1.         Hierapolis-Pamukkale (Turquie) (C/N 485)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (iii)(iv)(vii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/485/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1991-1991)
Montant total approuvé : 20 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/485/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/485/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2002

Précédents débats :
Vingt-cinquième session extraordinaire du Bureau (paragraphes III.155-156)

Questions essentielles :

Décoloration des falaises de calcaire.

Nouvelles informations :

Un rapport sur l’état de conservation du site a été fourni par l’Etat partie en date du 30 janvier 2002 et envoyé à l’UICN et à l’ICOMOS pour étude. L’UICN indique que ce rapport signale que depuis 1972, date de publication du plan d’aménagement de Pamukkale, il y a eu des faits nouveaux dans cinq domaines essentiels :

  1. Construction d’un moyen de transport vers le site : La route reliant la ville de Pamukkale au plateau, en montant à travers les terrasses en travertin, a été fermée. Des solutions de remplacement sont à l’étude.
  2. Nouvel aménagement: Un nouvel accès aux terrasses est lié aux solutions de remplacement adoptées pour le transport. Cela reste à résoudre. Les points d’entrée nord et sud, achevés en 1996, ne fonctionnent pas efficacement.
  3. Expropriations: Les établissements touristiques, qui dataient de 1964, ont été supprimés du site. Les deux derniers hôtels ont été démolis en 2001. Cela est considéré comme l’un des plus grands succès de la gestion du site.
  4. Construction d’un réseau de distribution d’eau thermale: L’aménagement d’un nouveau réseau de distribution d’eau thermale est presque terminé. Ce réseau a deux objectifs : assurer en permanence l’alimentation en eau dans tout le site en maintenant la blancheur du travertin ; permettre la création de nouveaux espaces en travertin (pour les touristes). Les nouvelles rigoles de distribution de l’eau ont un impact visuel et les solutions de traitement de ce problème sont à l’étude, y compris le changement de position et de niveau de certaines rigoles, ou le camouflage des rigoles avec de la végétation. Il est également proposé de construire une rigole pour amener l’eau thermale sur le site et réduire l’utilisation actuelle de l’eau par les établissements de la ville de Pamukkale et par les exploitants agricoles dans un but d’irrigation. Il est reconnu que le siphonnage de l’eau actuellement pratiqué a eu des impacts négatifs sur les terrasses comme sur les autres utilisations de l’eau.
  5. Créer de nouvelles terrasses de travertin : Il est reconnu que la principale attraction touristique de Pamukkale est la baignade dans les terrasses. Des plans sont donc en cours pour créer de nouveaux espaces en travertin pour répondre à cette demande. Le rapport indique également que Pamukkale est concerné par le projet financé par la Banque mondiale « Turquie : projet de développement communautaire et patrimonial », lancé en 2000. La première activité, dans le cadre de ce projet, a été une évaluation du plan directeur de 1992. Cette évaluation a conclu qu’il était urgent d’établir un système adapté de gestion du site ainsi qu’un plan d’interprétation et de mise en valeur. Un Plan de gestion et de mise en valeur du site de Pamukkale est actuellement préparé par une équipe conjointe du Ministère de la Culture et de la Banque mondiale.
Ce projet entreprend aussi une évaluation socio-économique ; une évaluation environnementale et la préparation d’un plan de gestion de l’environnement ; une enquête initiale de réinstallation et un plan d’action de réinstallation concernant les installations illicites dans l’enceinte du site archéologique. L’Université de Pamukkale a été chargée d’assurer la coordination, la collaboration et le suivi de ces activités par les différentes autorités et parties concernées.

Concernant la gestion du site, le rapport signale que le plan de conservation du site propose la création d’une organisation locale, « l’Union pour la protection et l’aménagement de Pamukkale » ; elle doit comprendre des représentants de toutes les institutions associées à la conservation et à l’aménagement de Pamukkale.

Bien qu’il reste encore certains progrès à faire, l’UICN juge que les problèmes essentiels ont été résolus et traités et que le site est beaucoup mieux entretenu. L’ICOMOS a étudié le rapport et estime que les problèmes récents relatifs à l’état de conservation des vasques en terrasses et à la gestion des visiteurs ont été bien résolus.

