1.         Lumbini, lieu de naissance du Bouddha (Népal) (C 666rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/666/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2000-2000)
Montant total approuvé : 20 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/666/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

octobre 1999: mission du Centre du patrimoine mondial 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/666/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Précédents débats :
Vingt-troisième session du Bureau – paragraphe IV.70
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.46 et Annexe VIII

Nouvelles informations : Suite à la demande du Bureau à sa vingt-troisième session, une mission de suivi réactif a été entreprise en avril 2000 par deux experts internationaux. Ils ont eu des consultations ultérieures avec les autorités compétentes au sujet de la restauration du temple de Maya Devi et ont étudié les besoins en matière de gestion et de conservation de ce site historique fragile. La mission UNESCO de suivi réactif a fait les recommandations suivantes :

Lors de la rédaction du présent document de travail, une mission de suivi réactif par des experts de l'ICOMOS était en cours d'organisation pour donner suite aux conclusions de la mission UNESCO. Les conclusions de la mission ICOMOS seront également présentées au Bureau à sa vingt-quatrième session.

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter étudier des informations complémentaires lors de sa session et adopter ensuite une décision.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

Le Centre a reçu des autorités népalaises une demande d’assistance internationale en vue d’organiser une réunion technique internationale pour discuter et encourager d’autres propositions de réanimation du temple de Maya Devi. Le président du Comité a approuvé cette demande et le Centre du patrimoine mondial s’occupe d’organiser cette réunion, actuellement prévue en avril 2001, date la plus proche à laquelle les experts internationaux concernés seraient disponibles pour se rendre ensemble sur le site.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 24 BUR IV.B.71

Suite à la demande du Bureau à sa vingt-troisième session extraordinaire, le Centre du patrimoine mondial a entrepris une mission UNESCO de suivi réactif à Lumbini pour étudier l'état de conservation des vestiges archéologiques du temple de Maya Devi et entamer de nouvelles consultations avec les autorités népalaises sur les propositions à l'étude pour réhabiliter le temple de Maya Devi.

Le Bureau a été informé que la mission UNESCO d'avril 2000 a recommandé ce qui suit :

(a)      Les quatre projets conceptuels pour la construction d'un « nouveau » temple de Maya Devi au-dessus des vestiges archéologiques du temple doivent être rejetés car une telle construction, qui pourrait durer 100 ans au plus, entraînerait des dommages à long terme pour ce site unique de plus de 2000 ans ;

(b)      Etant donné la nature religieuse, archéologique et politique délicate du bien, il faudrait tenir dès que possible une réunion technique internationale pour débattre d'autres projets conceptuels possibles, fondés sur les concepts de non-intrusion, de réversibilité, d'abri, de visibilité, de centralisation de l'intérêt, de l'accès, du culte, des matériaux authentiques et de l'intégration au plan directeur de Tange ;

(c)      Dans l'attente de nouveaux débats sur d'autres projets possibles pour la réhabilitation du temple de Maya Devi et en l'absence de système de suivi régulier, il est recommandé aux autorités nationales de mettre en place des mécanismes de contrôle de base de l'environnement du temple ;

(d)      En l'absence de plan stratégique pour la gestion et la conservation actuelles du site, la mise au point d'un « plan mineur »  pour améliorer la préservation et la mise en valeur du Jardin sacré a été instamment demandée pour répondre aux recommandations suivantes : (i) un levé géophysique est recommandé pour élaborer la délimitation complète du site ; (ii) l'adoption et la mise en œuvre d'une stratégie de conservation systématique pour traiter la détérioration des constructions archéologiques ; (iii) comme le site a subi des aménagements paysagers incohérents, il est recommandé aux autorités d'adopter une approche harmonisée pour relier le site à son cadre afin de s'assurer de l'utilisation de matériaux authentiques en rapport avec la nature historique et archéologique du site ; (iv) comme l'on ignore le nombre de visiteurs, il est recommandé à l’avenir d'en enregistrer le nombre ; (v) comme les pratiques rituelles ont entraîné des dommages pour le site dans le passé, il est recommandé de créer un circuit archéologique principal et un circuit rituel principal comportant des zones pour les pratiques rituelles ; (vi) comme le plan de Tange est toujours incomplet, il est recommandé à l'Etat partie de regrouper les services destinés aux visiteurs derrière une zone d'entrée séparée à créer, et d'étudier les moyens d'améliorer le système de drainage.

