1.         Îles Galápagos (Équateur) (N 1bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1979-2001)
Montant total approuvé : 567 850 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

juin 1996: mission d'étude; février-mars 2003: mission de l'UNESCO dans le cadre du projet des Galápagos UNESCO / UNF

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Centre du patrimoine mondial :

L’UNESCO a effectué une mission du 20 février au 4 mars 2003 dans le cadre du projet des Galápagos UNESCO / UNF. Le rapport de la mission indique que le projet a contribué de manière significative au renforcement des capacités pour entreprendre la future prévention de l’introduction de nouvelles espèces, ainsi que le contrôle et l’éradication des espèces envahissantes existantes. De plus, des progrès ont été accomplis pour attirer l’attention des milieux scientifiques et sensibiliser l’opinion publique aux problèmes relatifs aux espèces introduites. Le projet a permis en particulier de former des étudiants, de créer des réseaux de chercheurs et de diffusion de l’information dans des conférences, des publications et sur l’Internet. Le projet nécessite de recueillir 1 million de dollars EU dans un fonds spécial destiné à offrir un financement stable pour combattre les menaces qui pèsent sur la biodiversité des Galápagos. L’UNF verserait une somme équivalente. Les efforts accomplis sont en retard sur le programme et la cible n’a pas encore été atteinte. Le rapport complet de la mission sera soumis au Comité par le Centre.

Autres points à signaler :

Comme l’a demandé instamment le Comité en 2001 et 2002, presque toutes les réglementations ont été adoptées dans le cadre de la Loi spéciale pour les Galápagos. Elles concernent :

i) les petites pêcheries ; ii) le tourisme ; iii) l’enlèvement des déchets solides ; iv) la quarantaine ; et v) les espèces introduites.

 Le financement du FEM (18,3 millions de dollars EU) centré sur le contrôle des espèces introduites a commencé à arriver en 2002. Le travail sur place concernant l’éradication des chèvres doit commencer en juin – c’est la plus grande île du monde où les chèvres seront éradiquées. Un nouveau directeur du Service du Parc national des Galápagos a été nommé en février 2003, mais il a présenté sa démission le 23 avril.

La première tentative de contrôle biologique aux Galápagos a continué. Après des tests et des essais approfondis plusieurs fois par an, une espèce australienne de coccinelle a été introduite sur de nombreuses îles pour tenter de limiter les dégâts provoqués par le « cottony cushion scale », parasite des végétaux qui affecte gravement les mangroves et d’autres plantes endémiques et natives. Le WWF et le gouvernement équatorien ont signé un accord pour transformer dans les dix prochaines années les îles Galápagos en un territoire modèle pour l’utilisation d’une énergie propre pour le XXIe siècle.

Le WWF rapporte que plusieurs projets et investissements de quelque 25 millions de dollars EU permettront d’assurer une alimentation en énergie renouvelable, non polluante pour les îles. Le 19 mars 2003, les autorités du Parc national ont intercepté un bateau qui pratiquait la pêche au requin de façon illicite dans la Réserve marine des Galápagos– 75 requins avaient ainsi été capturés. L’UICN est préoccupée de la menace persistante que représente la pêche illicite pour la biodiversité marine dans les eaux du Parc national. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.25

Le Comité du patrimoine mondial [15],

1. Note qu'au cours de ces dernières années, l'Etat partie, par l'intermédiaire de son Service du Parc national des Galápagos et de la Fondation Charles Darwin, a développé de nouvelles et plus larges responsabilités dans les domaines de la conservation marine et du contrôle des espèces introduites ;

2. Se déclare satisfait des efforts accomplis par l'Etat partie pour soutenir le renforcement continu de la Loi spéciale pour les Galápagos ;

3. Félicite les autorités d'avoir poursuivi le programme de développement dans les zones critiques pour la conservation de ce bien, en particulier la mise en place d'un dispositif de quarantaine aux Galápagos ;

4. Félicite l'Etat partie d'avoir adopté plusieurs réglementations en 2002, notamment la réglementation sur la quarantaine et sur les espèces introduites ;

5. Encourage l'Etat partie à voter les réglementations finales dans le cadre de la Loi spéciale pour les Galápagos ;

6. Prie instamment l'Etat partie de maintenir tous les efforts relatifs au contrôle de la pêche illicite dans la Réserve marine des Galápagos.

[15] Décision adoptée sans discussion.