1.         Parc national du Simien (Éthiopie) (N 9)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1996-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/9/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1978-1996)
Montant total approuvé : 233 171 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/9/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

novembre 1996: mission technique ; avril 2001: mission d'experts

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/9/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

A sa 25e session (Helsinki 2001), le Comité a demandé à l’Etat partie de présenter un rapport traitant précisément des questions soulignées dans le rapport de la mission de suivi UICN/UNESCO (avril 2001). A partir de ce rapport, le Comité a fixé les repères suivants pour un possible retrait du Parc national du Simen de la Liste du patrimoine mondial en péril :

·  Réalignement de la limite du Parc pour exclure les villages situés le long de cette limite ;

·  Extension du Parc pour inclure au moins les Réserves de faune de Mesarerya et de Lemalino ;

·  Réduction notable et durable de la densité de population humaine à l’intérieur du Parc, spécialement dans la zone centrale ; et

·  Conservation effective à l’intérieur du Parc national étendu d’une plus nombreuse population de Walia Ibex et de renards du Simen.

 

Le Centre et l’UICN ont reçu le rapport de l’Etat partie daté du 3 décembre 2002. De plus, un rapport daté du 21 mars 2003 a été reçu du Centre national des Pôles de recherche nationaux (PRN) Nord-Sud, en coopération avec le Programme de partenariats avec l’Afrique orientale et australe (ESAPP) du Centre pour le développement et l’environnement (CDE) (Université de Berne) ; ce rapport traite d’une mission entreprise au Parc national du 25 février au 7 mars 2003.

 

Ces rapports donnent les informations suivantes concernant les repères :

·  Concernant le réalignement des limites du Parc, l’Etat partie indique que des débats entre tous les acteurs concernés ont débuté en novembre 2002, à l’occasion d’un nouveau Projet de développement intégré du Parc national des montagnes du Simen, mis en œuvre conjointement par les gouvernements d’Ethiopie et d’Autriche. Des négociations détaillées sur les limites devraient avoir lieu village par village, pour les 30 villages entourant le Parc. Ces négociations pourraient entraîner une perte trop importante de terres du Parc, et donc à en diminuer la valeur de biodiversité.

·  Concernant l’extension du Parc, l’Etat partie signale que cette question fera partie de la planification et du processus de négociation instauré par le projet financé par l’Autriche. Le processus inclura la définition des objectifs et l’étendue de nouvelles réserves de conservation, l’une dans la région de Silki, Kiddis Yared, Abba Yared, et l’autre dans la région de Weynobar, Analu, Ras Dejen, Abbat Dejen.

·  L’Etat partie ne donne pas d’informations sur la diminution de l’importance de la population humaine dans le Parc. Les PRN signalent qu’il n’y a pas encore de réduction de la densité de population humaine dans le Parc et que les contacts noués avec un village montrent une forte résistance à une réinstallation à un autre endroit. Ils ont informé l’UICN qu’ils prévoient d’entreprendre une étude scientifique qui permettrait d’évaluer le nombre de spécimens de faune sauvage dans le Parc national, en coopération avec l’Amhara Regional Agricultural Research Institute (ARARI). L’étude commencerait en octobre 2004 et traiterait de la question des limites du bien du patrimoine mondial.

·  Concernant la conservation effective du Walia Ibex et du renard du Simen dans le Parc, l’Etat partie indique que les populations de ces animaux ont sensiblement augmenté entre 1998 et 2001. Les comptages directs de Walia Ibex montrent que cette population est passée de 270 spécimens en 1995 à 514 en 2002, tandis que la population de renards du Simen serait passée d’environ 20-30 spécimens en 1997 à 45 en 2002. Les PRN indiquent qu’elles n’ont pu confirmer ces chiffres et recommandent de réaliser une évaluation détaillée des populations de faune sauvage en utilisant des techniques excluant tout double comptage.

 

L’Etat partie fournit aussi des informations sur les efforts du gouvernement régional pour renforcer la gestion du Parc. La réhabilitation du camp de Dirni est terminée, 16 pisteurs supplémentaires ont été engagés, le nombre de véhicules est passé à 4, 2 ordinateurs ont été achetés et le budget de fonctionnement est passé d’environ 56.000 dollars E.U. en 1998 à environ 83.000 dollars E.U. en 2001. Un comité régional de direction, présidé par le vice-président du gouvernement régional, a également été créé pour suivre les activités et l’avancement de la conservation du site. L’Etat partie signale aussi que les activités illégales comme la culture et l’abattage d’arbres ont été réduites, bien que l’on ne dispose pas de chiffres précis. De nombreuses mesures concernant le développement communautaire et l’agriculture ont été entreprises et les efforts seront accrus dans le cadre du Projet de développement national intégré des montagnes du Simen. L’Etat partie indique en outre que le nombre de touristes et les revenus perçus augmentent. Le rapport de mission PRN/CDE souligne qu’il va maintenant falloir établir des plans pour les camps de touristes ainsi qu’un plan de gestion d’ensemble pour les investissements privés au voisinage du Parc.

 

L’UICN :

L’UICN note, en se fondant sur le rapport de mission PRN/CDE, qu’il y a eu des améliorations notables du renforcement de la coordination et de la gestion des activités de développement dans les montagnes du Simen. Les nouvelles informations fournies ci-dessus ont été fournies après accord entre l’UICN et le Centre du patrimoine mondial.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7A.3

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicite l'Etat partie des actions entreprises l'année passée pour améliorer la conservation du Parc national du Simen, bien du patrimoine mondial ;

2. Recommande que l'Etat partie continue à mettre en œuvre les mesures positives mentionnées dans son rapport jusqu'à ce que l'on puisse constater avec évidence les améliorations de la conservation sur le terrain ;

3. Recommande que l'UICN, utilisant les compétences spécialisées de sa Commission de sauvegarde des espèces et en coopération avec l'Etat partie, prenne des mesures pour vérifier l'augmentation des estimations des populations de Walia Ibex et de renards du Simen, communiquées par l'Etat partie ; 

4. Invite l'Etat partie à fournir au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2004, des informations complémentaires sur les progrès de l'état de conservation du bien, en particulier concernant les repères pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et les autres recommandations figurant dans le rapport de mission UICN/UNESCO (avril 2001), pour étude par le Comité à sa 28e session, en 2004 ;

5. Décide de maintenir le Parc national du Simen sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 27 COM 8B.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-03/27.COM/7A),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :