1.         Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2000-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2001)
Montant total approuvé : 114 167 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

novembre 1999: mission de l'UNESCO ; mai 2001: mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; septembre-octobre 2001: mission du Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
Vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau – paragraphe III.2 (i)
Vingt-quatrième session du Comité – paragraphe VIII.31

Nouvelles informations : Conformément à la recommandation de la vingt-quatrième session du Comité à Cairns, une mission multidisciplinaire commune ICOMOS/WHC est en cours d'organisation et doit être effectuée avant la réunion du Bureau. Le résultat de la mission sera présenté à la réunion.

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter étudier les informations qui seraient disponibles lors de sa session et prendre les décisions appropriées à cet égard.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Questions essentielles :

·         Disparition progressive du tissu urbain traditionnel

·         Absence de mécanisme de gestion et de conservation

Nouvelles informations :

Depuis la mission conjointe WHC/ICOMOS de mai 2001, les autorités yéménites ayant pris conscience de la situation de la ville, ont émis un décret d’interdiction de toute construction dans la ville historique de Zabid (19/06/2001).

Parallèlement, le ministre de la Culture a créé un « Haut Comité de supervision pour la Sauvegarde de la Ville de Zabid », composé de 12 membres représentant les ministères et organismes concernés, la Banque Mondiale, la GTZ, la KFW et l’UCHP (projet hollandais).

Le Haut Comité réuni fin juin 2001, a approuvé un plan d’action comportant 9 actions principales :

1.     Réseau d’égouts

2.     Pavage des rues et évacuation des eaux pluviales

3.     Eclairage des rues

4.     Ramassage et traitement des ordures

5.     Restauration et réhabilitation du Souk historique

6.     Restauration de bab El-Qurtub (porte Sud)

7.     Restauration des façades des monuments et embellissement des murs d’enceinte et des façades du bâti résidentiel

8.     Etablissement du plan de la ville historique et du plan de sauvegarde des monuments

9.     Restauration des monuments et des bâtiments publics 

A ce jour, les montants approuvés et alloués à ces projets représentent un total d’environ 8 millions de dollars EU (dont environ 7 millions dollars EU pour le réseau d’égouts et le traitement des ordures). Le budget du GOPHCY (organisme de préservation des villes historiques), a été récemment arrêté pour 2002 à environ 250.000 dollars EU (aucun budget en 2001). 

Enfin, le Ministère des Travaux Publics a promis de financer le pavage et l’éclairage des rues de la ville pour un montant non divulgué. 

Une mission du Centre (septembre/octobre 2001) a constaté que toute activité de construction a été effectivement stoppée à Zabid. Le but de cette mission ayant été d’évaluer la situation et de dessiner une première approche pour un plan de sauvegarde et d’urbanisme, la mission a demandé au Gouvernement yéménite de mettre immédiatement en œuvre sept mesures urgentes d’intervention sur la ville, sans lesquelles les projets approuvés par le Haut Comité pourraient ne pas donner les résultats escomptés  :

·         Lancement urgent d’une campagne de sensibilisation et d’information systématique à destination de la population locale.

·         Instauration d’une zone tampon d’une largeur de 1 km à partir de la Madrassa Al-Bayshya, située à l’Est de la ville, incluant un périmètre de 225°m ? ? dans le sens des aiguilles d’une montre, qui s’arrête à la porte Nord de la ville.

·         Instauration de zones de protection d’un rayon minimum de 50 m autour des mosquées et des medersas (au nombre de 83) de la ville.

·         Consolider et protéger physiquement les ensembles résidentiels historiques de la ville qui menacent de tomber en ruine ou de s’effondrer (environ 200 maisons).

·         Réaliser la revitalisation du souk en prenant des mesures de relance économique effectives.

·         Assigner à l’extension urbaine de la ville, la zone située au Nord/Nord-Est de la ville historique, dans le cadre du nouveau plan d’urbanisme en cours d’étude.

·         Mettre immédiatement en fonctionnement le quatre à briques et en construire d’autres, pour être en mesure de répondre à la nouvelle demande. 

Les Ministres de la Culture, du Plan et des Travaux Publics, se sont engagés à communiquer ces recommandations au Conseil des Ministres pour leur approbation et leur mise en œuvre immédiate. 

