1.         Chaussée des Géants et sa côte (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (N 369bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/369/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/369/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/369/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2002

Précédents débats :            
Vingt-cinquième session du Comité – paragraphe VIII.97 / Annexe IX page 123.

Questions essentielles :

Aménagement fragmentaire adjacent au site ; absence de zone tampon ; réaménagement du centre d’accueil des visiteurs ; préparation du plan de gestion.

Nouvelles informations :

Un rapport détaillé sur le site a été fourni par lettre et courrier électronique du Département de la Culture, des Médias et des Sports le 11 février 2002. L’UICN note que le rapport indique que le plan de gestion de l’aire de beauté naturelle exceptionnelle (AONB) qui forme la zone centrale du site est actuellement en préparation. Un document à ce sujet est en cours d’élaboration pour consultation publique en mars 2002 ; il sera suivi d’un projet de plan en juin 2002. Une version finale du plan sera ensuite déposée au Département de l’Environnement d’Irlande du Nord (DOENI) en novembre 2002. Le DOENI compte publier le plan de gestion de l’AONB concernée en janvier 2003. Par l’intermédiaire de l’observateur du Royaume-Uni, le DOENI compte tenir le Bureau informé de l’avancement du plan.

Un groupe consultatif a été créé pour superviser la préparation du plan de gestion de l’AONB. Il a été demandé à l’UICN de se faire représenter dans ce groupe, ce qu’a approuvé l’Etat partie. La première réunion de travail de ce groupe consultatif est prévue le 15 février 2002.

Le rapport signale la décision du Conseil du District de Moyle, prise le 21 janvier 2002, de réétudier son projet de vente de terrains à l’intérieur du site du patrimoine mondial (l’Observateur du Royaume-Uni à Helsinki avait informé le Bureau que le Conseil avait pris une décision le 4 décembre 2001 de ne pas vendre ces terrains). Deux parties qui avaient précédemment fait des offres pour ce bien (le National Trust et un promoteur privé) ont été priés de renouveler leurs offres respectives, et le Conseil devait prendre une décision sur la question le 6 février 2002.

Le bien en question comprend un terrain de 3,6 hectares à l’intérieur du site ; ce terrain appartient au Conseil et abrite l’actuel centre d’accueil des visiteurs et un parking. Le centre d’accueil des visiteurs a été partiellement détruit par un incendie en 2000. Le National Trust, propriétaire du reste du site du patrimoine mondial, loue une partie du centre d’accueil des visiteurs au Conseil. Au début de 2001, le Conseil avait proposé d’aménager le site. Le rapport de l’Etat partie indique qu’un certain nombre de demandes de planification ont récemment été déposées concernant l’aire immédiatement adjacente au site du patrimoine mondial. Ces demandes seront traitées selon le processus de planification utilisé en Irlande du Nord.

Le DOENI réaffirme sa détermination de protéger le cadre de ce site du patrimoine mondial contre des aménagements inadaptés. Il note que la partie essentielle du site du patrimoine mondial est la Réserve naturelle nationale qui n’est pas menacée. Cette Réserve naturelle nationale est directement protégée par une législation distincte d’Irlande du Nord (Nature Conservation and Amenity Lands Order, Irlande du Nord, 1985).

L’UICN a reçu plusieurs rapports s’inquiétant de menaces à l’intégrité du site, plus précisément sur les points suivants :

L’un de ces rapports signale que celui qui a fait une offre pour le centre d’accueil des visiteurs est le même promoteur que celui qui commence déjà à aménager le terrain adjacent au site (transformation d’un bâtiment classé pour usage publique) et qui a déjà trois demandes en cours (Centre d’art et d’artisanat ; hôtel de 60 chambres ; salon de thé séparé).

L’UICN a reçu des rapports, dont une lettre de l’Etat partie datée du 11 février, indiquant que la décision de vendre le terrain avait de nouveau été abandonnée par le Conseil du District de Moyle le 6 février 2002, et que le Conseil comptait décider lui-même du réaménagement du centre d’accueil des visiteurs.

La question de la « planification » évoquée le 15 février 2002 est reprise dans un article et un éditorial sur le site de la Chaussée des Géants, traitant des craintes soulevées par le National Trust et des difficultés financières du Conseil du District de Moyle pour reconstruire un centre d’accueil. Le National Trust presse le Gouvernement pour qu’il s’assure que tous les Conseils adoptent des plans de gestion comme instruments supplémentaires de planification, que le statut de patrimoine mondial soit reconnu dans la politique générale de planification, et que les sites bénéficient de zones tampons. L’éditorial met en question la valeur, l’autorité et l’influence du statut de patrimoine mondial et laisse entendre que cela agit comme un aimant pour le développement.

