1.         Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) (C 366)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (i)(iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1986-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

L'État partie prépare un projet de déclaration d'état de conservation souhaité qui sera soumis au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives.

Mesures correctives identifiées

a) Mise en œuvre intégrale et systématique du plan de gestion : obtention d'un financement durable, respect des lignes de conduite et des politiques prescrites, adhésion aux décisions institutionnelles prises pour la conservation, la présentation et la revalorisation du bien ;

b) Mise en application des cadres législatifs et réglementaires déjà votés par l'État partie qui permettraient de traiter le problème des occupations illégales et des activités au sein du bien. Collaboration avec les autorités compétentes pour déplacer les occupants ;

c) Diffusion à grande échelle du plan de gestion parmi les groupes d'intérêt afin de renforcer le soutien public et privé dans sa mise en œuvre ;

d)  Collaboration avec les entités partenaires en vue de définir des mesures réglementaires pour la gestion de la zone tampon et du bien du patrimoine mondial. Des projets précis pour le bien et son zonage doivent être transmis aux parties prenantes ;

e) Délimitation physique du bien : barrières de végétation, murs d'enceinte, etc.;

f) Mesures de conservation prioritaires : contrôle et abaissement du niveau de la nappe phréatique, conservation des murs d'enceinte, ré-enterrement / comblement des zones fragiles avec des surfaces décorées ;

g) Élaboration d'un plan de préparation aux urgences et aux interventions en cas de catastrophes.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

a) Obtention du financement nécessaire à la mise en œuvre du plan de gestion en 2008 ;

b) Mise en place des décisions institutionnelles opérationnelles en 2008 (conformément au plan de gestion);

c) Actions prises contre les occupations illégales et réglementation des activités sur le site en 2009 et au-delà;

d) Plan de préparation aux urgences et aux interventions en cas de catastrophes en 2008 ;

e) Achèvement des travaux de drainage avant la fin de 2007 ;

f) Réalisation des travaux de conservation prioritaires en 2009 ;

g) Réalisation des autres travaux de conservation et d'entretien en 2008 et au-delà ;

h) Gestion et coordination des travaux effectués par d'autres secteurs dans la zone tampon en 2008 et au-delà.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/366/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1987-1998)
Montant total approuvé : 118 700 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/366/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1997 : mission ICOMOS ; février 2007 : mission Centre du patrimoine mondial / ICOMOS et ICCROM ; novembre 2010 : Mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/366/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Un rapport sur l'état de conservation du bien a été remis par l'État partie le 2 février 2011. Du 8 au 12 novembre 2010, une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS s'est déroulée, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010). Le rapport de mission est disponible en ligne à l'adresse suivante://whc.unesco.org/fr/sessions/35COM/documents

a) Mise en place du plan de gestion

La mise en place du plan de gestion s'est poursuivie dans le cadre du travail accompli par l'unité d'exécution 110 qui a entrepris divers travaux de conservation et mené des actions de sensibilisation visant à renforcer la participation publique. En 2010, la révision du plan de gestion a commencé, aucune précision n'est cependant donnée quant aux modalités de mise en place et au calendrier d'achèvement.

La mission de novembre 2010 a remarqué que, dans la situation présente, il existe une double structure décisionnaire, ce qui a entravé la mise en place du plan de gestion. Le rapport de la mission souligne que puisque l'unité d'exécution n'a pas été impliquée dans l'élaboration du plan de gestion, des conflits sur les actions prioritaires à mettre en œuvre sont apparus. Le rapport a également souligné qu'en dépit des efforts accomplis, la structure de gestion n'est pas pleinement opérationnelle. Il rappelle, en outre, que les autorités ont demandé en 2007 à l'unité exécutive 110 de mettre à jour le plan de gestion (Décret d’urgence Nº 001-2007), mais qu'à ce jour le mode opératoire et le calendrier de cette révision ne sont toujours pas précisés. Des conflits d'intérêts au sujet du processus de révision et les nouvelles priorités établies par l'unité exécutive 110 rendent la situation encore plus complexe.

b) Cadre réglementaire et législation

Le rapport de l'État partie signale que la Commission multisectorielle, mise en place par la Loi N° 28261, a demandé que des représentants du Ministère du logement fassent partie de la commission puisqu'ils sont en charge de l'enregistrement des titres de propriété (en particulier en ce qui concerne le déplacement des occupants illégaux de la zone tampon). La commission a également demandé qu'un Secrétariat technique soit créé sous l'égide du Ministère de la culture (anciennement Instituto Nacional de Cultura, INC) pour examiner le processus et mettre en application la Loi N° 28261. Le rapport précise que le processus de Suprême résolution, indispensable à l'approbation des décrets d'application de la Loi N° 28261, est en cours aux plus hauts niveaux du Gouvernement. Il n'est pas fait mention de date attendue pour son approbation.

