1.         Parc national d'Iguaçu (Brésil) (N 355)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/355/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/355/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Admlinistration des chutes (Argentine)

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/355/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1991

[Rapport oral par l'UICN et le Secrétariat]

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 15 BUR VI.28

Le Bureau a rappelé que ces deux sites couvrent la même zone de chutes d'eau qui s'étend sur le territoire des deux pays. Le Bureau a noté avec préoccupation que, pour des raisons touristiques, huit hélicoptères survolent aujourd'hui simultanément le site, causant de graves nuisances acoustiques dans un cadre par ailleurs complètement naturel, et que plus de 7.000 visiteurs avaient déposé des plaintes à ce sujet. Le Bureau a en outre noté que des organisations non gouvernementales locales s'étaient élevées contre ces vols, qu'elles tenaient pour une activité inopportune et contraire aux règles du trafic aérien relatives au survol de zones protégées. Le Bureau a demandé au Secrétariat de transmettre ces préoccupations aux autorités argentines et brésiliennes et de les inviter à coopérer pour mettre au point des stratégies de gestion qui limitent les utilisations touristiques de l'hélicoptère dans la zone.

Décision adoptée: 15 COM VIII

Parc national d'Iguazu (Argentine) et Parc national d'Iguaçu (Brésil)

Le comité a noté que huit hélicoptères survolaient simultanément ces deux sites adjacents qui couvrent la même zone de chutes d'eau ; plus de 7.000 visiteurs avaient déposé des plaintes et des associations locales de conservation s'étaient élevées contre l'utilisation d'hélicoptères dans cette zone parce qu'elle contrevenait aux règles du trafic aérien relatives au survol des zones protégées. Le délégué du Brésil a informé le Comité qu'un groupe de travail avait été constitué pour étudier la question en vue d'établir une réglementation plus contraignante concernant l'utilisation des hélicoptères pour le tourisme. Le Comité a demandé au Secrétariat de prendre contact avec les autorités d'Argentine pour qu'elles lui fassent connaître les mesures qu'elles entendaient prendre.