1.         Ville de Luang Prabang (République démocratique populaire lao) (C 479bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (ii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-1998)
Montant total approuvé : 92 242 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 200 000 dollars EU (Convention France/UNESCO)

Missions de suivi antérieures

Février 2005 : mission UNESCO ; septembre-octobre 2007 : mission du projet de coopération internationale UNESCO/Région Centre/Ville de Chinon ; novembre 2007 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2009 : mission du programme de coopération UNESCO/Ville de Chinon/ADUC.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

En réponse à la demande formulée par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 17 janvier 2014 qui détaille les progrès accomplis dans le traitement des points soulevés dans la décision 36 COM 7B.63.

L’État partie rapporte que les projets d’aménagement majeur sont désormais contrôlés de façon satisfaisante. En ce qui concerne la demande du Comité de modifier les projets hôteliers afin qu’ils se conforment au plan d’urbanisation nouvellement révisé et soient soutenus par une évaluation intégrale d’impact sur le patrimoine (EIP), l’État partie rapporte que deux projets d’hôtels de luxe sont actuellement en cours de développement. Le premier, l’Hôtel Anathara avec une superficie totale de 4,5 ha, est situé dans le sud-est de Luang Prabang, au sein de la zone tampon. L’État partie assure le Comité que le projet a été étudié avec grand soin par l’équipe architecturale de la Maison du Patrimoine, et a été révisé plusieurs fois afin de se conformer aux règlements récemment arrêtés pour la zone tampon et approuvé par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session (Décision 37 COM 8B.47). Toutefois, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent qu’une mission a été entreprise en mars 2014 dans le cadre de la Convention France-UNESCO et qu’elle recommande que l’emplacement de l’édifice de l’Hôtel Anathara, actuellement trop proche du Mékong, soit revu pour respecter l’aspect visuel du fleuve.

Le second projet est l’hôtel Yunna Copper Luang Prabang Laos, également situé dans la zone tampon, avec une superficie totale de 16 ha ; 6 ha doivent en être préservés comme rizières tandis que les 10 ha restants sont réservés à la construction du complexe hôtelier. L’État partie garantit également au Comité que les mêmes critères seront appliqués à ce second projet hôtelier.

En ce qui concerne le projet de ville nouvelle dans la vallée de Chompeth et le projet de construction d’un barrage sur le Mékong à 60 km de Luang Prabang, l’État partie indique que ces deux projets sont toujours en attente, dans la mesure où les investisseurs qui avaient fait part de leur intérêt en 2008 ne sont pas revenus vers les autorités compétentes. Par conséquent, l’évaluation d’impact sur l’environnement (EIE) et l’évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) pour le barrage sur le Mékong devant être construit à 60 km en amont du bien n’ont pas été soumises.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

À la lumière des progrès accomplis par l’État partie, il est considéré que les principales inquiétudes du Comité du patrimoine mondial ont actuellement été traitées. Toutefois, l’État partie est encouragé à poursuivre l’application stricte du PSMV (Plan de sauvegarde et de mise en valeur) en contrôlant la pression due au développement au sein du bien et de la zone tampon pour prévenir toute menace sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. De plus, l’État partie pourrait relancer le Fonds du patrimoine, établi en 2012 pour financer la Maison du Patrimoine. 

Décision adoptée: 38 COM 7B.98

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B.Add,
  2. Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants:
  1. Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial
  2. Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial, en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant toute décision irréversible, conformément au Paragraphe 172 des Orientations.