1.         Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (République-Unie de Tanzanie) (C 144)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1983-1996)
Montant total approuvé : 17 050 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1996

Description et état actuel de conservation : Les îles de Kilwa Kiwisani et de Songo Mnara ont été inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en 1980. Les ruines de Kilwa Kiwisani comprennent les vestiges de la grande mosquée construite au XIIe s., avec ses tuiles de corail enchassées dans de l'argile malaxée ; les vestiges du palais Husuni Kubwa, construit entre 1310 et 1333 ; de nombreuses mosquées ; le Geraza (en swahili ce terme désigne la prison), édifié sur les ruines de la forteresse portugaise ; et enfin un ensemble urbain complet avec des maisons, des places, des cimetières, etc. Les ruines de Songo Mnara comprennent cinq mosquées et un certain nombre d'habitations en argile malaxée et bois à l'intérieur des murs d'enceinte. Dans l'ensemble, les monuments sont en mauvais état de conservation. Ils sont menacés par l'envahissement de la végétation et l'érosion de la mer et des rivières, ainsi que par les conflits au sujet de l'utilisation du sol, le pacage des animaux, l'agriculture de subsistance, les constructions, le vandalisme, l'érosion du sol et l'affouillement. Les biens, qui sont protégés en vertu de la loi sur les antiquités de 1964 et de l'amendement de ladite loi en 1979, sont placés sous la garde de cinq employés à Kilwa Kiwisani et de deux employés à Songo Mnara. La gestion est assurée par le Service des Antiquités à l'échelon national, par l'administration locale à l'échelon des circonscriptions et par les autorités des villages à l'échelon local.

Le rapport sur l'état de conservation fait état de plusieurs facteurs qui ont un effet préjudiciable sur le bien, notamment :

Pressions dues au développement : Construction incontrôlée d'habitations locales et empiétement de l'agriculture de subsistance.

Pressions dues à l'environnement : Capture et collecte des ressources marines ; érosion causée par les vagues et affouillement ; envahissement des monuments par la végétation et les micro-organismes ; déboisement dans certains endroits.

Le rapport sur l'état de conservation indique des mesures de redressement telles qu'un meilleur plan de gestion avec les objectifs suivants : mettre au point un programme d'entretien systématique et durable ; commencer les réparations les plus importantes et les travaux de consolidation des monuments ; entreprendre une étude archéologique et architecturale ; présenter le site et ses monuments et en réaliser l'interprétation ; étudier et évaluer le problème menaçant de l'action des vagues et élaborer le programme des travaux préventifs et de consolidation nécessaires.

Suivi/Inspection : Les indicateurs clés utilisés pour la mesure de l'état de conservation sont les suivants : érosion de la plage ; empiétement des forêts de palétuviers ; envahissement des ruines par les plantes ; dégradation des constructions architecturales ; humidité des constructions ; pressions dues au développement sur le territoire.

Action requise

Le Bureau a remercié le Service des Antiquités de Tanzanie d'avoir fourni un rapport sur l'état de conservation du site. Etant donné l'absence évidente de la documentation requise et d'un plan de gestion pour le site, le Bureau a recommandé que le Service des Antiquités de la République de Tanzanie prépare un plan de gestion.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1996

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 20 BUR IV.7

Le Bureau a remercié le Service des Antiquités de Tanzanie d'avoir fourni un rapport sur l'état de conservation du site. Etant donné l'absence évidente de la documentation requise et d'un plan de gestion pour le site, le Bureau a recommandé que le Service des Antiquités de la République de Tanzanie prépare un plan de gestion.