1.         Parc national du banc d'Arguin (Mauritanie) (N 506)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1989

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/506/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/506/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

septembre 2002: mission du Centre du patrimoine mondial en Mauritanie

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/506/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Lors d’une mission du Centre en Mauritanie du 21 au 28 septembre 2002, des réunions ont été organisées à Nouakchott avec la direction du Parc du Banc d’Arguin et le personnel administratif du projet GTZ. Le directeur du parc est également venu le 11 avril 2003 au siège de l’UNESCO pour une réunion avec l’UICN et le personnel du Centre. Les points suivants ont été observés :

 

Construction de la route entre Nouakchott et Nouadhibou :

la première pierre du chantier a été posée le 29 juillet 2002 par le Président de la république islamique de Mauritanie. La route de 470 Km de long, coûtera environ 77 millions de dollars E.U et bénéficie du soutien du FADES (Fonds arabe pour le développement économique et social), de la Banque Islamique de Développement (BID) et de l’Etat de Mauritanie. Elle doit contourner le parc à une distance d’environ 4 km. Une copie de l’évaluation d’impact sur l’environnement effectuée en 2001 a été fournie au Centre le 7 avril 2003 avec les commentaires de la Direction du Parc du Banc d’Arguin (PNBA). La Direction du parc considère que cette étude n’est pas de qualité professionnelle et que les conséquences potentielles du projet de route sur le parc n’ont pas été pris en compte.

L’UICN a reçu des informations extrêmement préoccupantes à propos de l’évaluation d’impact sur l’environnement et de l’insuffisance de l’analyse des menaces potentielles pour les valeurs naturelles du site. Il semble, par exemple, qu’aucune étude n’ait été effectuée sur la pollution chimique et organique des ressources en eau qui peut résulter de la construction de la route. De plus, l’agence marocaine qui a effectué l’évaluation d’impact sur l’environnement n’a pas pris contact avec la Direction du parc, si bien que le rapport comporte de nombreuses erreurs et lacunes, notamment en ce qui concerne les valeurs naturelles du parc et les activités actuelles de conservation et de gestion.

 

Prospection pétrolière :

la compagnie australienne Woodside a trouvé du pétrole pour la première fois il y a 2 ans à la périphérie du parc. Plusieurs campagnes de prospection ont permis de découvrir des quantités relativement importantes de gaz et de pétrole. La zone de Chinguity 1 devrait être la première exploitée et sa capacité est évaluée à environ 1,5 milliard de barils de pétrole. Trois autres compagnies sont présentes dans la région et les terres qui entourent le parc ont été divisées en parcelles à des fins de prospection. Le site du patrimoine mondial est situé à l’intérieur des parcelles 9 et 10 attribuées à IPG, un consortium russo-anglo-mauritanien qui est apparemment en train d’effectuer une campagne d’explorations sismiques/études aériennes. Selon la mission du Centre, Woodside a effectué une première évaluation d’impact sur l’environnement dont une copie en anglais a été adressée au ministre de l’Environnement. Or, la Direction du parc, l’UICN et le Centre n’ont toujours pas reçu de copie de ce rapport. GTZ a informé l’UICN et le Centre que son étude sur la légalité de l’exploitation pétrolière dans les parcs nationaux de Mauritanie, et en particulier dans le Parc national du Banc d’Arguin, n’était pas encore terminée. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.7

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Note que la construction de la route entre Nouakchott et Nouadhibou a commencé ;

2. Demande instamment à l'Etat partie d'organiser une réunion afin de déterminer l'impact réel de cette route sur le parc et de s'assurer que l'EIE est conforme aux normes internationalement admises, en collaboration avec les bailleurs de fonds intéressés ;

3. Note que des activités de prospection pétrolière sont menées à proximité du parc et que tout porte à croire que d'importantes réserves situées dans la région pourraient être prochainement exploitées, ce qui constituerait une menace potentiellement grave pour la vie marine du parc ;

4. Demande à l'Etat partie de fournir à l'UICN et au Centre du patrimoine mondial une copie de l'étude de GTZ (German Technical Evaluation) et de l'EIE des activités de prospection pétrolière avant le 1er février 2004, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 28e session, en 2004.

5. Encourage l'Etat partie à soumettre une demande d'assistance internationale pour former les spécialistes de l'Etat à l'analyse des documents d'EIE (EIE)en relation avec la prospection pétrolière.