1.         Parc national de Pirin (Bulgarie) (N 225bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (vii)(viii)(ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/225/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1995-1995)
Montant total approuvé : 6 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/225/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/225/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
Neuvième session du Comité (XIII.)
Dixième session du Bureau (VI.j)
Quinzième session du Bureau (VI.29)
Quinzième session du Comité (VIII.)
Vingt-quatrième session du Comité – paragraphe VIII.24 / Annexe X page 112.

Questions principales : Aménagement du domaine skiable.

Nouvelles informations : L'UICN a étudié les informations du Ministre bulgare de l'Environnement et de l'Eau (MOEW) datées du 20 octobre 2000. L'Etat partie n'a fourni aucune nouvelle information depuis. L'UICN note que les aménagements du domaine skiable effectués en 1985-1986 étaient conformes avec la Loi d'alors sur la protection de la nature et couvraient une superficie de 48 hectares. Cependant, sur 18 hectares de cette superficie, 2 pistes de ski et une remontée mécaniques ne sont pas en bon état et cela crée des encombrements et des embouteillages sur les routes étroites. Le plan d'aménagement du territoire (TDP) soumis au MOEW en 1999 propose de créer 5 nouvelles pistes de ski s'étendant sur 30 hectares, plus leurs installations, des parcs de stationnement et un téléphérique pour relier cette zone à la ville de Bansko. Les nouvelles pistes de ski proposées se trouvent toutes dans le périmètre du site du patrimoine mondial. L'Etat partie signale que la population locale a soutenu le projet alors que les ONG l'ont totalement rejeté. A la suite d'une évaluation d'impact environnemental (EIE) positive, d'une audition publique et d'une évaluation du Senior Environment Council au MOEW, une partie du TDP a été approuvée. Elle inclut les points suivants :

L'UICN a également reçu pour étude une lettre d'ONG bulgares datée du 4 février 2001, en réponse à la lettre de l'Etat partie. Cette lettre indique que :

La BALKANI Wildlife Society recommande que l'on favorise le tourisme écologique et l'amélioration de la capacité des installations de ski existantes.

Action requise

Le Bureau félicite l'Etat partie de ses efforts pour protéger les valeurs naturelles de ce site, particulièrement par des efforts et des mesures de réhabilitation pour remédier aux problèmes d'encombrements et d'embouteillages. Le Bureau s'est cependant déclaré préoccupé d'un certain nombre d'aspects des projets et il souligne l'importance d'une EIE complète ainsi que d'auditions publiques. L'EIE devra accorder une attention particulière à l'emplacement de toute nouvelle piste de ski ou installation ainsi qu'à de possibles solutions de remplacement. Le Bureau prie l'Etat partie de présenter une mise à jour détaillée sur le projet d'aménagement de 5 nouvelles pistes de ski avant le 15 septembre 2001 et d'inviter une mission UICN/UNESCO à se rendre sur le site.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Le Ministère de l’Environnement et de l’Eau a présenté un rapport sur l’état de conservation du Parc national de Pirin daté du 12 septembre 2001, qui a été transmis à l’UICN pour étude. Ce rapport comprend les informations suivantes sur le plan d’aménagement du territoire (TDP) établi pour la zone de Bansko, incluse dans le site :

·       Le TDP a suivi avec succès toutes les procédures  d’évaluation des impacts fixées par la réglementation bulgare sur les aires protégées. Il a également fait l’objet d’une audience publique et a été ensuite soumis au Grand Conseil écologique spécialisé (HEEC) du Ministère de l’Environnement et de l’Eau. Le HEEC a partiellement approuvé le TDP, tout en demandant aussi des modifications et des mesures de protection pour l’améliorer.

·       La version finale du TDP représente 818,46 ha, avec des pistes de ski et des équipements qui occupent 99,55 hectares de cette superficie.

·       Le TDP est considéré comme une modernisation et un aménagement d’un domaine skiable existant, dont l’élément le plus important est un téléphérique. Il est considéré comme réduisant sensiblement les impacts négatifs associés à l’affluence, aux embouteillages et aux équipements de descente.

·       L’aménagement vise à assurer la réalisation de l’un des principaux objectifs du Parc national : encourager le tourisme écologique et générer des revenus pour la population locale. Le TDP contribuera au développement durable du Parc en faisant partager à la population locale l’idée de protéger le Parc. Le rapport de l’Etat partie signalait que la population locale soutient totalement le TDP.

·       Le plan de gestion du Parc doit être mis au point avec l’assistance financière du Programme bulgaro-suisse de conservation de la biodiversité en cours et qui doit être achevé en 2001. Il est prévu que le plan de gestion s’inspire des principales directives du TDP et après l’approbation du plan de gestion, certaines des décisions du TDP pourraient être modifiées.

·       Le 12 juillet 2001, l’audience du tribunal administratif suprême bulgare constitué de trois membres s’est terminée par un rejet de l’appel de la BALKANI Wildlife Society contre la décision du Ministère de l’Environnement et de l’Eau d’accorder l’autorisation du TDP. Il y a eu appel de la décision et audience d’un tribunal de cinq membres. L’appel a finalement été rejeté par le tribunal fin septembre. Le tribunal administratif suprême est l’autorité suprême et la dernière possibilité d’appel.

·       Avant la décision du tribunal suprême en juillet, le Ministère de l’Environnement et de l’Eau a entamé la procédure d’appel d’offres pour la concession du TDP par  annonce au journal officiel et nomination d’une commission de contrôle du processus d’appel d’offres pour la concession.

