1.         Meidan Emam, Ispahan (Iran (République islamique d')) (C 115)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(v)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/115/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/115/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 5 710 euros (Convention France – UNESCO)

Missions de suivi antérieures

Juillet 2002 : mission de la Convention France-UNESCO et ICOMOS ; juin 2004 et mai 2005 : missions du Bureau de l’UNESCO à Téhéran ; mai 2006 : mission du Centre du patrimoine mondial ; juin, décembre 2006 et avril 2007 : missions consultatives du Bureau de l’UNESCO à Téhéran ; mars 2010 : mission conjointe de suivi réactif WHC.ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Aménagement urbain non coordonné - construction d’un grand complexe commercial ;

b) Trajet du métro traversant l’axe historique d’Ispahan.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/115/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Le 1er février 2012, l'État partie a remis un rapport présentant les progrès accomplis dans la démolition progressive des 11e et 12e étages du bâtiment Jahan-Nama ainsi que le "Rapport sur le suivi des effets de la construction du métro d'Ispahan le long de Chahar-Bagh". Le rapport de l'État partie n'évoquait cependant ni les plans révisés de construction de la ligne de métro, ni les évaluations d'impact environnemental ou patrimonial demandés, et pas non plus référence à un plan de gestion et de conservation urbaine intégré. 

a) Construction des lignes de métro

Ligne N°1 du métro

L'État partie signale qu'à la demande de l'Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l'artisanat et de tourisme, une enquête sur les dommages potentiels que la construction et l'exploitation du métro pourraient provoquer a été menée par l'École d'ingénieurs de l'Université des sciences et de technologie. Selon cette étude, aucun dommage, à court ou long terme, sur les bâtiments ne résultera du métro d'Ispahan. Dans le cadre de l'étude, il a été proposé de mettre en place un système permanent et continu de suivi des vibrations sur les bâtiments et monuments du secteur et de réduire les vibrations provoquées par le trafic en surface grâce à:

i)  Une réparation de l'asphalte aux alentours des structures monumentales;

ii) Un relocalisation des gares d'autobus et de taxis à au moins 100 mètres des structures monumentales situées sur le Boulevard Chahar-Bagh;

iii) Une réduction de la densité du trafic sur le Boulevard Chahar-Bagh, sur le pont Si-o-se Pol et autour de la médersa Chahar Bagh, et

iv) Une interdiction de circulation pour les véhicules lourds (camions et remorques) sur l'Avenue ou aux alentours du pont Si-o-se Pol et de la médersa Chahar Bagh.

Ligne N°2 du métro

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives font remarquer qu'en 2010 l'État partie leur avait assuré que le trajet de la ligne de métro N°2, initialement prévu sous Meidan Emam, serait modifié.

Ils signalent que des informations publiées dans les médias prétendent qu'en dépit des demandes exprimées par l'UNESCO et par l'Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l'artisanat et du tourisme, le percement de tunnels pour la ligne N°2 du métro a commencé selon son trajet prévu à l'origine.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives estiment que des informations sur l'envergure et l'état d'avancement du projet doivent être remises de toute urgence par l'État partie afin de permettre un examen de ses impacts potentiels sur le bien.

b) Plan de gestion et de conservation urbaine intégrées

Le rapport remis par l'État partie ne fait pas état d'efforts entrepris ou de progrès accomplis dans le développement d'une stratégie de prise de décisions ou d'accord d'autorisations à de nouvelles constructions sur l'axe historique d'Ispahan. Cependant, le dossier d'inscription et le plan de gestion associé de l'axe historique d'Ispahan sont en cours de préparation et seront soumis au Centre du patrimoine mondial fin 2012

c) Bâtiment Jahan-Nama

Suite à l'engagement pris en 2006, la démolition des 11e et 12e étages du bâtiment Jahan-Nama s'est poursuivie. Le 12e étage a été complètement éradiqué, alors qu'au 11e étage les murs ont été démolis mais les travaux se poursuivent en raison de difficultés techniques à retirer les structures internes. Bien que le calendrier prévisionnel ait été considérablement dépassé, on peut raisonnablement penser que la démolition sera achevée pour la fin 2012.

d) Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle et limites du bien

En raison de l'ancienneté de son inscription, en 1979, les limites précises du bien de Meidan Emam n'ont pas été définies, la déclaration de valeur universelle exceptionnelle non plus. L'État partie a soumis à l'examen du Centre du patrimoine mondial une Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle. En tant que base sur laquelle reposent les plans de gestion et de conservation urbaine demandés, la Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle devra être adoptée et les limites précises du bien et de sa zone tampon fournies. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Alors que la démolition du bâtiment Jahan-Nama s'est poursuivie et semble sur le point de s'achever, d'autres progrès ont apparemment été accomplis dans le dossier d'inscription de l'extension du bien et dans son plan de gestion. Des articles dans les médias mentionnent que la construction de la ligne N°2 du métro se poursuit mais cela n'a pu être confirmé. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives estiment essentielle la remise urgente d'informations et de documentation sur ce projet afin de clarifier la situation, à savoir si le trajet de la ligne N°2 du métro a été modifié et les travaux commencés ? Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations Consultatives recommandent au Comité du patrimoine mondial de demander une mission conjointe de suivi réactif pour estimer l'impact des travaux actuels du métro sur le bien et son environnement immédiat.

Décision adoptée: 36 COM 7B.62

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B

2.   Rappelant la décision 34 COM 7B.71, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3.   Prend acte des progrès accomplis dans la réduction de la hauteur du bâtiment Jahan-Nama et réitère sa demande auprès de l’État partie afin que soit confirmé par écrit au Centre du patrimoine mondial, dès que possible, l’achèvement de la démolition ;

4.   Demande à l’État partie de remettre de toute urgence au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations Consultatives, des informations précises et une documentation détaillée sur le projet de trajet de la ligne N°2 du métro ;

5.   Réitère également sa demande auprès de l’État partie afin qu’il élabore un plan de gestion pour le bien, en consultation de tous les acteurs concernés et qu’il s’assure que ce plan de gestion devienne un des éléments d’une vision stratégique plus vaste pour un  développement urbain et une conservation intégrés ;

6.   Demande également à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le territoire du bien afin d’évaluer l’impact des actuels travaux de construction du métro sur le bien et son environnement ;

7.   Demande en outre à l’État partie de remettre des cartes détaillées définissant les limites du bien et de ses zones tampons ;

8.   Demande par ailleurs à l’État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des éléments ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.