1.         Forêt Bialowieza (Bélarus,Pologne) (N 33ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/33/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/33/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/33/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.26
Vingt-quatrième session du Comité – paragraphe III.24 / Annexe X page112.

Questions principales : Gestion transfrontalière, abattage d'arbres.

Nouvelles informations : L'UICN a reçu des rapports sur la Forêt Bialowieza de Pologne indiquant que le Gouvernement a abandonné ses projets d'agrandissement du Parc faute de fonds et que le financement du Parc actuel est à un niveau minimum. Des rapports inquiétants signalent un doublement des taux d'abattage dans la partie de la Forêt exploitée commercialement – à l'extérieur du site du patrimoine mondial – et des pressions pour abattre des parcelles de forêt ancienne. Bien que ces informations ne concernent pas la partie de la Forêt classée au patrimoine mondial, on peut s'attendre à ce que l'intégrité du site soit affectée si l'on abattait une grande partie de la forêt avoisinante.

Bien que l'on ne prévoit pas de modifier le statut actuel du site du patrimoine mondial de la Forêt de Bialowieza en tant qu'aire strictement protégée, l'UICN et le Bureau du patrimoine mondial ont instamment demandé à l'Etat partie de faciliter l'agrandissement du Parc national pour inclure la totalité de la partie polonaise du Parc national Bialowieza. Cette possibilité disparaîtra si l'abattage continue.

Action requise

Le Bureau note avec préoccupation les informations concernant les taux d'abattage dans la forêt située en dehors du site du patrimoine mondial et il prie les autorités de fournir un rapport sur ces questions avant le 15 septembre 2001.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

L’Etat partie a présenté au Centre un exemplaire des « Informations générales sur les directives de gestion pour la Forêt Bialowieza » datées du 18 septembre 2001, qui ont été transmises à l’UICN pour étude. C’est la conclusion du Groupe de travail technique (TWG) créé dans le cadre du Projet de la Forêt Bialowieza. L’UICN note que le document sur les Directives résulte d’un processus d’essai d’établissement d’une procédure de prise de décision sur l’avenir de la forêt, ses fonctions sociales et la protection des valeurs naturelles des forêts vierges. Le TWG est le seul forum créé à ce jour comprenant des représentants d’une large gamme de partenaires qui ait impliqué des consultations intensives au sein des communautés concernées par la gestion de la forêt. Le Projet de la Forêt Bialowieza, supervisé par le Ministère de l’Environnement et soutenu par la Coopération danoise pour l’environnement en Europe orientale (DANCEE), vise à élaborer et approuver un projet de gestion de la Forêt Bialowieza. L’objectif du Projet est de parvenir à une approche participative, cohérente et durable de la gestion de la Forêt, assurant la protection des valeurs naturelles et aidant au développement des communautés locales.

 

Le Document sur les Directives fait plusieurs recommandations dont plusieurs essentielles :

·       Créer un système de protection strict couvrant la totalité de la Forêt Bialowieza, avec une superficie finale de 12.000 ha de zone recommandée. Les propositions pour l’emplacement précis du territoire strictement protégé exigent de nouvelles consultations.

·       Etablir un Conseil de la Forêt dépendant du powiat pour coordonner la gestion de la Forêt Bialowieza et résoudre les conflits. Le Conseil de la Forêt, tel qu’il est proposé, comprend des représentants des Forêts d’Etat, l’administration de la Forêt de Bialowieza, les autorités locales, le secteur du tourisme et le Conseil du Parc national Bialowieza.

·       Accorder à la Forêt un statut juridique spécial, c’est-à-dire adopter une loi sur la Forêt Bialowieza qui lui apporte un soutien en tant qu’aire unique d’importance régionale, nationale et internationale, tout en tenant compte des conditions naturelles spécifiques et du développement de la communauté locale.

·       Etablir une unité administrative pour la forêt Bialowieza, qui permettra une rationalisation de la prise de décision, de la gestion, de l’organisation financière et de la mise en œuvre de projets et assurera un accès plus facile aux ressources financières.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 25 BUR V.142-145

V.142     L'UICN a reçu des rapports sur la Forêt Bialowieza de Pologne indiquant que le Gouvernement a abandonné ses projets d'agrandissement du Parc, faute de fonds et que le financement du Parc actuel est à un niveau minimum. Des rapports inquiétants signalent un doublement des taux d'abattage dans la partie de la Forêt exploitée commercialement – à l'extérieur du site du patrimoine mondial – et des pressions pour abattre des parcelles de forêt ancienne. Bien que ces informations ne concernent pas la partie de la Forêt classée au patrimoine mondial, on peut s'attendre à ce que l'intégrité du site soit affectée si l'on abattait une grande partie de la forêt avoisinante.