Le 19 juin 2000, le Centre a reçu une demande de coopération technique pour épauler l'organisation  de la réunion technique internationale recommandée. Cette demande a été évaluée par l'ICOMOS qui l'a jugée très bien présentée et l'appuie totalement. Le Bureau a été informé que cette demande serait rapidement traitée suivant les procédures normales. Le Centre a également signalé qu'il avait reçu des informations du Bureau de l'UNESCO à Kathmandu indiquant que le Gouvernement avait commencé un suivi de base de l'environnement du temple de Maya Devi en mesurant les variations de température et d'humidité.

Pour donner suite aux conclusions de la mission UNESCO et selon la demande du Bureau, une mission ICOMOS de suivi réactif a été organisée du 19 au 23 juin 2000. La mission ICOMOS a souligné les problèmes posés par la sauvegarde des valeurs de patrimoine mondial de ce site archéologique fragile qui est également un lieu de pèlerinage et de culte. Elle a indiqué au Bureau que les intérêts de la conservation et de la dévotion religieuse pouvaient être contradictoires. Le Bureau a été informé que bien que l'Etat partie ait assuré lors de l'inscription qu'un plan de conservation serait établi pour le site, ce plan n'avait toujours pas été établi.

Le Bureau a étudié les conclusions et recommandations de la mission UNESCO de suivi réactif entreprise par deux experts internationaux en avril 2000, ainsi que ceux de la mission ICOMOS de juin 2000. Le Bureau a recommandé au Gouvernement népalais de Sa Majesté d'envisager d'adopter les recommandations de la mission UNESCO visant à améliorer la gestion et la conservation du site et de faire rapport à la vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau sur toutes autres mesures prises pour les renforcer.

Le Bureau a complimenté le Gouvernement népalais de Sa Majesté d'avoir adopté les recommandations de l'UNESCO portant sur des mesures immédiates par l'instauration d'un suivi régulier de l'environnement du temple de Maya Devi et la soumission d'une demande de coopération technique. Cette demande concernait un appui à l'organisation d'une réunion technique internationale pour discuter et mettre en place d'autres projets conceptuels possibles pour la réhabilitation du temple de Maya Devi.

Etant donné l'absence de plan de conservation ou de gestion pour sauvegarder les valeurs de patrimoine mondial du site de Lumbini, le Bureau a demandé au Gouvernement népalais de Sa Majesté de mettre d'urgence au point un plan de gestion, en prenant en considération les recommandations de la mission UNESCO-ICOMOS.

Le Bureau a finalement demandé au Centre du patrimoine mondial de continuer à aider le Gouvernement népalais de Sa Majesté à organiser dès que possible la réunion technique internationale, en collaboration avec le Bureau de l'UNESCO à Kathmandu, et de faire rapport sur l'avancement réalisé à la vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau.

Décision adoptée: 24 COM VIII.iii.35-43

VIII.35 Brasilia (Brésil)

Site de l'Homme de Pékin à Zhoukoudian (Chine)

Palais du Potala, Lhasa (Chine)

VIII.36 Le Caire islamique (Egypte)

VIII.37 Trèves, monuments romains, cathédrale et église Notre-Dame (Allemagne)

Châteaux et parcs de Potsdam et Berlin (Allemagne)

Weimar classique (Allemagne)

Parc national de l'Hortobagy (Hongrie)

VIII.38 Ensemble monumental de Khajuraho (Inde)

Temple du soleil à Konarak (Inde)

Petra (Jordanie)

Luang Prabang (République démocratique populaire lao)

Byblos (Liban)

Ksar Aït Ben Haddou (Maroc)

VIII.39 Ile de Mozambique (Mozambique)

Lumbini, lieu de naissance du Bouddha (Népal)

Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo-San Lorenzo (Panama)

Site archéologique de Chavin (Pérou)

VIII.40 Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (Philippines)

VIII.41 Eglises baroques des Philippines (Philippines)

VIII.42 Paysage culturel de Sintra ( Portugal)

VIII.43 Istanbul (Turquie)

Ensemble de monuments de Huê (Viet Nam)