1.         Centre historique de la ville de Goiás (Brésil) (C 993)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/993/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2002-2002)
Montant total approuvé : 57 288 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/993/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Inondations

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/993/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Centre du patrimoine mondial :

Le Secrétariat a reçu respectivement les 10 et 27 mars 2003 les rapports du Bureau de l’UNESCO à Brasilia et de la Délégation permanente, selon lesquels onze maisons endommagées autour du centre ville ont été restaurées avec les fonds de l’UNESCO, qui représentent environ 3 % de la somme totale de 1,7 million de dollars recueillie pour la reconstruction du Centre historique de la ville de Goiás. Ces restaurations établissent des normes pour la restauration des quatre-vingts autres maisons endommagées. La priorité a été accordée à la restauration des maisons des gens les plus pauvres et les plus âgés qui étaient restés sans abri après les fortes pluies. Les difficultés concernaient les ressources financières limitées, la connaissance des techniques de construction traditionnelles et les réserves suffisantes de bois qui est un matériau de construction coûteux.

Par la suite, une importante coopération s’est instaurée entre le Bureau de l’UNESCO à Brasilia, l’IPHAN (Instituto do Patrimonio Historico e Artistico Nacional), la communauté urbaine représentée par l’organisation non gouvernementale des Œuvres sociales du Diocèse de Goiás et l’Institut de l’Environnement (IBAMA) du Gouvernement brésilien, qui a donné du bois pour restaurer les maisons. La contribution du Fonds du patrimoine mondial qui a été reçue durant les travaux, a bénéficié d’une assez bonne couverture médiatique. Il a été établi que les dégâts survenus durant l’inondation ont été provoqués dans une large mesure par des obstacles introduits dans le lit du Rio Vermelho tels que l’aménagement des berges et le dépôt d’ordures, et l’urbanisation qui progresse jusqu’à des terres à l’origine inoccupées au bord du Rio Vermelho.

Afin de protéger à l’avenir le centre ville des fortes précipitations, un traitement intégré de la préservation de la zone urbaine et de la protection de l’environnement est actuellement mis en œuvre. Il suscite, toutefois, des craintes de la part de l’ICOMOS-Brésil et de la Direction de l’IPHAN, comme le rapporte un fax reçu au Secrétariat le 20 mars 2003, puisqu’il prévoit de nouvelles constructions majeures, dont une avenue longeant l’une des rives du cours d’eau, qui pourrait affecter la cohérence et les valeurs de patrimoine mondial de Goiás. Les informations reçues au Secrétariat le 23 avril 2003 ont trait à un procès du District fédéral contre le Maire de Goiás pour la mise en œuvre de nouvelles constructions considérées comme illicites.

ICOMOS :

L’ICOMOS a été informé que la Municipalité de Goiás avait entamé les travaux d’aménagement de l’Avenue Rio Vermelho qui vise à faciliter la circulation entre le centre historique et le quartier Rio Vermelho depuis la rue Padre Luiz Gonzaga jusqu’à la rue Araguari. Ce projet prévoit la construction de deux ponts qui enjamberont le cours d’eau, Rio Vermelho, en deux points. Des photographies relatives aux travaux et un plan de la ville montrent le tracé de la rue en projet (originaux envoyés par courrier). L’ICOMOS suggère que le Centre du patrimoine mondial demande à l’Etat partie des informations sur le projet d’aménagement de l’Avenue Rio Vermelho et sur l’impact du projet tant sur l’environnement que sur le patrimoine bâti et archéologique. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.86

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prenant note du rapport transmis par l'Etat partie,

2. Félicitant les autorités brésiliennes de leurs efforts concertés pour réparer les dommages causés par les inondations,

3. Reconnaissant la nécessité d'une protection urbaine et environnementale intégrée du centre ville de Goiás pour atténuer à l'avenir l'impact des fortes précipitations, 

4. Demande, néanmoins, des informations plus détaillées, notamment en ce qui concerne la construction de la route ;

5. Demande, en outre, qu'une mission de suivi soit effectuée par l'ICOMOS pour évaluer les résultats des travaux de restauration exécutés et l'impact du traitement intégré, entre autres la construction de la route en cours d'exécution ;

6. Demande également à l'Etat partie de soumettre un rapport détaillé au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2004, sur l'état de conservation du bien, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 28e session, en 2004.