V.143     Bien que l'on ne prévoit pas de modifier le statut actuel du site du patrimoine mondial de la Forêt de Bialowieza en tant qu'aire strictement protégée, l'UICN et le Bureau du patrimoine mondial ont instamment demandé à l'Etat partie de faciliter l'agrandissement du Parc national pour inclure la totalité de la partie polonaise du Parc national Bialowieza. Cette possibilité disparaîtra si l'abattage continue.

V.144     Le Centre a informé le Bureau qu’une réunion avec le gestionnaire du site s’était tenue le 21 juin 2001 et qu’elle avait confirmé que l’abattage n’avait lieu qu’à l’extérieur de la zone du patrimoine mondial.

V.145     Le Bureau a noté avec préoccupation les informations concernant les taux d'abattage dans la forêt située en dehors de la zone du site du patrimoine mondial et il a prié les autorités de fournir un rapport sur ces questions avant le 15 septembre 2001.

Décision adoptée: 25 COM VIII

Rapports sur l'état de conservation de biens naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial dont le Comité a pris note

La Grande Barrière (Australie)

Ile Fraser (Australie)

Les Sundarbans (Bangladesh)

Forêt Belovezhskaya Pushcha / Bialowieza (Bélarus et Pologne)

Parc national du Gros-Morne (Canada)

Pac national Nahanni (Canada)

Parc national de Los Katios (Colombie)

Grottes du karst aggtelek et du karst slovaque (Hongrie et Slovaquie)

Le Comité a noté que les questions soulevées concernaient exclusivement la partie slovaque de ce site transfrontalier.

Parc national des Sundarbans (Inde)

Le Délégué de l'Inde a informé le Comité qu'il n'y a pas de projet de construction de voies navigables prévu ou risquant d'avoir un impact quelconque sur le site.

Parc national de Kaziranga (Inde)

Parc national de Komodo (Indonésie)

Parc national de Lorentz (Indonésie)

L'Observateur de l'Indonésie a remercié les autorités australiennes de leur assistance financière. Il a informé le Comité qu'il serait difficile de respecter la date limite du 1er février et qu'un rapport pourrait être présenté fin mars 2002.

Isole Eolie (Iles Eoliennes) (Italie)

L'Observatrice de l'Italie a confirmé qu'il y avait eu une décision de justice le 4 décembre 2001, qui n'était pas encore publique, mais qu'elle serait disponible prochainement. Elle a informé le Comité qu'il serait difficile de respecter la date limite du 1er février et qu'un rapport pourrait être fourni vers la fin du mois de mars 2002.

Parc national du Gunung Mulu (Malaisie)

Parc national du Banc d'Arguin (Mauritanie)

Le Délégué de l'Egypte a attiré l'attention du Comité sur l'importance de protéger les zones humides qui servent de haltes aux oiseaux migrateurs le long de leurs itinéraires. Il a suggéré que le Centre du patrimoine mondial dispose d'un plan définissant les zones humides importantes pour les oiseaux et qu'il utilise ces informations pour créer des sites « satellites » du patrimoine mondial. Le représentant de l'UICN a évoqué la coopération entre le Centre du patrimoine mondial et la Convention de Ramsar et BirdLife International pour protéger les zones humides. Il a également souligné l'importance des aires qui entourent les aires classées au patrimoine mondial et les liens avec le Programme sur l'Homme et la biosphère pour la protection des sites. Le Secrétariat a donné des détails sur les discussions en cours avec le Secrétariat de la Convention des Espèces Migratrices pour établir un mémorandum d'accord entre ces deux Conventions.

Sian Ka'an (Mexique) 

La Déléguée du Mexique a indiqué que la confirmation du Plan écologique d'utilisation des terres en est actuellement à sa phase finale et elle a donc demandé que la date limite de remise du rapport au Bureau soit fixée au 15 mai 2002 pour examen par la vingt-sixième session du Comité en juin.

Parc national de Royal Chitwan (Népal)

Caucase de l'Ouest (Fédération de Russie)

Montagnes de l'Altaï (Fédération de Russie)

Parc national de Doñana (Espagne)

Réserve forestière de Sinharaja (Sri Lanka)

Baie d'Ha Long (Viet Nam)

Chaussée des Géants et sa côte (Royaume-Uni)

Ile de St Kilda (Royaume-Uni)

Parc national de Serengeti (République-Unie de Tanzanie)

Parc national des Great Smoky Mountains (Etats-Unis d'Amérique)

Parc national Canaima (Venezuela)