Action requise

Le Bureau remercie les autorités turques de leur rapport détaillé et les félicite des mesures prises pour assurer la protection et la gestion du site. Il demande qu’un rapport d’avancement du projet financé par la Banque mondiale soit mis à sa disposition. Il prend note avec satisfaction des efforts pour protéger le site des dommages causés par les touristes en créant de nouvelles terrasses de baignade. De plus, le Bureau engage vivement l’Etat partie à entreprendre des études d’impactes complètes avant de s’engager dans de nouveaux travaux, y compris la construction d’un nouvel accès / d’une nouvelle route. Il suggère que l’Etat partie recherche un appui international technique, scientifique et autre pour améliorer l’état de conservation des terrasses en travertin.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2002

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Néant

Décision adoptée: 26 COM 21B.33

Le Comité du patrimoine mondial,

Prend note du rapport sur l'état de conservation du site et de la décision du Bureau présentés aux paragraphes XII.53-55 du document WHC-02/CONF.202/2).

Décision adoptée: 26 BUR XII.53-55

XII.53            Le Bureau a noté qu’un rapport sur l’état de conservation du site a été fourni par l’Etat partie le 30 janvier 2002 et a été étudié par l’UICN et l’ICOMOS. Le Bureau a noté que, depuis 1992, date de publication du plan d’aménagement de Pamukkale, il y a eu des faits positifs dans plusieurs domaines :

  1. Construction d’un moyen de transport vers le site : la route reliant la ville de Pamukkale au plateau, en montant à travers les terrasses en travertin, a été fermée. Des solutions de remplacement sont à l’étude.
  2. Un nouvel accès aux terrasses est lié aux solutions de remplacement adoptées pour le transport. Cela reste à résoudre.
  3. Les établissements touristiques ont été supprimés du site et les deux derniers hôtels ont été démolis en 2001. Cela est considéré comme l’un des plus grands succès de la gestion du site.
  4. Construction d’un réseau de distribution d’eau thermale : l’aménagement d’un nouveau réseau de distribution d’eau thermale est presque terminé. Les  nouvelles rigoles de distribution de l’eau ont cependant un impact visuel et les solutions de traitement de ce problème sont à l’étude, y compris le changement de position et de niveau de certaines rigoles, ou le camouflage des rigoles avec de la végétation.
  5. Création de nouvelles terrasses de travertin : il est reconnu que la principale attraction touristique de Pamukkale est la baignade dans les terrasses. Des plans sont donc en cours pour créer de nouveaux espaces en travertin pour répondre à cette demande.
  6. Le rapport indique également que Pamukkale est concerné par le projet financé par la Banque mondiale « Turquie : projet de développement communautaire et patrimonial », lancé en 2000. La première activité, dans le cadre de ce projet, a été une évaluation du plan directeur de 1992. Cette évaluation a conclu qu’il était urgent d’établir un système adapté de gestion du site ainsi qu’un plan d’interprétation et de mise en valeur. Un Plan de gestion et de mise en valeur du site de Pamukkale est actuellement préparé par une équipe conjointe du Ministère de la Culture et de la Banque mondiale.

XII.54            Bien qu’il reste encore certains progrès à faire, le Bureau a noté que les problèmes essentiels ont été résolus et traités, que le site est beaucoup mieux entretenu et que les problèmes récents relatifs à l’état de conservation des vasques en terrasses et à la gestion des visiteurs ont été bien résolus.

XII.55            Le Bureau a remercié les autorités turques de leur rapport détaillé et les a félicitées des mesures prises pour assurer la protection et la gestion du site. Il a demandé qu’un rapport d’avancement du projet financé par la Banque mondiale soit mis à sa disposition et il a constaté les efforts pour protéger le site des dommages causés par les touristes en créant de nouvelles terrasses de baignade. En outre, le Bureau a préconisé à l’Etat partie d’entreprendre des études d’impacts complètes avant de s’engager dans de nouveaux travaux, y compris la construction d’une nouvelle route d'accès. Il a suggéré que l’Etat partie recherche un appui international technique, scientifique et autre pour améliorer l’état de conservation des terrasses en travertin.