Action requise

Le Bureau constate une fois de plus avec inquiétude les aménagements fragmentaires et l’absence d’une zone tampon précise ainsi que de dispositions spéciales de planification permettant d’empêcher de tels aménagements. Il existe un potentiel d’impacts cumulatifs qui pourraient causer des dommages irréversibles au cadre et au contexte environnemental du site. Le Bureau note que le rapport de l’Etat partie en décembre mentionnait que le DOENI « a commencé la préparation du plan de la zone nord qui constituera le cadre statutaire de planification d’aménagement de la zone jusqu’en 2016. Le plan servira à la formulation de la politique générale de planification locale en conséquence. Comme mesure provisoire, et avant l’adoption prévue de ce plan en 2003, la politique actuelle prévoit un rayon de 4 km autour du site du patrimoine mondial à l’intérieur duquel tous les projets d’aménagement feront l’objet d’un examen approfondi. » Le Bureau se déclare préoccupé que la connaissance des deux processus de planification en cours puisse favoriser les propositions d’aménagement autour du site, et il demande à l’Etat partie de l’informer si l’AONB et les processus normaux de planification assurent une protection suffisante à l’aire adjacente au site. Le Bureau encourage l’Etat partie à délimiter une zone tampon dans le cadre des processus du plan de la zone nord et du plan de gestion de l’AONB. Enfin, le Bureau engage vivement l’Etat partie à mettre en œuvre la zone spéciale de 4 km pendant la période de rédaction du plan de la zone nord, et à envisager un moratoire sur l’aménagement commercial jusqu’à ce que le plan de gestion de l’AONB et le plan de la zone nord soient plus avancés.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2002

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 26 COM 21B.24

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prend note du rapport sur l'état de conservation du site et de la décision du Bureau (document WHC-02/CONF.202/2, paragraphes XII. 36- 40) ; 

2. Prend note de l'information nouvelle selon laquelle une mission a été invitée sur le site.

Décision adoptée: 26 BUR XII.36-40

XII.36            Un rapport détaillé sur le site a été adressé par correspondance et courrier électronique le 11 février 2002 par le Département de la Culture, des Médias et des Sports. L’UICN a noté que, selon le rapport, le plan de gestion de l’aire de beauté naturelle exceptionnelle (AONB) qui forme la zone centrale du site est actuellement en préparation. Un document à ce sujet est en cours d’élaboration pour consultation publique en mars 2002 ; il sera suivi d’un projet de plan en juin 2002. Une version finale du plan sera ensuite déposée au Département de l’Environnement d’Irlande du Nord (DOENI) en novembre 2002. Le DOENI compte publier le plan de gestion de l’AONB concernée en janvier 2003. Par l’intermédiaire de l’Observateur du Royaume-Uni, le DOENI compte tenir le Bureau informé de l’avancement du plan.

XII.37            Au début de 2001, le Conseil du District de Moyle avait proposé d’aménager le site. Le rapport de l’Etat partie indique qu’un certain nombre de demandes de planification ont récemment été déposées concernant l’aire immédiatement adjacente au site du patrimoine mondial. Ces demandes seront traitées selon le processus de planification utilisé en Irlande du Nord. L’UICN a reçu plusieurs rapports s’inquiétant de menaces à l’intégrité du site, plus précisément sur les points suivants : aménagements fragmentaires / demandes d’aménagements en cours et contrôles insuffisants des aménagements ; absence de plan de gestion intégrée ; manque d’un plan de développement statutaire reconnaissant la nature unique du site du patrimoine mondial ; crainte que le système actuel de planification ne considère chaque demande uniquement selon son mérite, sans considérer les impacts cumulatifs.

XII.38            L’un de ces rapports signale que celui qui a fait une offre pour le centre d’accueil des visiteurs est le même promoteur que celui qui commence déjà à aménager le terrain adjacent au site (transformation d’un bâtiment classé pour usage public) et qui a déjà trois demandes en cours (Centre d’art et d’artisanat, hôtel de 60 chambres, salon de thé séparé). Le Bureau a noté que l’Etat partie indique que la décision de vendre le terrain a de nouveau été abandonnée par le Conseil, le 6 février 2002, et que le Conseil comptait décider lui-même du réaménagement du centre d’accueil des visiteurs.

XII.39            Le Bureau a constaté une fois de plus avec inquiétude les aménagements fragmentaires et l’absence d’une zone tampon précise et de dispositions spéciales de planification permettant d’empêcher de tels aménagements. Il existe un potentiel d’impacts cumulatifs qui pourraient causer des dommages irréversibles au cadre et au contexte environnemental du site. Le Bureau a noté que le rapport de l’Etat partie en décembre mentionne que le DOENI « a commencé la préparation du plan de la zone Nord qui constituera le cadre statutaire de planification d’aménagement de la zone jusqu’en 2016. Le plan formulera en conséquence la politique générale de planification locale. A titre provisoire et avant l’adoption prévue de ce plan en 2003, la politique actuelle prévoit un rayon de 4 km autour du site du patrimoine mondial à l’intérieur duquel tous les projets d’aménagement feront l’objet d’un examen approfondi. »

XII.40            Le Bureau s’est déclaré préoccupé que la connaissance des deux processus de planification en cours puisse favoriser les propositions d’aménagement autour du site. Il a demandé à l’Etat partie de l’informer si l’AONB et les processus normaux de planification assurent une protection suffisante à l’aire adjacente au site. Le Bureau a encouragé l’Etat partie à délimiter une zone tampon dans le cadre des processus du plan de la zone Nord et du plan de gestion de l’AONB. Enfin, il engage vivement l’Etat partie à mettre en œuvre la zone spéciale de 4 km pendant la période de rédaction du plan de la zone Nord et à envisager un moratoire sur l’aménagement commercial jusqu’à ce que le plan de gestion de l’AONB et le plan de la zone nord soient plus avancés.