Enfin, en accord avec les autorités, il a été décidé d’envoyer courant octobre/novembre 2001, une équipe de consultants spécialisés en urbanisme, restauration et développement socio-économique, en vue de définir les grandes lignes du plan de sauvegarde et d’urbanisme, le cahier de charges pour la restauration du bâti et enfin, les modalités de la revitalisation socio-économique du souk de Zabid.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 25 BUR V.82-86

V.82       Le Secrétariat a rendu compte des conclusions de la mission multidisciplinaire commune menée par l’ICOMOS à Zabid et il a confirmé la situation extrêmement préoccupante du site. Selon le rapport de la mission, 35 % du tissu urbain de Zabid ont disparu ou ont été remplacés par des constructions modernes depuis l’inscription. Vingt pour cent des vieilles  maisons ont été vidées par leurs anciens habitants et le marché de la ville a été presque complètement abandonné. Mention a été faite des principaux points saillants du plan d’action envisagé par le rapport commun WHC-ICOMOS, y compris, en tant que mesure préliminaire, la préparation d’un plan de conservation urbain détaillé centré en termes de stratégie sur la revitalisation sociale et économique de Zabid comme seul moyen d’assurer sa conservation à long terme.

V.83       L’ICOMOS a souscrit à l’analyse du Secrétariat et a attiré l’attention du Bureau sur la situation catastrophique de Zabid. Il a défendu le plan d’action conçu par la mission commune WHC-ICOMOS. Ce plan comprend notamment un projet de demande d’assistance d’urgence à soumettre immédiatement par l’Etat partie pour la préparation d’un plan de conservation urbaine et de revitalisation.

V.84       Le Délégué du Maroc a demandé que l’action recommandée ne se limite pas à une demande d’assistance et il a préconisé un appel plus large lancé par l’UNESCO pour une campagne internationale en faveur de la sauvegarde de cette ville exceptionnelle particulièrement importante dans le contexte de la civilisation du Sud de l’Arabie. Le Délégué de l’Australie a souscrit à l’appel du Délégué du Maroc pour un effort extraordinaire impliquant toute une gamme d’acteurs internationaux. Le Directeur du Centre du patrimoine mondial a rendu compte de ses efforts pour assurer un financement par la Banque mondiale. Le Secrétariat a ensuite expliqué que le plan d’action formulé par les experts du Centre et de l’ICOMOS tenait compte et intégrait dans son projet tous les différents acteurs participant ou potentiellement impliqués dans des initiatives concernant la conservation du patrimoine culturel du Yémen, telles que celles de la Banque mondiale et autres.

V.85       Le Bureau a pris note du rapport préparé par la mission WHC/ICOMOS, ainsi que de la volonté affichée des autorités yéménites  d’agir rapidement pour prendre des mesures correctives pour sauvegarder Zabid. Le Bureau a espéré que des bailleurs de fonds internationaux participeraient à l’effort considérable exigé par l’Etat partie pour sauvegarder ce site du patrimoine mondial. Le Bureau a recommandé à l’Etat partie de prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter immédiatement toute construction nouvelle dans la Vieille Ville de Zabid.

V.86       Le Bureau a approuvé le plan d’action présenté dans le rapport des experts et il a recommandé à l’Etat partie qu’une demande d’assistance d’urgence soit immédiatement soumise pour démarrer sa mise en œuvre.

Décision adoptée: 25 COM VIII.80-82

VIII.80 Le Comité a étudié le rapport sur l'état de conservation de Zabid et il a noté que l'évolution positive de la situation sur le terrain - spécialement en ce qui concerne l'importante mobilisation des ressources au niveau national aussi bien qu'international - était due au classement du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 2000.

VIII.81 Le Comité a également noté les résultats des premières missions menées par le Centre dans le cadre de l'assistance d'urgence approuvée par le Bureau à sa dernière session en juin 2001, et en particulier les très importantes mesures prises par l'Etat partie pour mettre un terme aux nouvelles constructions dans le périmètre du site du patrimoine mondial, ainsi que les recommandations du Centre concernant les mesures nécessaires pour l'avenir. Ces recommandations incluent les mesures suivantes :

VIII.82 Le Comité a félicité les autorités yéménites de leurs efforts et de leur coopération constante avec le Centre du patrimoine mondial. Le Comité a également remercié la GTZ, la KFW et les autorités néerlandaises de leurs précieuses contributions et de leur intérêt pour la ville historique de Zabid. De plus, le Comité a engagé les autorités yéménites à poursuivre les efforts en mettant immédiatement en application les sept mesures urgentes préconisées par la mission du Centre du patrimoine mondial de septembre/octobre 2001.