1.         Ville ancienne de Sigiriya (Sri Lanka) (C 202)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1982

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/202/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-1997)
Montant total approuvé : 23 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/202/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

novembre-décembre 1994: missions de suivi de l'ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Inquiétudes concernant des questions de gestion, planification et protection juridique du site

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/202/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
22e session extraordinaire du Comité (paragraphe VII.43. Annexe IV page 109)

Questions principales :

1. Proposition d’agrandissement de l’aéroport militaire : en février 2001, les autorités nationales chargées de la protection du site ont informé le Centre du patrimoine mondial, par l’intermédiaire de l’ambassadeur du Sri Lanka auprès de l’UNESCO, d’un projet de construction d’un aéroport militaire à 2 km de Sigiriya. Les autorités ont déclaré que s’il était construit, cet aéroport aurait un impact négatif sur le site pour les raisons suivantes :
2. Absence de démarcation claire entre le cœur et la zone tampon du site.

Nouvelles informations :

  1. A l’invitation des autorités nationales, le Centre du patrimoine mondial a organisé de toute urgence une mission de suivi réactif sur le site en mars 2001. Effectuée par le directeur adjoint du Centre et un ingénieur d’étude d’Aéroports de Paris (France) spécialisé dans les aéroports internationaux, la mission a comporté des discussions et des entretiens avec les responsables nationaux et militaires concernés. Invité à se joindre à la mission, l’ICOMOS n’a pu y participer à cause du délai très court d’organisation de la mission. Mais l’ICOMOS Sri Lanka a pu être présent.
  2. La mission de suivi réactif de l’UNESCO estime que la proposition d’agrandissement de l’aéroport de Sigiriya, pour servir de base principale aux avions de chasse, nuirait au caractère du site, notamment à cause des risques d’attaques ennemies et de la pollution atmosphérique et sonore qui aurait un impact négatif non seulement sur la structure fragile des monuments et les peintures murales, mais aussi sur la faune et la flore des réserves naturelles situées de part et d’autre de la ligne de vol.

Dans l’étude technique préparée par l’ingénieur d’étude spécialiste des aéroports, il est recommandé aux autorités d’envisager l’agrandissement de la piste d’Hingurakgoda qui est en meilleur état, donc moins coûteuse à arranger, et se prêterait mieux à une utilisation finale comme aéroport commercial.

Action requise

Le Bureau apprécie la rapidité avec laquelle a été organisée la mission de suivi réactif à Sigiriya. Tout en tenant compte des préoccupations de sécurité nationale du gouvernement du Sri Lanka, le Bureau demande à l’Etat partie de reconsidérer le projet d’agrandissement de la piste de Sigiriya et de faire un rapport sur les décisions prises par le gouvernement au Centre du patrimoine mondial avant le 15 septembre 2001 et pour considération part la 25e session du Comité.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Bien qu’il ait été demandé à l'Etat partie par le Bureau à sa vingt-cinquième session de reconsidérer le projet d'extension de l’aéroport de Sigiriya et de fournir un rapport sur les décisions du Gouvernement à ce sujet avant le 15 septembre 2001, le Centre a été informé le 20 septembre 2001 par le Directeur général de l’Archéologie que la décision finale était en attente étant donné le bombardement récent de l’aéroport international de Colombo et les problèmes de sécurité nationale.

Des informations complémentaires sont attendues avant la vingt-cinquième session extraordinaire du Bureau.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 25 BUR V.236-240

V.236     Le Bureau a pris note des informations reçues de l’Etat partie en février 2001 concernant les plans proposés pour l’extension d’un aéroport militaire à 2 km de Sigiriya. Les autorités nationales ont déclaré que, quand et s’il était construit, cet aéroport aurait un impact négatif sur le site pour les raisons suivantes :

V.237     Le Centre a informé le Bureau des conclusions de la mission de suivi réactif sur le site en mars 2001, mission qui avait été organisée de toute urgence à la demande des autorités nationales. Effectuée par le Directeur adjoint du Centre et un ingénieur d’étude d’Aéroports de Paris spécialisé dans la planification des aéroports internationaux dans le cadre de la Convention France-UNESCO, la mission a comporté des discussions et des entretiens avec les responsables nationaux et militaires concernés. L’ICOMOS a été invité à rejoindre la mission, mais n’a pas pu y participer en raison du délai très court d’organisation. Toutefois, l’ICOMOS Sri Lanka a été consulté durant la mission.

V.238     Le Bureau a noté avec une vive inquiétude les conclusions de la mission de suivi réactif de l’UNESCO qui précisent que :

(a)    le projet d’extension de l’aéroport de Sigiriya pour servir de base principale aux avions de chasse nuirait au caractère du site, notamment à cause des risques d’attaques ennemies et de la pollution atmosphérique et sonore qui aurait un impact négatif non seulement sur la structure fragile des monuments et les peintures murales, mais aussi sur la faune et la flore des réserves naturelles situées de part et d’autre de la ligne de vol, et

(b)    l’étude technique préparée par l’ingénieur d’étude spécialiste des aéroports recommande aux autorités d’envisager l’extension de la piste d’Hingurakgoda qui est en meilleur état - donc moins coûteuse à rénover - et se prêterait mieux finalement à l’exploitation d’un aéroport commercial.

V.239     Le Bureau a apprécié la rapidité de déploiement de la mission de suivi réactif à Sigiriya. Tout en tenant compte des préoccupations de sécurité nationale du gouvernement sri lankais, il a demandé à l’Etat partie de reconsidérer le projet d’extension de la piste de Sigiriya et de rendre compte des décisions prises par le gouvernement au Centre du patrimoine mondial avant le 15 septembre 2001 pour les soumettre à l’examen de la vingt-cinquième session du Comité.

V.240     L’Observateur du Sri Lanka a exprimé la profonde gratitude de son Gouvernement au Directeur et au Directeur adjoint du Centre du patrimoine mondial, ainsi qu’au Gouvernement français pour avoir réagi rapidement à la demande d’organisation d’une mission urgente à effectuer pour étudier le plan d’extension de l’aéroport militaire de Sigiriya. Le Bureau a été informé que les recommandations de la mission de l’UNESCO ont été soumises à l’examen du Gouvernement.