1.         Médina de Fès (Maroc) (C 170)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (ii)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/170/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-1994)
Montant total approuvé : 38 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/170/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/170/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

L'UNESCO avait été informée au mois de juin 1995 que près d'un hectare de jardins et de constructions avaient été détruits à Aïn Azliten, dans la partie nord du périmètre classé de la Médina de Fès, dans le but d'y ouvrir une large percée automobile goudronnée.

Pourtant, l'UNESCO avait organisé, en étroite collaboration avec le ministère marocain de la Culture, un Séminaire international sur "Patrimoine et urbanisme", qui avait réuni à Fès une quarantaine d'experts nationaux et internationaux, du 16 au 20 janvier 1995. Informés de projets de percées automobiles, les experts avaient exprimé leur plus profonde inquiétude et affirmé leur opposition déterminée à tout projet de percements de nouvelles voies carrossables qui entraînerait la destruction irrémédiable du tissu social et urbain, et demandé que des solutions novatrices et globales soient étudiées pour le développement urbain.

Ces recommandations avaient été endossées par le Conseil exécutif et par le Directeur général de l'UNESCO lors de la fin de la 146ème session, tenue à Fès les 3 et 4 juin 1995. Le Conseil exécutif y avait également adopté la "Déclaration de Fès", qui souligne notamment la nécessité de conserver la cohésion du tissu urbain historique des villes inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, en se référant en particulier au modèle de Fès.

Par lettre du 22 décembre 1995, le Centre avait transmis aux autorités marocaines l'inquiétude du Comité du patrimoine mondial sur ces projets de percées automobiles et leur avait demandé de bien vouloir l'informer des mesures prises pour y remédier.

Par lettre en date du 15 février, M. Abdallah Azmani, Ministre des Affaires culturelles, a indiqué au Centre que les autorités gouvernementales centrales, ainsi que les autorités provinciales et locales, avaient été contactées pour les informer de la position du Comité "afin que les principes de préservation tels que définis par la Convention du patrimoine mondial soient respectés". Par lettre du 28 mars, le Directeur du patrimoine culturel du Maroc a transmis au Centre un rapport confirmant la volonté des autorités nationales de préserver le site et indiquant que les nouvelles orientations pour les accès à la Médina étaient désormais totalement éloignées des projets initiaux de percées automobiles, qui étaient abandonnés.

Action requise

Le Bureau prend note des informations fournies par les autorités marocaines selon lesquelles les percées automobiles à travers la Médina ont été abandonnées et les félicite des mesures prises pour préserver le site.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 21 BUR IV.B.49

Le Bureau a pris note des informations fournies par les autorités marocaines selon lesquelles les percées automobiles à travers la Médina avaient été abandonnées et les a félicitées des mesures prises pour préserver le site.