La mission a vérifié l'état d'avancement actuel du processus législatif et a remarqué qu'à la faveur de son transfert du Ministère de l'éducation vers le Ministère de la culture, nouvellement créé, le suivi de l'affaire semble être plus précis et ponctuel. La mission a également souligné que le départ effectif des fermiers du site prendra du temps car les titres de propriété invoqués doivent être examinés et les terres nécessaires à la relocalisation doivent être prévues et réservées à cet effet.

c) Zone tampon

Le travail accompli par le Bureau du développement et de la planification agraire avec la Municipalité provinciale de Trujillo afin de finaliser les dispositions règlementaires de la zone tampon se poursuit. Celles-ci seront approuvées par une ordonnance municipale. Aucun calendrier n'est précisé quant à l'achèvement de ce processus.

La mission a remarqué que le processus légal avait commencé par l'approbation du dossier technique pour la zone tampon (Résolution directoriale nationale N° 1383/INC, juin 2010) et a pu vérifier que le projet de réglementation de la zone tampon était en cours de discussion, il devrait ainsi être finalement inclus dans le Plan territorial de développement (PLANDET) de la Municipalité.

d) État de conservation du bien

Le rapport précise que plusieurs projets ont été mis en œuvre pour résoudre les problèmes de conservation du bien. Ces projets se sont concrétisés par des efforts accomplis afin de protéger le bien, tels que le suivi des activités destinées à faire cesser l'agriculture illégale, le contrôle de la circulation automobile sur le territoire du bien, le nettoyage et l'entretien du bien et l'entretien des canalisations 10 à 14. En ce qui concerne les projets de conservation mis en place avec des fonds publics, les interventions se poursuivent sur les murs d'enceinte des palais ainsi que sur certains murs des plateformes funéraires, des abris de protection ont été installés pour les surfaces décorées et/ou des répliques en fibre de verre ont été créées pour protéger les reliefs originaux. Des travaux d'entretien ont également été entrepris aux Huacas pour empêcher des dégradations liées au phénomène El Niño. Des budgets ont déjà été accordés pour que ces actions se poursuivent jusqu'en 2012. Le travail se poursuit également avec l'Istituto per le Tecnologie Applicata ai Beni Culturali del Consiglio Nazionale delle Ricerche pour la création d'un système d'informations territoriales.

La mission a évalué l'état actuel de conservation du bien et les interventions. Elle a exprimé ses préoccupations quant à la différentiation des interventions, aux problèmes structurels de conception des abris de protection et au drainage destinés à atténuer les effets d'El Niño. Elle a souligné la nécessité de créer un système de suivi des surfaces décorées qui ont été recouvertes par des répliques. La mission a également observé que les graves problèmes liés à l'accumulation d'ordures et de gravats sur le périmètre du bien persistent, ces problèmes sont en grande partie liés à l'absence d'entretien de la barrière végétale. Enfin, la mission a pris note de l'impact visuel de l'abattoir qui pourrait être démoli une fois les règlementations de la zone tampon approuvées.

e) Plan de préparation aux urgences et aux interventions en cas de catastrophes

Le rapport précise que le plan préparé en 2009 a été utilisé comme base des actions d'urgence mises en place suite aux orages de février 2010. Aucune information n'est donnée quant à la révision de ce plan suite aux remarques du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives soulignant la nécessité de créer un Plan général de préparation aux risques qui prévoirait les dispositions à prendre en cas de catastrophes naturelles ou provoquées par l'homme et non seulement en cas de catastrophes liées au phénomène El Niño.

f) Autres problèmes

L'État partie signale qu'un projet visant à préparer Chan Chan au tourisme est en cours de mise en œuvre dans le cadre d'un accord avec la Municipalité provinciale de Trujillo. Ce projet prévoit la possible amélioration d'infrastructures. Aucun projet n'a été soumis à examen.

Des activités se sont poursuivies dans les domaines de la sensibilisation et de la diffusion, insistant plus particulièrement sur un travail auprès des autorités locales et régionales ainsi que des institutions éducatives. Des projets ont également été mis en place afin de promouvoir l'artisanat au vu de son importance en tant qu'industrie culturelle et créative.

La mission a exprimé ses préoccupations au sujet d'un possible projet de construction d'un nouveau musée, le Museo Nacional del Grán Chimú qui dispose déjà d'un projet muséologique. La Loi présidentielle N° 29529, en date du 7 mai 2010, autorise l'unité exécutive 110 à entreprendre les phases de pré-investissement, d'investissement et de post – investissement de la construction du Museo Nacional del Grán Chimú. L'état d'avancement du projet du parc à thèmes proposé par l'unité exécutive 110 (février 2009) n'est pas non plus précisé. Il prévoit de construire à l'intérieur du territoire du bien, sur sa limite nord, un ensemble qui serait constitué d'un musée interactif, d'un centre de congrès, d'un théâtre et de salles de concert, d'un jardin botanique, d'un mini zoo et d'autres équipements. Le projet a été autrefois refusé par l'INC, mais lorsque la mission s'est rendue sur place, l'état d'avancement du projet n'était pas très précis, des informations officielles doivent donc être demandées à l'État partie.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note des efforts accomplis dans la mise en œuvre de certaines des mesures correctives. Ceux-ci sont illustrés par les progrès visibles dans, entre autres domaines, la conservation des palais et l'installation d'un système de drainage. Cependant des progrès significatifs, une attitude plus ferme, une volonté politique et une constance sont encore nécessaires afin de faire face à la vulnérabilité du bien. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment qu'un calendrier précis et des mesures correctives révisées devraient être définis afin de retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 35 COM 7A.33

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7A,

2. Rappelant la décision 34 COM 7A.30, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Reconnaît les efforts accomplis par l'État partie dans la mise en œuvre de certaines des mesures correctives;

4. Prend note des conclusions de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de novembre 2010, souscrit à ses recommandations et demande à l'État partie de :

a) Garantir un financement régulier pour la protection, la conservation, la restauration, l'entretien et la gestion du bien,

b) Mettre en place une structure institutionnelle lisible qui permette une prise de décision efficace et la mise en œuvre du plan de gestion,

c) Revoir et actualiser le plan de gestion en y incluant un plan d'usage public et un plan général de préparation aux risques,

d) Poursuivre son travail de préparation du bien aux fortes pluies provoquées par le phénomène El Niño,

e) Adopter et appliquer toute législation appropriée et la réglementation afférente, principalement la Loi N° 28261 et les dispositions réglementaires liées à la zone tampon,

f) Créer et mettre en place un système de suivi avec des indicateurs lisibles de l'état de conservation du bien, de l'efficacité des interventions de conservation et des activités de gestion,

g) Soumettre, conformément au paragraphe 172 des Orientations, des informations sur le projet de Museo Nacional del Grán Chimú et sur le projet du parc à thèmes, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et par les Organisations consultatives avant tout accord et mise en œuvre ;

5. Demande également à l'État partie d'élaborer, en collaboration avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un projet d'État de conservation souhaité et de mesures correctives actualisées pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012 ;

6. Demande en outre à l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012 ;

7. Décide de maintenir la Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 35 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-11/35.COM/7A, WHC-11/35.COM/7A.Add, et WHC-11/35.COM/7A.Add.Corr),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

Décision adoptée: 35 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-11/35.COM/8E,

2. Adopte les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l'Annexe I du document WHC-11/35.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

- Afghanistan: Minaret et vestiges archéologiques de Djam; Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan;

- Afrique du Sud: Parc de la zone humide d'iSimangaliso; Robben Island; Paysage culturel de Mapungubwe; Aires protégées de la Région florale du Cap; Dôme de Vredefort;

- Allemagne: Vallée du Haut-Rhin moyen;

- Bahreïn: Qal'at al-Bahreïn - ancien port et capitale de Dilmoun;

- Bénin: Palais royaux d'Abomey;

- Botswana: Tsodilo;

- Cameroun: Réserve de faune du Dja;

- Chine: Aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan;

- Inde: Sanctuaire de faune de Manas;

- Kenya: Parcs nationaux du lac Turkana; Vieille ville de Lamu;

- Malawi: Art rupestre de Chongoni;

- Mali: Villes anciennes de Djenné;

- Ouganda: Forêt impénétrable de Bwindi; Monts Rwenzori;

- Pakistan: Fort et jardins de Shalimar à Lahore;

- Pérou: Zone archéologique de Chan Chan;

- Philippines: Rizières en terrasses des cordillères des Philippines;

- République centrafricaine: Parc national du Manovo-Gounda St Floris;

- République-unie de Tanzanie: Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara;

- Sénégal: Île de Saint-Louis;

- Togo: Koutammakou, le pays des Batammariba;

- Turquie: Zones historiques d'Istanbul;

- Yémen: Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte; Vieille ville de Sana'a;

- Zimbabwe: Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore;

3. Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue en priorité;

4. Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l'ordre dans lequel elles seront passées en revue suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que:

- biens du patrimoine mondial dans les Etats arabes;

- biens du patrimoine mondial en Afrique;

- biens du patrimoine mondial en Asie et Pacifique;

- biens du patrimoine mondial en Amérique latine et aux Caraïbes;

- biens du patrimoine mondial en Europe et Amérique du Nord.