sites inclus dans la Liste indicative, et à s’acquitter de leurs obligations en vertu de la réglementation internationale en prenant toutes les mesures possibles pour protéger le patrimoine, y compris en évacuant les biens du patrimoine mondial utilisés à des fins militaires, et à mettre fin à toute dégradation qui résulterait de la prise pour cible des biens du patrimoine mondial. Il est en outre recommandé que le Comité du patrimoine mondial appelle toutes les parties liées au conflit en Syrie et la communauté internationale, en particulier les pays voisins de la Syrie, à garantir des mesures efficaces en faveur de la lutte contre le trafic illicite des objets culturels, conformément à la résolution 2199 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Décision adoptée: 39 COM 7A.33

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A,
  2. Rappelant les décisions 35 COM 7B.58, 36 COM 7B.58, 37 COM 7B.57, et 38 COM 7A.12, adoptées à ses 35e (UNESCO, 2011), 36e (Saint-Pétersbourg, 2012), 37e (Phnom Penh, 2013) et 38e (Doha, 2014) sessions, respectivement,
  3. Prenant en compte la décision 39 COM 7A.36 sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  4. Décide de maintenir l’Ancienne ville d’Alep (République arabe syrienne) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 7A.36

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A,
  2. Rappelant les décisions 35 COM 7B.58, 36 COM 7B.58, 37 COM 7B.57, et 38 COM 7A.12, adoptées à ses 35e (UNESCO, 2011), 36e (Saint-Pétersbourg, 2012), 37e (Phnom Penh, 2013) et 38e (Doha, 2014) sessions, respectivement,
  3. Déplore la situation de conflit qui règne dans le pays, la perte de vies humaines et la dégradation des conditions humanitaires ;
  4. Prend note du rapport fourni par l’État partie sur l’état de conservation des six biens du patrimoine mondial syrien et des douze sites inscrits sur la Liste indicative et du rapport sur les destructions intentionnelles du patrimoine culturel en Syrie et exprime sa plus vive préoccupation quant aux dommages constatés et aux menaces auxquelles font face ces biens et le patrimoine culturel en général ;
  5. Prie instamment toutes les parties liées à la situation en Syrie d’éviter tout acte de dégradation supplémentaire du patrimoine culturel du pays et de s’acquitter de leurs obligations en vertu de la réglementation internationale en prenant toutes les mesures possibles pour protéger ce patrimoine, en particulier la sauvegarde des biens du patrimoine mondial et des sites compris dans la Liste indicative ;
  6. Prie aussi instamment l’État partie d’adopter des mesures pour l’évacuation des biens du patrimoine mondial actuellement utilisés à des fins militaires ;
  7. Prie en outre instamment l’État partie de sauvegarder les biens endommagés grâce à des interventions minimales de première nécessité pour empêcher les vols, les éboulements et les dégradations d’origine naturelle, et s’abstienne d’entreprendre tous travaux de conservation et de reconstruction avant que la situation permette l’élaboration de stratégies de conservation d’ensemble et d’actions qui répondent aux normes internationales, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  8. Lance un appel à tous les États membres de l’UNESCO pour coopérer dans la lutte contre le trafic illicite d’objets du patrimoine mondial en provenance de Syrie, conformément à la résolution 2199 de février 2015 du Conseil de sécurité des Nations unies ;
  9. Réitère ses suggestions à l’État partie d’envisager la ratification du Deuxième protocole (1999) de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé ;
  10. Félicite la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM), tous les professionnels du patrimoine et les communautés locales en Syrie qui œuvrent pour le suivi et la protection du patrimoine mondial pour leurs efforts soutenus, et ce, dans des conditions extrêmement hostiles ;
  11. Demande à l’État partie de poursuivre la documentation systématique de toutes les dégradations infligées aux biens du patrimoine mondial quand les conditions le permettent et de mettre en œuvre toutes les mesures possibles d’atténuation des risques, de fournir des informations sur l’élaboration de l’État souhaité de conservation en vue du retrait des biens de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) et l’identification des mesures correctives pour les six biens ;
  12. Appelle la communauté internationale à encore soutenir la sauvegarde du patrimoine culturel syrien grâce à des fonds réservés ;
  13. Demande également à l’État partie d’inviter, dès que les conditions de sécurité le permettront, une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif en Syrie pour évaluer l’état de conservation des biens et élaborer, en concertation avec l’État partie, un plan d’action priorisé pour leur restauration ;
  14. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :