1.         Minaret et vestiges archéologiques de Djam (Afghanistan) (C 211rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2002

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2002-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/211/documents

Mesures correctives identifiées

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/211/documents

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/211/documents

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/211/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2002-2002)
Montant total approuvé : 20 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/211/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 844 901 dollars EU du fonds-en-dépôt italien (2003-2012) et 124 300 dollars EU du fonds-en-dépôt suisse (2003-2012).

Missions de suivi antérieures

Plusieurs missions d’experts de l’UNESCO ont eu lieu tous les ans entre 2002 et 2006 pour la mise en œuvre des projets opérationnels pour le bien. Après trois ans d’inactivité, de 2007 à 2009, en raison des problèmes de sécurité, en 2010, en coopération avec une ONG afghane locale, l’UNESCO a envoyé une mission pour reprendre les activités sur place.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/211/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 28 janvier 2014, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation des lieux avec les travaux réalisés pour la mise en œuvre des mesures correctives envisagées sur le bien, voir : https://whc.unesco.org/fr/list/211/documents.

-  Démolir le nouveau mur de gabion construit sur la rivière Jam Rud,

-  Traiter le mur de soutènement en maçonnerie de pierre existant le long de la Jam Rud,

-  Construire des épis servant de brise-lames à plusieurs endroits de la rivière Jam Rud pour réduire la force de l’inondation,

-  Consolider la rive sud de l’Hari Rud à l’aide de gabions et de plantation d’arbres en amont du minaret,

-  Instaurer un dispositif d’enregistrement de la hauteur et du débit des deux cours d’eau facilitant la planification des prochaines crues saisonnières,

-  Intervenir structurellement et  entreprendre des travaux de surface sur le minaret, y compris les éléments décoratifs.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les efforts de l’État partie sur la mise en œuvre des mesures correctives, notamment sur la sécurité du site et sur sa protection contre les inondations et l’érosion fluviale sont reconnus.

L’achèvement de l’étude topographique et archéologique de Djam constituait une étape essentielle dans la planification et la mise en œuvre d’une stratégie de conservation efficace du bien. Cette stratégie devrait inclure l’ancien lieu de peuplement important dont l’étendue exacte et les vestiges restent encore à définir. Il est donc recommandé de poursuivre les travaux d’étude. L’État partie doit également adopter la topographie détaillée de Djam produite en 2012 au titre du fonds-en-dépôt italien/UNESCO pour Djam et Herat, et soumettre au Centre du patrimoine mondial une demande de modification mineure des limites du bien pour considération par le Comité du patrimoine mondial.

Tout en reconnaissant que la série d’activités actuellement programmée est importante pour la conservation du Minaret de Djam, il est crucial d’établir une politique de conservation à long terme et un plan d’action non seulement pour le Minaret de Djam, mais aussi pour les vestiges archéologiques comme le cimetière juif avec ses inscriptions en hébreu et les châteaux/murs de fortification et les tours ghurides. Cette politique de conservation à long terme devrait être conforme aux recommandations adoptées lors de la 3e réunion du groupe de travail d’experts pour les biens du patrimoine mondial de Djam et Herat en 2012. En outre, il faudrait procéder à la formulation d’une politique de conservation à long terme et d’un plan d’action selon une approche pluridisciplinaire afin d’aborder toutes les questions pertinentes dans une perspective globale. Il est recommandé qu’une équipe pluridisciplinaire composée d’experts internationaux, tels des ingénieurs hydrologues et des architectes, ainsi que d’archéologues, aide le Gouvernement afghan dans cette tâche. Pour ce faire, il serait souhaitable d’utiliser le Fonds du patrimoine mondial à travers l’assistance internationale, sachant qu’il n’y a pas actuellement de ressources extrabudgétaires disponibles pour ce bien.

En établissant une politique de conservation à long terme, le Gouvernement afghan sera en mesure de proposer un calendrier révisé pour la mise en œuvre des mesures correctives identifiées par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session (Christchurch, 2007) afin de parvenir à l’état de conservation souhaité en vue d’un retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 7A.14

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7A.29, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013);
  3. Prend acte des efforts accomplis par l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives adoptées à sa 31e session (Christchurch, 2007) et le prie instamment de soutenir ces efforts pour travailler sur toutes les mesures correctives identifiées ;
  4. Réitère sa demande à l’État partie d’entériner la carte topographique détaillée du bien réalisée en 2012, de finaliser la zone tampon et de soumettre une proposition de modification mineure des limites du bien, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, d’ici le 1er février 2015, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  5. Demande à l’État partie d’envisager de présenter une demande d’assistance internationale pour la préparation d’une stratégie de conservation à long terme pour l’ensemble du bien et le développement d’un plan d’action pluridisciplinaire pour la stabilisation du Minaret, afin de mobiliser l’expertise internationale et de répondre aux recommandations adoptées lors de la Troisième réunion du groupe de travail d’experts à Turin (septembre 2012) ;
  6. Demande également à l’État partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de réviser le calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives après élaboration de la stratégie de conservation et le plan d’action ;
  7. Encourage l’État partie à élaborer et à mettre en œuvre, avec l’appui de donateurs internationaux, un programme de développement des capacités visant à renforcer les compétences locales et nationales en matière de conservation et de gestion du patrimoine incluant le développement de la capacité des communautés locales à contribuer à la sauvegarde du site ;
  8. Invite la communauté internationale à continuer d’accorder son soutien technique et financier, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, pour la mise en œuvre des mesures correctives et l’élaboration d’une stratégie de conservation à long terme et d’un plan d’action, ainsi qu’un projet de stabilisation du minaret ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport détaillé, incluant un résumé sommaire d’une page, sur les progrès accomplis sur l’état de conservation du bien, ainsi qu’un calendrier révisé pour la mise en œuvre des mesures correctives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  10. Décide de maintenir le Minaret et les vestiges archéologiques de Djam (Afghanistan) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :