1.         Samarkand – carrefour de cultures (Ouzbékistan) (C 603rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (i)(ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/603/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-2011)
Montant total approuvé : 44 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/603/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mars 2006 : mission de suivi réactif du Bureau UNESCO de Tachkent/ICOMOS ; avril 2005 ; mission d’expertise du Bureau UNESCO de Tachkent/ICOMOS ; octobre 2006 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; décembre 2007 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mars 2009 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Absence de stratégie d’approche pour la conservation urbaine ;

b) Manque de plan de gestion approprié ;

c) Impact négatif des nouvelles routes ;

d) Conservation du tissu urbain.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/603/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Le 1er février 2012, l'État partie a remis un rapport sur l'état de conservation en réponse aux recommandations de la 35e session du Comité du patrimoine mondial (décision 35 COM 7B.80). Le rapport évoque les points suivants :

a) Étendue et extension du plan général 2010-2015

L'État partie déclare que le but principal du plan général est la sauvegarde des caractéristiques du patrimoine historique. Le plan a pour mission de définir les limites des six districts de Samarkand. Le bien et la zone tampon se trouve sur le territoire du "district central de planification" où toutes les constructions doivent être conformes à la législation ouzbek sur le patrimoine culturel. Le plan général stipule que tous les travaux, tant d'infrastructures, de contrôle du trafic que de conservation, entrepris sur le bien et de sa zone tampon seront contrôlés par le plan de gestion.

b) Précisions sur les principaux projets de conservation et de restauration dans le plan général

Le rapport précise qu'en juin 2011 ont été approuvés deux plans. L'un dénommé "Programme d'état sur la recherche, la conservation, la restauration et l'adaptation pour un usage actualisé du bien culturel de Samarkand jusqu'en 2015", l'autre " Plan de développement du tourisme régional". 22 projets sont listés et ceux prévus pour la période 2011-2012 ont été approuvés. Dans le cadre du plan général, des actions de sauvegarde du bien sont mises en place pour analyser les conditions et pour des interventions préventives partielles sur des structures endommagées ou vulnérables, tant dans les grands ensembles architecturaux que sur les monuments individuels.

c) Portée du projet de la Banque mondiale pour l'alimentation en eau et l'évacuation des eaux usées et conséquences sur les structures archéologiques et historiques

L'État partie précise que ce projet a pour but de palier à l'absence d'un système d'égouts et d'améliorer une alimentation en eau inadaptée dans le centre historique mais qu'un suivi approprié par le Comité des monuments a garanti qu'aucun dommage archéologique ne s'est produit et qu'il n'y a eu aucun impact négatif sur le bien.

d) Progrès accomplis et portée du plan de gestion

L'assistance internationale mise en place suite à la mission de 2009 a facilité la réalisation d'importants progrès dans la préparation du plan de gestion, élaboré en 2006 mais dont la portée s'est désormais bien accrue. Le plan traitera de tous les problèmes demandés - planification stratégique d'infrastructures et, projets de conservation et développement touristique- et garantira une coopération entre les entités gouvernementales, les organismes publics et les autres partenaires.

Le rapport détaille les progrès accomplis dans l'élaboration du plan de gestion, y compris la création d'un groupe de travail et d'un plan d'action pour contrôler le travail, la création d'une base données, la soumission d'une Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle et l'adoption d'un plan d'aménagement, d'un plan de conservation et d'orientations d'interventions. Deux ateliers, auxquels ont participé des experts de l'UNESCO/ICOMOS, se sont déroulés et un troisième est prévu pour mars 2012 afin de définir un système de gestion. Une liaison entre les partenaires et les entités gouvernementales est en cours de création avec une nouvelle législation destinée à accorder des fonds pour des projets de restauration. La préparation de diverses approches de conservation pour les différentes composantes du bien et la mise en place d'un cadre de gestion est prévu pour mars 2012. un atelier doit se tenir en juin 2012 afin de finaliser les documents, l'objectif étant de les remettre au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2013.

e) Nouveaux projets d'aménagement urbain

L'État partie déclare qu'à l'heure actuelle aucun grand projet de construction ou d'infrastructure n'est prévu sur le bien.

Cette déclaration ne semble cependant pas concerner les projets routiers dont les éléments détaillés sont inclus dans le rapport. Les cartes remises présentent un schéma directeur de circulation automobile avec des routes de contournement dont certaines traversent le territoire du bien. Ce schéma inclut une route qui a été légèrement déplacée à l'extérieur des murailles afin de "respecter la topographie historique de la période timouride". Aucun détail complémentaire sur ce schéma n'est joint, ni accord, ni calendrier, ni précision quant à la largeur des voies et le type de construction. Il n'est pas non plus précisé si des évaluations d'impact ont été entreprises.

f) État de conservation

L'État partie donne des éléments sur l'état de conservation de quatre districts du bien et de la zone tampon. Il précise que les routes traversant la ville d'Afrosiab sont désormais uniquement utilisées par les touristes et les véhicules d'urgence, comme demandé par le rapport de mission de 2007. L'État partie détaille les travaux de conservation et de restauration menés à Timouride en 2011 et les travaux prévus entre 2011 et 2015 pour les enclaves de la ville européenne et de l'ensemble des trois monuments, en tant que projets cibles entrepris conformément au programme de l'état de 2011. Dans la zone tampon, la campagne de retrait de structures modernes et inappropriées est financée et se poursuivra. L'hôtel et le garage près du marché Siab ont déjà été détruits. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives prennent note des considérables progrès accomplis pour achever le plan de gestion dont la soumission est prévue en février 2013, comme celle du plan de conservation et des orientations d'intervention. Des progrès ont également été accomplis dans l'élaboration d'approches de conservation pour les différentes zones du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives soulignent qu'il est essentiel que le plan de gestion détaille les principes de conservation à adopter lors des projets de conservation et de restauration, tant pour les grands monuments que pour les structures urbaines traditionnelles, ainsi que la méthodologie de leur mise en application par le système de suivi scientifique déjà prôné.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives prennent acte des éléments recueillis dans les cartes soumises détaillant le schéma directeur de déplacement automobile de Samarkand, y compris de nouvelles routes sur le territoire du bien et de sa zone tampon. Ils rappellent que l'élargissement de la route entre Arosiab et Timouride, jugé par le Comité comme ayant un impact négatif sur le bien, l'a incité lors de sa 32e session (Québec, 2008) à demander la création d'un schéma directeur de déplacement automobile pour Samarkand afin de minimiser la circulation à travers le territoire du bien. Ce schéma n'a pas encore été présenté et nécessite un travail de développement précis avant d'être soumis à l'approbation du Comité du patrimoine mondial. Aucun engagement ne saurait être pris sur des projets d'amélioration routière ou de routes de contournement avant l'approbation cela.

Plusieurs propositions recommandées dans le rapport de mission de 2007 ne sont pas évoqués dans les rapports sur l'état de conservation de 2011 et 2012, telles que la reconstruction, l'aménagement paysager, et l'abaissement de la limite de vitesse de la nouvelle route à quatre voies entre Arosiab et Timouride, la relocalisation des parkings et la priorité à donner à certains projets de conservation de maisons traditionnelles.

Il est avant tout recommandé que l'État partie garantisse que les grands aménagements ou les projets d'infrastructures qui auront un impact sur le bien et la zone tampon, y compris les routes, soient soumis au Comité du patrimoine mondial avant approbation, conformément au paragraphe 172 des Orientations.

Décision adoptée: 36 COM 7B.69

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7B.80, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Accueille avec satisfaction les progrès accomplis par l’État partie dans la préparation du plan de gestion et encourage l’État partie à poursuivre sa collaboration avec le Ministère de la culture, les autorités locales, le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS afin de finaliser le plan de gestion à soumettre à l’examen de l’ICOMOS d’ici le 1er février 2013 ;

4.   Demande à l’État partie de s’assurer que le plan de gestion détaille avec précision les principes de conservation pour la restauration et la conservation des structures historiques, en particulier dans le tissu urbain traditionnel, et prévoit également un système de suivi qui garantisse leur mise en application ;

5.   Prend acte du contenu des cartes du schéma directeur de circulation automobile de la zone de Samarkand qui comprend des projets de nouveaux axes routiers sur le territoire du bien et de sa zone tampon et demande également à l’État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, d’élaborer et de soumettre de toute urgence au Centre du patrimoine mondial un projet de schéma de circulation automobile précisant la taille des routes et leur calendrier de construction, pour évaluation par les Organisations consultatives avant que tout engagement ne soit pris sur un projet ne concernant qu’une route. Ce schéma devra également détailler les projets de nouvelles constructions, y compris un schéma général de stationnement des véhicules avant tout accord d’autorisation ;

6.   Demande en outre qu’une fois le schéma directeur de circulation automobile examiné par le Comité du patrimoine mondial, tout projet routier détaillé soit soumis à une évaluation d’impact patrimonial conformément aux orientations de l’ICOMOS ;

7.   Prend également acte de la liste de projets de conservation inclue dans le programme d’état valable jusqu’en 2015 et rappelle les recommandations de la mission de 2007 sur la priorité à accorder à la conservation des maisons traditionnelles ;

8.   Prend en outre acte de la déclaration de l’État partie selon laquelle, au stade actuel du développement urbain, aucune grande construction ou projet important d’infrastructure n’est prévu à côté du bien et rappelle également la recommandation de la mission de 2007 sur la priorité à donner au problème du stationnement des véhicules sur le territoire et à la réduction de l’impact de la route à quatre voies entre Afrosiab et Timouride ;

9.   Demande par ailleurs à l’État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des éléments ci-dessus évoqués, y compris la soumission du plan de gestion et du projet de schéma de circulation automobile, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.

Décision adoptée: 36 COM 8B.4

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/8B,
  2. Approuve le changement de nom proposé pour Samarkand – carrefour de cultures, tel que proposé par les autorités ouzbèkes. Le nom du bien devient Samarkand – Crossroad of Cultures en anglais. 

Décision adoptée: 36 COM 8D

Le Comité du patrimoine mondial,

 

  1. Ayant examiné le Document WHC-12/36.COM/8D,
  2. Rappelant la Décision 35 COM 8D, adoptée lors de sa 35e session (UNESCO, 2011),
  3. Reconnaît l’excellent travail accompli par les États parties dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;
  4. Rappelle que le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d’examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l’époque de l’inscription ne sont pas claires ;
  5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les États parties suivants en réponse à l’Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans l’annexe du Document WHC-12/36.COM/8D :

 

6.    Demande aux États parties n’ayant pas encore répondu aux questions soulevées dans le cadre de l’Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandée le plus rapidement possible et avant le 1 décembre 2012 au plus tard.

Décision adoptée: 36 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/8E,

2.    Félicite les Etats Parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;

3.    Adopte les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle,  telles que présentées dans l’Annexe I du Document WHC-12/36.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

4.    Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue par les Organisations consultatives en priorité ;

5.    Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l’ordre dans lequel elles seront passées en revue par les Organisations consultatives suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que :