1.         Parc national de l'Iguazu (Argentine) (N 303)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1984

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/303/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/303/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/303/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1993

Le Comité a pris note, lors de sa quinzième session tenue à Carthage, Tunisie, en décembre 1991, que huit hélicoptères survolent régulièrement les chutes et que les responsables locaux de la conservation du site se sont opposés au survol de ces hélicoptères qui violent la législation en vigueur concernant le trafic aérien dans les zones protégées. Le Bureau a été informé lors de sa seizième session tenue en juillet 1992, que l'Administration des parcs nationaux argentins et les Forces aériennes (Ministère de l'Air) s'efforçaient d'établir un accord pour l'utilisation de l'espace aérien par les hélicoptères au-dessus du Parc national de l'Iguazu. En attendant que cet accord soit finalisé, les normes actuelles régissant l'utilisation de l'espace aérien entre le sol et une hauteur de 1.12km seront scrupuleusement respectées. Tout pilote d'hélicoptères qui violerait ces normes se verrait retirer pour six mois, son autorisation de survol de la zone.

Le Centre a suggéré, par lettre en date du 14 août 1992, aux autorités argentines qu'elles fournissent un rapport sur les progrès accomplis par l'Administration des Parcs Nationaux argentins et les Forces aériennes dans la préparation de l'accord mentionné ci-dessus afin de pouvoir le soumettre à la dix-septième session du Bureau. Par lettre en date du 15 février 1993, le Centre a été informé que ce projet était en bonne voie grâce à l'intervention de personnes influentes, telles que le Président de l'Argentine, et le Maire Chef d'Etat de la zone des chutes de l'Iguazu. D'autre part, la législation en vigueur est strictement respectée.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1993

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 17 BUR VIII.2

Le Bureau a rappelé que le Comité, lors de sa quinzième session tenue à Carthage (Tunisie), en 1991, avait noté que huit hélicoptères survolaient régulièrement la zone des chutes et que des associations locales de conservation avaient protesté contre l'utilisation d'hélicoptères dans cette zone parce qu'elle contrevenait aux règles du trafic aérien relatives au survol des zones protégées. Le Bureau a noté avec satisfaction la poursuite des efforts menés conjointement par les administrations des parcs nationaux et du trafic aérien d'Argentine pour la mise au point d'un accord réglementant l'utilisation par les hélicoptères de l'espace aérien au-dessus du parc national d'Iguazu. Le Bureau a demandé instamment aux autorités argentines d'activer la mise au point finale de cet accord et, d'ici-là, de faire appliquer les réglementations existantes concernant l'espace aérien dans cette zone.