1.         Ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya (Inde) (C 1056rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2002

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1056/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1056/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression du tourisme ; manque de capacités en matière de techniques de conservation, absence de mécanisme de gestion (notamment législatif), manque de coordination des institutions ; incendies

Informations complémentaires :

Les pressions liées aux aménagements incluent les activités religieuses dans et autour du bien du patrimoine mondial. Bodhgaya est exposé à des conditions climatiques extrêmes (temps très sec et chaud) qui rendent plus difficiles la conservation, ainsi que la construction d’installations pour accueillir les touristes et les pèlerins

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1056/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Lors de l’inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial, le Comité du patrimoine mondial avait noté avec inquiétude des informations de l’ICOMOS faisant état d’une forte pression liée au développement du tourisme et aux activités de pèlerinage sur le site. Le Comité du patrimoine mondial avait recommandé aux autorités indiennes d’élaborer un plan de gestion global pour garantir la conservation des valeurs de patrimoine du bien, notamment des dispositions pour un suivi régulier et la mise en place de mécanismes permettant de limiter l’impact du tourisme et des activités de pèlerinage à l’intérieur du temple et aux alentours.

Depuis l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial, le Centre du patrimoine mondial a reçu des informations d’ONG et de groupes religieux locaux faisant état d’actes de vandalisme et de vols sur le site. Le Centre a en outre été informé de plusieurs procès trahissant des relations conflictuelles entre les groupes religieux qui utilisent le bien et parfois les populations locales, conflits qui provoqueraient des incendies et des émeutes.

Selon certaines rumeurs, quelques groupes auraient proposé que la gestion du bien soit confiée aux groupes religieux bouddhistes, plutôt qu’aux collectivités locales, comme c’est actuellement le cas. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.46

Le Comité du patrimoine mondial, 

1. Ayant étudié l'état de conservation du bien pour la première fois depuis son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en 2002,

2. Rappelant l'inquiétude suscitée, lors de l'inscription, par les pressions exercées sur le bien par le tourisme et les pélerinages, 

3. Tout en notant l'absence persistante de plan de gestion global réaliste, malgré la recommandation du Comité lors de l'inscription du bien concernant l'élaboration d'un tel plan (26 COM 23.16), fait part de sa sincère satisfaction à l'Etat partie d'avoir commencé à établir un tel plan,

4. Exprime son inquiétude devant les tensions permanentes et les conflits occasionnels entre les acteurs locaux, en particulier les groupes religieux qui souhaitent utiliser ce bien important du patrimoine mondial religieux ;

5. Reconnaissant la valeur patrimoniale associée des lieux entourant le temple de la Mahabodhi, qui sont intrinsèquement liés à l'éveil du Bouddha mais ne se trouvent ni dans la zone centrale ni dans la zone tampon du bien actuel du patrimoine mondial,

6. Invite l'Etat partie à étendre l'aire protégée au titre du patrimoine mondial pour s'assurer que la zone de protection et les zones tampons sont significatives et efficaces pour la conservation des valeurs du bien ;

7. Demande à l'Etat partie de terminer l'élaboration d'un plan de gestion d'ensemble qui intègre comme il convient :

(a) Le dialogue et la coopération avec la population locale et les parties concernées,

(b) La protection, la conservation et la préservation des valeurs de patrimoine et des atouts de ce bien sacré du patrimoine mondial,

(c) Le contrôle des aménagements pour le tourisme et les pèlerinages à l'intérieur et autour du bien,

8. Demande également à l'Etat partie de présenter au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2004, le plan de gestion d'ensemble achevé, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 28e session, en 2004.