 

Le rapport de l’Etat partie a invité une mission UNESCO/UICN sur le site. L’UICN a également reçu le premier dossier de la « Campagne de sauvegarde du Pirin » qui comprend une coalition de plus de 30 ONG bulgares opposées à l’aménagement du Parc. Ce dossier et les suivants seront utilisés pour informer les ONG européennes, les secrétariats des conventions, les institutions européennes y compris la Commission européenne, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le Parlement européen de l’avancement de la campagne. Les membres de la campagne ont rencontré le nouveau Ministre de l’Environnement et de l’Eau, des représentants du sponsor potentiel du projet et des représentants de la BERD qui participe également au financement du projet. L’UICN a  noté que l’Etat partie estime que « la seule solution au problème du développement durable du Parc national de Pirin est d’associer les objectifs du Parc aux intérêts de la population locale » et que le TDP offre cette possibilité. L’UICN reconnaît qu’il est important que les populations locales bénéficient, dans la mesure du possible, du classement au patrimoine mondial. L’UICN note que tout aménagement du site du patrimoine mondial doit être soigneusement planifié pour limiter autant que possible les impacts environnementaux.

 

L’UICN s’est demandée si le projet de TDP dans le Parc national de Pirin peut être classé comme du tourisme écologique et s’il est compatible avec le statut de patrimoine mondial. Elle a également noté que la superficie totale couverte par le TDP est de 818,46 ha, alors que les pistes de ski et équipements proposés couvrent moins de 100 hectares. C’est une augmentation appréciable. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 25 BUR V.146-149

V.146     Le Bureau a noté que l’UICN a étudié les informations du Ministère bulgare de l’environnement et de l’eau (MOEW) en date du 20 octobre 2000 et que l’Etat partie n’a pas fourni de nouvelles informations depuis. L'UICN note que les aménagements du domaine skiable effectués en 1985-1986 étaient en conformité avec la loi d’alors sur la protection de la nature et couvraient une superficie de 48 hectares. Cependant, sur 18 hectares de cette superficie, 2 pistes de ski et une remontée mécaniques ne sont pas en bon état et cela crée des encombrements et des embouteillages sur les routes étroites. Le plan d'aménagement du territoire (TDP) soumis au MOEW en 1999 propose de créer 5 nouvelles pistes de ski s'étendant sur 30 hectares, plus leurs installations, des parcs de stationnement et un téléphérique pour relier cette zone à la ville de Bansko. Les nouvelles pistes de ski proposées se trouvent toutes dans le périmètre du site du patrimoine mondial. L'Etat partie signale que la population locale a soutenu le projet alors que les ONG l'ont totalement rejeté. A la suite d'une évaluation d'impact environnemental (EIE) positive, d'une audition publique et d'une évaluation du Senior Environment Council au MOEW, une partie du TDP a été approuvée.

V.147     L'UICN a également reçu pour étude une lettre d'ONG bulgares datée du 4 février 2001, en réponse à la lettre de l'Etat partie. Cette lettre indique que : la loi bulgare sur les Parcs nationaux insiste sur la préservation de la nature avant de prévoir des aménagements pour le tourisme et les loisirs ; une conférence nationale s'est tenue en janvier 2001 et a réuni 180 ONG spécialistes de l'environnement. Les participants ont soutenu un appel au Ministre de l'environnement et de l'eau, au Premier Ministre bulgare et au Président pour abroger la décision d'autoriser la construction de nouvelles pistes de ski dans le Parc ; aucune autre solution à la proposition n'a été étudiée ; le rapport de l'EIE note que la forêt qui doit faire l'objet de coupes claires dans la zone de la piste de ski proposée a entre 50 et 200 ans ; le plan de gestion territorial du domaine skiable contrevient à un certain nombre de lois et de conventions, ainsi qu'au plan de gestion du Parc ; le plan qui prévoit d'amener 1.400 personnes de plus dans ce secteur du Parc contredit le principe du plan de gestion en matière de décentralisation du tourisme ; et le problème de différence entre le nombre de lits en ville et la capacité du domaine skiable n'existe que pendant les week-ends et les vacances.

V.148     La BALKANI Wildlife Society a recommandé que l'on favorise le tourisme contrôlé et l'amélioration de la capacité des installations de ski existantes.

V.149     Le Bureau a félicité l'Etat partie de ses efforts pour protéger les valeurs naturelles de ce site, particulièrement par des efforts et des mesures de réhabilitation pour remédier aux problèmes d'encombrements et d'embouteillages. Le Bureau s'est cependant déclaré préoccupé par un certain nombre d'aspects des projets et il a souligné l'importance d'une EIE complète ainsi que d'auditions publiques. L'EIE devra accorder une attention particulière à l'emplacement de toute nouvelle piste de ski ou installation ainsi qu'à de possibles solutions de remplacement. Le Bureau a prié l'Etat partie de présenter une mise à jour détaillée sur le projet d'aménagement de 5 nouvelles pistes de ski avant le 15 septembre 2001 et d'inviter une mission UICN/UNESCO à se rendre sur le site.

Décision adoptée: 25 COM VIII.85

VIII.85 Le Comité a noté les préoccupations soulevées par le Plan d'aménagement du territoire (TDP) qui devrait entraîner un nouveau développement cumulatif dans la partie restante qui est la plus importante. Il a demandé à l'Etat partie de s'assurer que le développement du tourisme ne s'effectuerait pas dans la partie restante du TDP à l'avenir. Le Comité a instamment demandé que la mission invitée par l'Etat partie soit effectuée le plus tôt possible.