1.         Vallée du M'Zab (Algérie) (C 188)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1982

Critères  (ii)(iii)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/188/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 25 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/188/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

septmebre 2001: mission d'un expert de l'UNESCO 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/188/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

En raison des changements socio-économiques intervenus au cours des dernières décennies, ainsi que de la croissance démographique causée par le développement démographique dû au développement industriel de la région, la Vallée et le Ksour du M’Zab subissent une pression très intense due au développement, ce qui entraîne une détérioration de l’environnement naturel (palmeraies et profil des collines environnantes) et l’altération du tissu urbain.

En l'absence de tout plan d'occupation des sols, sont ainsi édifiées dans les palmeraies, parfois même dans les zones inondables, des maisons aux matériaux et à la volumétrie souvent non compatibles avec le bâti traditionnel.

En outre, l'implantation récente de bâtiments industriels sur les crêtes des collines environnantes est un facteur supplémentaire de dégradation du couronnement naturel de l'ensemble. Sous la supervision de l'Office de Protection et Promotion de la vallée du M'Zab, sous la tutelle du Ministère de la Communication et de la Culture sont en cours de réalisation les programmes 1997-2002 de restauration des maisons traditionnelles des ksour de Ghardaia, Melika, El Atteuf, Bounura et Beni Isguen.

En réponse à la demande d’expertise de la part des autorités algériennes, un expert de l’UNESCO s’est rendu sur place en septembre 2001 pour assister les organismes concernés dans la rédaction des demandes d’assistance internationale visant l’identification des critères d’urbanisme appropriés à la mise en œuvre d’une politique intégrée à la sauvegarde de la Vallée du M’Zab, ainsi que la mise en place d’un chantier-école sur un îlot de maisons à Ghardaïa. Deux demandes d’assistance internationale en ce sens seront prochainement soumises par les autorités algériennes.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 25 COM XVIII.3

XVIII.3.1 CULTUREL République-Unie de Tanzanie

Préparation d'un plan de gestion pour les Ruines de Kilwa Kisiwani et Songo Mnara et l'extension Kilwa Masoko : Tout en soutenant cette demande, l'ICOMOS a noté la nécessité de détails complémentaires sur la répartition du budget. L'ICCROM a exprimé son soutien à cette activité, de même il a recommandé que le Bureau demande au Centre du patrimoine mondial d'organiser une mission de suivi réactif dans l'Etat Partie afin d'engager des consultations en vue de la future inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a approuvé une somme de 24.320 dollars pour cette activité, sous réserve de l'approbation par le Président d'une répartition budgétaire détaillée.

XVIII.3.2 CULTUREL Algérie

Réhabilitation du système hydraulique traditionnel dans la vallée du M'Zab et organisation d'un atelier de formation : L'ICOMOS a soutenu cette demande. Le Bureau a approuvé une somme de 25.000 dollars pour cette activité, à condition que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds.

XVIII.3.3 CULTUREL Maroc

Réhabilitation et restauration de Bab Agnaou dans la Médina de Marrakech : Tout en soutenant cette requête, l'ICOMOS a recommandé que la somme de 4.400 dollars demandée pour l'équipement informatique soit financée par l'Etat partie. Le Bureau a approuvé cette demande pour un montant de 22 984 dollars en demandant que l'Etat partie finance l'équipement informatique.

XVIII.3.4 CULTUREL Estonie

Conférence régionale intitulée « Alternatives à la reconstruction historique dans les villes du patrimoine mondial » (16-18 mai 2002) : Le Bureau a appouvé une somme de 28.000 dollars pour cette activité en demandant à l'Etat partie de faire tous les efforts possible pour que la publication des actes de la Conférence vienne compléter le Programme de l'UNESCO des villes du patrimoine mondial.