1.         Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) (N 76)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1993-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/76/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/76/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mai 1999 : visite du site par le Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/76/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Résumé des précédents débats :
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.12
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.1

Nouvelles informations : L'UICN a étudié le rapport soumis par l'Etat partie qui présente les points suivants : (a) situation actuelle des menaces essentielles auxquelles est confronté le site ; (b) mesures palliatives prises ; et (c) conditions nécessaires à la suppression des menaces. Le rapport sur le Parc national des Everglades traite d'un certain nombre de menaces et en particulier celles qui sont dues : (i) aux espèces exotiques ; et (b) aux impacts hydrologiques, y compris au projet expérimental d'approvisionnement en eau et à son impact sur les espèces menacées.

L'UICN s'est félicitée de l'approche adoptée par l'Etat partie dans la préparation du rapport et estime que cette méthode pourrait constituer un modèle utile pour la préparation de rapports sur l'état de conservation par d'autres Etat parties. L'UICN a en particulier souligné l'effort fait par l'Etat partie pour préciser les mesures prises pour lutter contre les menaces et fixer des délais pour leur suppression.

Action requise

Le Bureau recommande que le Comité, conformément au souhait de l'Etat partie, maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau demande toutefois au Centre et à l'UICN de collaborer avec l'Etat partie pour préparer un programme de mesures à prendre pour la suppression des menaces et le retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril, et de soumettre ce programme de mesures à la vingt-quatrième session du Comité.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

La vingt-quatrième session ordinaire du Bureau a demandé au Centre et à l'UICN de rencontrer l'Etat partie et de discuter de la préparation d'un programme de mesures de réhabilitation complète du site permettant son retrait éventuel de la Liste du patrimoine mondial en péril. Une vidéoconférence entre le Centre, l'UICN et l'Etat partie est prévue les 10 et 11 octobre 2000 à cette fin. Les résultats de cette vidéoconférence seront communiqués à la vingt-quatrième session du Comité.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 24 BUR IV.A.14

Le Bureau a noté les conclusions de l'étude par l'UICN du rapport soumis par l'Etat partie à la dernière session du Comité (Marrakech, 1999) qui présente les points suivants : (a) situation actuelle des menaces essentielles auxquelles est confronté le site ; (b) mesures palliatives prises ; et (c) conditions nécessaires à la suppression des menaces. Le rapport sur le Parc national des Everglades traite d'un certain nombre de menaces et en particulier de celles qui sont dues : (i) aux espèces exotiques ; et (ii) aux impacts hydrologiques, y compris au projet expérimental d'approvisionnement en eau et à son impact sur les espèces menacées.

Le Bureau s'est félicité de l'approche adoptée par l'Etat partie dans la préparation du rapport. Il a estimé que cette approche pourrait constituer un modèle utile pour la préparation de rapports sur l'état de conservation par d'autres Etat parties, en particulier s'agissant de menaces et d'établissement de dates limites pour leur suppression. Le Bureau a recommandé que le Comité, conformément au souhait de l'Etat partie, maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a toutefois demandé au Centre et à l'UICN de collaborer avec l'Etat partie pour préparer un programme de mesures à prendre pour la suppression des menaces qui aboutirait au retrait du site de la Liste du patrimoine mondial en péril, ainsi qu'un plan de suivi de la mise en œuvre de ce programme de mesures, pour soumission à la vingt-quatrième session du Comité.

L'observatrice de l'Etat partie a bien accueilli la recommandation du Bureau et a demandé que le Bureau précise la forme de collaboration attendue entre l'UICN, le Centre et les autorités compétentes de son pays. Le Bureau a demandé que le Centre et l'UICN consultent l'Etat partie pour décider de la forme de l'effort de collaboration possible – atelier, réunion ou autre manifestation de ce genre avec la participation des autorités compétentes de l'Etat partie, de l'UICN et du Centre – ainsi que du lieu et de la date de cette manifestation.

Décision adoptée: 24 COM VIII.15

VIII.15 Sites du patrimoine mondial des Etats-Unis d'Amérique : Parc national des Everglades & Parc national Yellowstone

Le Comité a rappelé que la vingt-quatrième session ordinaire du Bureau avait demandé au Centre et à l'UICN de rencontrer l'Etat partie et de discuter de la préparation d'un programme de mesures de réhabilitation complète du site permettant de parvenir à son retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril. Une conférence téléphonique entre le Centre, l'UICN et les autorités compétentes de l'Etat partie s'est tenue le 27 octobre 2000, en présence des Directeurs des deux sites. L'observateur des Etats-Unis d'Amérique a informé le Comité que des mesures continuent d'être prises pour juguler les menaces qui pèsent sur les deux Parcs. Selon l'Etat partie, ni le Parc national de Yellowstone, ni celui des Everglades n'ont suffisamment progressé pour justifier un retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril. La conférence téléphonique été suivie de consultations entre le Centre, l'UICN et l'Etat partie, et de discussions approfondies entre le personnel du Service des Parcs nationaux et du Ministère américain de l'Intérieur.

Les hauts responsables américains ont estimé qu'il convenait de faire des analyses scientifiques complexes concernant les mesures qui s'imposent pour limiter les dangers qui menacent ces deux Parcs. Ils ont également conclu qu'il serait possible de soumettre à l'examen du Comité un train de mesures nécessaires pour le retrait de ces deux sites de la Liste du patrimoine mondial en péril. Ce programme s'inscrira dans le cadre d'une évaluation nationale des risques pour les Parcs, qui se fonde sur la législation nationale. Une fois que cette évaluation nationale sera terminée, les Etats-Unis tireront de ces analyses les informations nécessaires pour répondre de façon plus exhaustive à la demande du Bureau.

Dans le même temps, le Ministère de l'Intérieur et le Service des Parcs nationaux continueront à soumettre des rapports d'activités sur l'état de conservation des deux Parcs et mettront le programme à exécution pour obtenir leur retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril.

L'observateur des Etats-Unis d'Amérique a également indiqué que les Orientations ne sont pas claires sur les procédures afférentes au retrait des sites de la Liste du patrimoine mondial en péril. Par conséquent, on peut envisager différentes interprétations sur la manière dont le retrait de la Liste doit s'effectuer. Il a été noté que la question n'a pas été réglée dans les révisions des Orientations proposées par le Groupe de travail de Cantorbéry. De même, il a été estimé qu'un atelier technique sur le processus de retrait auquel participeraient d'autres Etats parties, avec les Etats-Unis, est tout à fait justifié. Cet atelier pourrait proposer l'amendement qui convient aux Orientations.

L'UICN a approuvé les remarques de l'observateur américain et a convenu que l'élaboration de mesures et d'indicateurs pouvant fournir une approche systématique à l'inscription et au retrait de sites de la Liste du patrimoine mondial en péril exige un travail de recherche considérable et des analyses scientifiques approfondies. L'UICN s'est déclarée prête à coopérer avec l'Etat partie et le Centre pour évaluer le travail nécessaire en vue d'améliorer ces aspects du suivi de l'état de conservation.

Le Comité a recommandé que le Centre et l'UICN collaborent avec l'Etat partie pour mener à bien les travaux scientifiques et techniques nécessaires en utilisant les moyens qui conviennent - conférences téléphoniques, ateliers - afin d'adopter un train de mesures qui permettra au Comité de suivre en toute objectivité l'évolution de l'état de conservation de ces deux sites et de déterminer, en consultation avec l'Etat partie, le moment opportun de leur retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril.