1.         Vieille ville de Sana'a (Yémen) (C 385)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (iv)(v)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2015-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/385/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1990-2000)
Montant total approuvé : 52 167 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/385/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1989: plusieurs missions UNESCO ; juin 1998: mission de suivi 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/385/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

La campagne internationale de sauvegarde de la vieille ville de Sana’a, lancée en 1986, a eu des résultats positifs avec notamment la mise en place de l’infrastructure, le pavage des rues, l’aménagement du Wadi Saïla et l’installation d’un organisme spécialisé chargé de sa protection.

Cependant, à ce jour, aucun plan de sauvegarde et d’urbanisme n’a pu être élaboré et mis en œuvre. Cette lacune a eu des conséquences préoccupantes telles que d’une part, une croissance incontrôlée du souk historique vers les quartiers résidentiels et, d’autre part, de nombreuses constructions nouvelles en structures et matériaux modernes – totalement inadaptés à la ville – et une surélévation croissante du bâti résidentiel, aboutissant à l’implantation dans la ville de plusieurs immeubles de grande hauteur dont le gabarit dépasse de plusieurs étages la ligne de faîtes du reste de la vieille ville.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Le Bureau pourrait souhaiter adopter la décision suivante :

« Le Bureau demande aux autorités yéménites de prendre les mesures nécessaires afin d’arrêter immédiatement les nouvelles constructions, les rajouts ou les remaniements du tissu urbain de la vieille ville, jusqu’à ce qu’un plan de conservation ait été rédigé et adopté. A cette fin, le Bureau encourage les autorités yéménites à présenter d’urgence une demande d’assistance internationale au Comité, pour permettre la préparation d’un tel plan, en étroite consultation avec le Centre du patrimoine mondial. »