1.         Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) (N 573)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1991

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Conflit militaire et des troubles civils, ayant conduit le gouvernement nigérien à demander au Directeur général de l'UNESCO de lancer un appel en faveur de la protection du site.

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/325

 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir pages https://whc.unesco.org/fr/decisions/325 et https://whc.unesco.org/fr/decisions/4623

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/573/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-2013)
Montant total approuvé : 172 322 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/573/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mai 2005 : mission de suivi réactif de l'UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/573/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

L'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 18 février 2014, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/573/documents/. Les progrès réalisés sur un certain nombre de problèmes de conservation abordés par le Comité à ses sessions précédentes sont présentés dans ce rapport, comme suit :

Comme dans les rapports précédents, le rapport ne fourni pas d’informations sur la mise en œuvre de plusieurs des mesures correctives.

En outre, l’État partie relève qu’il a obtenu des fonds du FEM pour la mise en œuvre du Projet Niger Fauna Corridors (PNFC), qui vise à créer des corridors entre les trois aires protégées du biome saharien du Niger, y compris le bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Il est recommandé que le Comité accueille favorablement les efforts de l'État partie pour renforcer la présence physique d’agents forestiers dans le bien et pour continuer les efforts de défense et de restauration des terres. Cependant, il manque des informations sur la mise en œuvre de certaines mesures correctives et il est ainsi recommandé que le Comité prie l’État partie de continuer ses efforts pour mettre en  œuvre les mesures correctives et renforcer la structure de gestion du bien, en la dotant des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à son opération efficace.

Bien que les inquiétudes liées à l'insécurité aient été écartées, il n'en demeure pas moins que les problèmes de conservation actuels constituent de véritables menaces pour la conservation du bien, à savoir le braconnage et la coupe illégale de bois. Les mesures mises en œuvre pour endiguer la coupe illégale de bois ne ressortent pas clairement dans le rapport de l’État partie. La lutte contre ces activités illégales doit être considérée comme une priorité. 

L'État partie manifeste une réelle volonté pour la tenue d'un inventaire de faune complémentaire  afin de collecter des informations sur les espèces de faune emblématiques. Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial réitère sa demande à l’État partie d’inviter une mission UICN de suivi réactif sur le bien, aussitôt que les résultats de l’inventaire précité seront disponibles, afin d’évaluer l’état de conservation actuel du bien, et de réviser, en consultation avec l’État partie, les mesures correctives et le calendrier pour leur mise en œuvre. L’inventaire servirait aussi de ligne de base pour élaborer un plan d’action avec l'appui de la commission de survie des espèces de l'UICN et autres partenaires appropriés détaillant les activités à mettre en œuvre pour restaurer le bien et retrouver l'intégralité de la valeur universelle exceptionnelle (VUE).

Des mesures sont prises pour déminer la zone ; il est recommandé au Comité de demander à l’État partie de fournir plus d’informations sur ces efforts, y compris une cartographie précise des sites en phase de déminage.

Selon l’État partie, aucune concession de recherche ni d’exploitation pétrolière n’existe dans le bien. Il est recommandé que le Comité maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 7A.45

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7A.10, adoptée lors de sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Accueille favorablement les efforts réalisés par l'État partie dans les domaines de la défense et la restauration des terres, du déminage et pour renforcer la présence physique d’agents forestiers dans le bien, et prie l’État partie de continuer ses efforts pour mettre en œuvre les mesures correctives et renforcer la structure de gestion du bien, en la dotant des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à son opération efficace ;
  4. Exprime sa réelle inquiétude concernant la dégradation de la valeur universelle exceptionnelle du bien liée aux activités illégales telles que le braconnage et la coupe abusive de bois, et demande à l’État partie de prioriser la lutte contre ces activités illégales;
  5. Prend note de l’information fournie par l’État partie selon laquelle une mission d'inventaire est prévue pour 2014 afin de confirmer et quantifier la présence des espèces de faune emblématiques (addax, gazelle dama et guépard saharien) au niveau du bien, et réitère sa demande à l’État partie d’inviter une mission UICN de suivi réactif sur le bien, aussitôt que les résultats de cet inventaire seront disponibles afin d’évaluer son état de conservation, de réactualiser les mesures correctives et de mettre en place un calendrier pour leur mise en œuvre et pour développer une proposition pour l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  6. Demande également à l'État partie de fournir davantage d'informations avec des supports cartographiques concernant les actions de déminage au sein du bien ;
  7. Prend également note des informations fournies par l'État partie concernant l'absence d'activités extractives dans et en périphérie du bien et demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport détaillé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points mentionnés ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 39e session en 2015 ;
  8. Décide de maintenir les Réserves Naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :